Le nonoxynol-9 dans la prévention de la contamination vaginale d'une IST d'une femme par un homme

Analyse documentaire Cochrane par Wilkinson D, Ramjee G, Tholandi M, Rutherford G

Ce rapport doit être cité comme suit : Wilkinson D, Ramjee G, Tholandi M, Rutherford G. Nonoxynol-9 for preventing vaginal acquisition of sexually transmitted infections by women from men. Base de Données des Analyses Documentaires Systématiques Cochrane 2007, 4ème Édition. Art. No.: CD003939. DOI: 10.1002/14651858.CD003939.

RÉSUMÉ

Titre

Le nonoxynol-9 dans la prévention de la contamination vaginale d'une IST d'une femme par un homme

Contexte

L'incidence et la prévalence des infections sexuellement transmissibles (IST) et d'autres infections du tractus génital (ITG) sont élevées dans de nombreux pays en voie de développement et dans certaines parties des pays développés. Les IST et ITG sont associées à une transmission vaginale du VIH. Des stratégies supplémentaires visant à améliorer le contrôle des IST sont nécessaires et les microbicides vaginaux représentent une stratégie possible. Le nonoxynol-9 (N-9), un spermicide largement utilisé, est un microbicide vaginal potentiel.

Objectifs

Déterminer l'innocuité et l'efficacité du N-9 dans la prévention de la contamination vaginale par les infections sexuellement transmissibles (VIH exclu) d'une femme par un homme.

Stratégie de recherche

Recherches systématiques dans des bases de données électroniques, sur les actes de conférences, les références des articles pertinents et contacts avec les experts et les bailleurs de fonds.

Critères de sélection

Essais comparatifs randomisés remplissant les critères de qualité prédéfinis et ayant pour résultat l'infection par les IST.

Collecte et analyse des données

Les données ont été extraites par un auteur de l'analyse et vérifiées par un autre.

Principaux résultats

Dix des 12 essais comparatifs randomisés ont été inclus et les résultats entre ces essais étaient d'une manière générale cohérents. Dans une méta-analyse, aucune différence statistiquement significative n'a été observée concernant les risques de gonococcie (risque relatif (RR) = 0,91 [intervalle de confiance (IC) 95 : 0,67-1,24]), d'infection cervicale (RR = 1,01 [0,84-1,22]), de trichomonase (RR = 0,84 [0,69-1,02]), de vaginose bactérienne (RR = 0,88 [0,74-1,04]), de chlamydiose (RR = 0,88 [0,77-1,01]) et de candidose (RR = 0,97 [0,84-1,12]) chez les femmes recevant un traitement par N-9 par rapport à un placebo. Les lésions génitales étaient plus fréquentes chez les utilisatrices de N-9 (RR = 1,19 [IC95 : 1,02-1,35]).

Conclusions des auteurs

Des preuves de bonne qualité indiquent que le nonoxynol-9 ne protège pas des infections sexuellement transmissibles et certaines preuves démontrent qu'il pourrait s'avérer dangereux en augmentant l'incidence des ulcérations génitales. Aussi, ce produit ne peut pas être recommandé dans la prévention des IST.

Partager