Show simple item record

dc.contributor.authorComité régional de l'Afrique, 66
dc.coverage.spatialBrazzavilleen_US
dc.date.accessioned2016-11-15T13:57:40Z
dc.date.available2016-11-15T13:57:40Z
dc.date.issued2016
dc.identifier.govdocAFR/RC66/14
dc.identifier.urihttps://apps.who.int/iris/handle/10665/251358
dc.descriptionPoint 15 de l’ordre du jour, 19 p.en_US
dc.description.abstract1. La Région africaine a réalisé des progrès dans la lutte contre le paludisme, avec une réduction de 42 % de l’incidence de la maladie et une baisse de 66 % du taux de mortalité palustre entre 2000 et 2015. Ce recul peut être attribué à l’utilisation accrue des services offrant un bon rapport coût-efficacité pour la prévention et la prise en charge des cas de paludisme. Le paludisme reste toutefois une priorité régionale et mondiale, comme en témoignent les objectifs de développement durable et la Stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme (‎2016-2030)‎ adoptée par l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2015. La vision de la Stratégie technique mondiale est celle d’« un monde sans paludisme ». La stratégie poursuit quatre buts et comprend des objectifs connexes qui doivent être atteints à l’horizon 2030. Les interventions de la Stratégie technique mondiale s’articulent autour de trois piliers et de deux éléments d’appui. Les piliers sont : a)‎ garantir l’accès universel à la prévention, au diagnostic et au traitement du paludisme ; b)‎ accélérer les efforts vers l’élimination et vers l’obtention du statut exempt de paludisme ; et c)‎ faire de la surveillance du paludisme une intervention de base. Les éléments d’appui sont : a)‎ mettre à profit l’innovation et développer la recherche ; et b)‎ favoriser un environnement propice. 2. Plusieurs problèmes continuent d’entraver les efforts déployés pour lutter contre le paludisme et assurer son élimination dans la Région. On peut citer la faiblesse des systèmes de santé, les lacunes dans l’adoption des interventions disponibles, le faible investissement par habitant dans la lutte antipaludique et la menace de résistance aux médicaments antipaludéens et aux insecticides. 3. Le présent cadre a été élaboré pour soutenir la mise en œuvre de la Stratégie technique mondiale dans la Région africaine. Sa vision est de parvenir à une « une Région africaine sans paludisme ». Il vise les objectifs suivants : a)‎ réduire les taux de mortalité liée au paludisme d’au moins 90 % d’ici à 2030 par rapport à 2015 ; b)‎ réduire l’incidence du paludisme d’au moins 90 % d’ici à 2030 par rapport à 2015 ; c)‎ éliminer le paludisme dans au moins 20 pays d’endémie ; et d)‎ empêcher la réapparition du paludisme dans tous les États Membres exempts de cette maladie. L’objectif du cadre est donc de donner aux États Membres et aux partenaires des orientations sur les mesures prioritaires spécifiques à la Région qui doivent être prises pour atteindre les buts, objectifs et cibles intermédiaires de la Stratégie technique mondiale.4. Le cadre propose des interventions et des mesures prioritaires spécifiques qui doivent être prises par les États Membres. Quatre phases existent pour classer les pays et les districts, en fonction de la prévalence des parasites ou de l’indice parasitaire annuel. La phase 1 se caractérise par les programmes axés sur le contrôle de la maladie, avec une prévalence des parasites supérieure à 5 % ou un indice parasitaire annuel de cinq ou plus pour 1000 habitants. La phase 2 est constituée de programmes de préélimination et se caractérise par une prévalence des parasites inférieure à 5 % pour tous les âges ou par un indice parasitaire annuel de 2-4 parasites pour 1000 habitants, conjugué à une transmission focalisée et saisonnière. En phase 3, les programmes d’élimination se caractérisent par un indice parasitaire annuel de 1 ou moins pour 1000 habitants. Les programmes de la phase 4 visent à empêcher la réapparition de la transmission locale du paludisme. Ces programmes sont caractérisés par trois années consécutives sans enregistrer le moindre cas de paludisme, ou sont centrés sur les pays ayant déjà été déclarés exempts de paludisme par l’OMS, qui sont classés comme exempts de paludisme dans la classification de référence 2015, ou qui sont naturellement exempts de paludisme. 5. Le Comité régional a examiné et adopté les interventions et les mesures prioritaires proposées dans le présent cadre.en_US
dc.language.isofren_US
dc.publisherOrganisation mondiale de la Santé. Bureau régional de l'Afriqueen_US
dc.subjectStrategic planningen_US
dc.subject.meshMalariaen_US
dc.subject.meshDisease Eradicationen_US
dc.subject.meshRegional Health Planningen_US
dc.subject.meshEmergenciesen_US
dc.subject.meshHealthcare Financingen_US
dc.subject.meshHealth Services Accessibilityen_US
dc.titleCadre pour la mise en œuvre de la Stratégie Technique mondiale de Lutte contre le Paludisme 2016-2030 dans la Région africaine : rapport du Secrétariaten_US
dc.typeGoverning body documentsen_US
dc.subject.meshqualifierprevention and controlen_US
dc.subject.meshqualifierorganization and administrationen_US
who.relation.languageVersion10665/251419


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(‎s)‎

Show simple item record