Prise en charge des infections à Gonorrhoea et à Chlamydia trachomatis au cours de la grossesse

Aspects pratiques de la BSG par Lumbiganon P

NIVEAU PREMIER CONTACT (SOINS PRIMAIRES)

Les objectifs de la prise en charge des patients présentant une gonococcie, une infection à Chlamydia ou d'autres maladies sexuellement transmissibles (MST) sont non seulement de limiter l'antibiothérapie mais également de réduire et de prévenir les futurs comportements à risque et de garantir que les partenaires sexuels bénéficient également d'un traitement approprié. Cela est possible en établissant un diagnostic correct, en administrant un traitement approprié, incluant le traitement d'une co-infection et du partenaire sexuel et en apportant une éducation sanitaire adaptée.

NIVEAU HÔPITAL CENTRAL (SOINS SECONDAIRES)

Concernant le schéma d'antibiothérapie en cas de gonococcie, cette analyse reposait sur deux essais menés dans les pays développés. La prévalence de Neisseria Gonorrhoea productrices de pénicillinases (NGPP) est généralement beaucoup plus élevée dans les pays en voie de développement. L’adoption des résultats de cette analyse documentaire pourrait ne pas être appropriée dans les pays en voie de développement. Dans la mesure où il est très improbable, voire impossible, d’obtenir des essais similaires menés dans les pays en voie de développement, les prestataires de soins de santé de ces pays pourraient suivre les lignes directrices nationales. Ces lignes directrices reposent généralement sur les informations concernant la prévalence de NGPP et la sensibilité in vitro de l’organisme aux différents antibiotiques. Il convient de porter une attention plus particulière au diagnostic de l’infection à Chlamydia trachomatisau cours de la grossesse. L’examen diagnostique dont la mise en œuvre est la plus réalisable est probablement la détection des antigènes par la technique ELISA (méthode immuno-enzymatique). L’érythromycine devrait rester le traitement de choix jusqu’à l’obtention de plus amples preuves, issues notamment de recherches menées dans les pays en voie de développement. L'amoxicilline devrait constituer une alternative lorsque l'érythromycine n'est pas tolérée.

Remerciements : au Dr Wiwat Rojanapitayakorn, Département de contrôle des maladies transmissibles, et ministère de la Santé publique, Thaïlande.

Sources de soutien : Faculté de médecine, université de Khon Kaen, Thaïlande.

À DOMICILE OU EN COMMUNAUTÉ

Dans une optique sanitaire, les comportements en cas de leucorrhées devraient être améliorés par le biais d’une sensibilisation de la communauté.


Ce document doit être cité comme suit : Lumbiganon P. Management of gonorrhoea and Chlamydia trachomatis infections in pregnancy: Aspects pratiques de la BSG (dernière mise à jour : 15 septembre 2004). Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS; Genève : Organisation mondiale de la Santé.

Partager