Fiches modèles OMS d'information à l'usage des prescripteurs: Médicaments utilisés en dermatologie
(1999; 132 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentPréface
View the documentIntroduction
Open this folder and view contentsParasitoses
Open this folder and view contentsPiqûres et morsures d'insectes et d'arachnides
Open this folder and view contentsMycoses superficielles
Open this folder and view contentsMycoses sous-cutanées
Open this folder and view contentsInfections bactériennes
Open this folder and view contentsInfections virales
Open this folder and view contentsDermatites
Open this folder and view contentsDystrophies cutanées squameuses
Open this folder and view contentsDermatoses papulo-squameuses
View the documentDermites médicamenteuses
Open this folder and view contentsTroubles de la pigmentation
Open this folder and view contentsLésions précancéreuses et tumeurs malignes
Open this folder and view contentsPhotodermatoses
Open this folder and view contentsDermatoses bulleuses
View the documentAlopécie en plaques
View the documentUrticaires
Open this folder and view contentsAffections fréquentes de l'enfant
View the documentAcné vulgaire
View the documentPrurit
View the documentUlcères tropicaux
Open this folder and view contentsAntimicrobiens
Close this folderAntifongiques
View the documentAcide benzoïque + acide salicylique (pommade de Whitfield)
View the documentAmphotéricine B
View the documentClotrimazole
View the documentÉconazole
View the documentFluconazole
View the documentFlucytosine
View the documentGriséofulvine
View the documentIodure de potassium
View the documentItraconazole
View the documentKétoconazole
View the documentMiconazole
View the documentNystatine
View the documentSulfure de sélénium
View the documentTerbinafine
View the documentThiosulfate de sodium
Open this folder and view contentsAntiseptiques
Open this folder and view contentsKératoplastiques et kératolytiques
Open this folder and view contentsAntiscabieux et pédiculicides
Open this folder and view contentsAnti-inflammatoires et antiprurigineux1
Open this folder and view contentsAntiallergiques et médicaments du choc anaphylactique
Open this folder and view contentsPhotoprotecteurs (filtres et écrans solaires)
Open this folder and view contentsMédicaments divers
Open this folder and view contentsAnnexe
View the documentBibliographie OMS Thématique
View the documentCouverture Arrière
 

Flucytosine

Gélules à 250 mg
Solution injectable pour perfusion, à 2,5 g en flacon de 250 ml

Généralités

La flucytosine est une pyrimidine fluorée de synthèse dotée d'une activité antifongique sélective, en particulier sur Cryptococcus et Candida, ainsi que sur les levures responsables des chromomycoses. Elle agit en pénétrant à l'intérieur des champignons sensibles où elle est désaminée à l'état de fluorouracil, un inhibiteur compétitif du métabolisme de l'uracile fongique.

Bien absorbée par la muqueuse digestive, la flucytosine diffuse largement dans les tissus et les liquides organiques, y compris le liquide céphalorachidien. Le pic sérique est obtenu 2 heures après administration par voie orale. La demi-vie plasmatique est de 2,5 à 5,0 heures environ et le médicament est excrété dans les urines, essentiellement sous forme inchangée.

Données cliniques

Indications

Cryptococcoses, candidoses et chromomycoses.

En outre, la flucytosine est parfois utilisée en association avec l'amphotéricine B dans le traitement des infections généralisées, avec atteinte cutanée, par Cryptococcus neoformans,1Candida albicans et certaines autres espèces de Candida.

1 Pour plus de précisions, se reporter à Fiches modèles OMS d'information à l'usage des prescripteurs: médicaments utilisés dans les maladies sexuellement transmissibles et l'infection à VIH. Genève, Organisation mondiale de la Santé, 1996.

Posologie et administration

Toutes les doses indiquées conviennent pour l'adulte et pour l'enfant.

Administration par voie orale: 150 mg/kg/j en quatre prises fractionnées.

Perfusion intraveineuse dans les cas graves: 150 mg/kg/j en quatre prises fractionnées, administrées chacune dans du soluté physiologique, du glucose à 5% ou un mélange de glucose à 5% et de soluté physiologique, passé en 20 à 40 minutes. Aucun autre médicament ne doit être ajouté dans la solution ou la tubulure. Une concentration sérique de 25-50 μg/ml est généralement efficace, mais en tout état de cause, il ne faut pas dépasser 100 μg/ml à cause du risque accru de myélotoxicité.

Chez l'insuffisant rénal, la posologie doit être adaptée à la clairance de la créatinine. La dose quotidienne maximale recommandée est de 50 mg/kg pour une clairance comprise entre 10 et 20 ml/min.

Le passage au traitement par voie orale doit intervenir dans les meilleurs délais, si possible dans la première semaine. La durée du traitement doit être établie principalement sur la base de la clinique.

Contre-indications

• Antécédents d'hypersensibilité à la flucytosine.
• Insuffisance rénale ou hépatique sévère.
• Thrombopénie et autres hémopathies.

Précautions d'emploi

La créatinine sérique doit être dosée deux fois par semaine, la posologie étant adaptée en conséquence. Chez l'insuffisant rénal, il faut doser régulièrement la flucytosine sérique. Les échantillons doivent être prélevés peu avant le moment prévu pour l'administration de la dose suivante. Une vigilance particulière s'impose en cas d'association avec l'amphotéricine B qui peut réduire la clairance de la flucytosine.

La prudence est également nécessaire quand la flucytosine est associée à d'autres dépresseurs de la fonction médullaire.

L'hémogramme et la fonction hépatique doivent être contrôlés chez tous les patients et au moins une fois par mois en cas de trouble hépatique ou d'insuffisance médullaire.

Grossesse

Des effets tératogènes ont été mis en évidence chez le rat. La flucytosine ne doit donc être utilisée que si son intérêt pour la future mère l'emporte sur le risque d'atteinte fœtale.

Effets indésirables

Rash cutané, nausées, vomissements et diarrhée s'observent parfois, généralement de façon transitoire. Toutefois, l'épisode diarrhéique peut se prolonger en cas de traitement au long cours. Chez environ 10% des sujets, on observe une altération modérée de la fonction hépatique.

De rares cas de leucopénie et de thrombopénie engageant le pronostic vital ont été rapportés.

Interactions médicamenteuses

L'action de l'amphotéricine B est potentialisée.

Surdosage

Le lavage gastrique et la diurèse provoquée présentent de l'intérêt s'ils interviennent dans les premières heures suivant l'ingestion du produit. L'hémodialyse entraîne une baisse rapide de la flucytosine sérique.

Conditions de conservation

Conserver les gélules et la solution injectable dans des récipients étanches, à l'abri de la lumière.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: December 1, 2019