Fiches modèles OMS d'information à l'usage des prescripteurs: Médicaments utilisés en dermatologie
(1999; 132 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentPréface
View the documentIntroduction
Open this folder and view contentsParasitoses
Open this folder and view contentsPiqûres et morsures d'insectes et d'arachnides
Open this folder and view contentsMycoses superficielles
Open this folder and view contentsMycoses sous-cutanées
Open this folder and view contentsInfections bactériennes
Open this folder and view contentsInfections virales
Close this folderDermatites
View the documentDermite et eczéma de contact
View the documentDermatite atopique
View the documentDermatite séborrhéique
Open this folder and view contentsDystrophies cutanées squameuses
Open this folder and view contentsDermatoses papulo-squameuses
View the documentDermites médicamenteuses
Open this folder and view contentsTroubles de la pigmentation
Open this folder and view contentsLésions précancéreuses et tumeurs malignes
Open this folder and view contentsPhotodermatoses
Open this folder and view contentsDermatoses bulleuses
View the documentAlopécie en plaques
View the documentUrticaires
Open this folder and view contentsAffections fréquentes de l'enfant
View the documentAcné vulgaire
View the documentPrurit
View the documentUlcères tropicaux
Open this folder and view contentsAntimicrobiens
Open this folder and view contentsAntifongiques
Open this folder and view contentsAntiseptiques
Open this folder and view contentsKératoplastiques et kératolytiques
Open this folder and view contentsAntiscabieux et pédiculicides
Open this folder and view contentsAnti-inflammatoires et antiprurigineux1
Open this folder and view contentsAntiallergiques et médicaments du choc anaphylactique
Open this folder and view contentsPhotoprotecteurs (filtres et écrans solaires)
Open this folder and view contentsMédicaments divers
Open this folder and view contentsAnnexe
View the documentBibliographie OMS Thématique
View the documentCouverture Arrière
 

Dermite et eczéma de contact

Les substances irritantes comme les substances allergogènes peuvent provoquer une dermite de contact. Une dermite sans origine allergique apparaît parfois après une seule exposition à un irritant énergique mais, plus fréquemment, après l'exposition répétée à des produits chimiques moins agressifs tels que savons, détergents et solvants. La peau devient sèche, inélastique, se fissure et se surinfecte du fait de l'effraction du stratum corneum protecteur.

L'eczéma allergique de contact, quant à lui, est une forme d'hypersensibilité retardée. Il a en partie un déterminisme génétique et résulte d'une nouvelle exposition à un allergène chez un sujet précédemment sensibilisé. En général, une éruption vésiculaire ou bulleuse commence au point du contact initial, mais l'allergène est fréquemment transféré par les mains à d'autres parties du corps. La bordure des zones atteintes présente souvent un aspect anguleux ou un relief peu naturels. La peau enflammée, érodée ou non saine est particulièrement vulnérable, tandis que le cuir chevelu, la paume des mains et la plante des pieds sont protégés par la plus grande épaisseur du stratum corneum.

Les végétaux, les colorants, le nickel et d'autres métaux, le caoutchouc, les cosmétiques et les médicaments utilisés en topiques sont autant d'allergènes potentiels. Des tests épicutanés pratiqués avec un timbre permettent d'identifier l'allergène, mais ils sont parfois d'interprétation difficile. Il n'est pas rare qu'il y ait sensibilisation à l'un des constituants d'un médicament appliqué localement, de sorte qu'il faut évoquer un eczéma médicamenteux dès qu'une dermite apparaît à la suite d'un tel traitement.

Prévention et prise en charge

Les crèmes émollientes accélèrent la cicatrisation, tandis que les crèmes protectrices faisant écran peuvent être efficaces en milieu professionnel. Les patients ne doivent pas se servir de savon abrasif et doivent éviter, dans la mesure du possible, de s'exposer à des substances irritantes.

Les pommades ou crèmes à 1% d'hydrocortisone sont de bons antiinflammatoires. On peut aussi recourir à une corticothérapie locale, avec des produits plus énergiques, mais sans en attendre forcément une efficacité supérieure vu que la dermite guérit en général spontanément. Une brève cure de prednisolone ou de prednisone par voie orale est à envisager pour atténuer les réactions aiguës sévères associées à la formation de phlyctènes, à l'exsudation et à l'œdème. La corticothérapie par voie orale peut être instaurée à doses filantes sur une durée de 2 semaines. Quand un dermatologue se trouve à proximité, il faut envisager une consultation.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: December 1, 2019