Échographie de contrôle fœtal en début de grossesse

L'échographie systématique en début de grossesse est utile pour déterminer l'âge gestationnel, mais ses effets positifs par rapport à l'amélioration du résultat de la grossesse n'ont pas pu être établis. C'est pourquoi le recours systématique à l'échographie en début de grossesse n'est pas justifié dans les milieux défavorisés.

Commentaire de la BSG par Belizan J

1. RÉSUMÉ DES PREUVES

La pratique systématique de l'échographie au début de la grossesse (avant 24 semaines) permet une détection plus précoce des grossesses multiples et une réduction des taux d'induction du travail pour "terme dépassé", mais aucune preuve ne montre qu'elle permet d'améliorer les résultats cliniques importants. Lorsque le dépistage des anomalies fœtales était un objectif spécifique de l’examen, une augmentation du nombre d’interruptions de grossesse pour cause d’anomalie fœtale a été observée. Dans deux études, le suivi à long terme des enfants n’a montré aucun effet délétère de l’échographie systématique sur les performances scolaires ou la fonction neurocomportementale.

L'analyse a été menée de façon appropriée et les essais pertinents sur le sujet ont été inclus et ont fait l'objet d'une analyse adaptée.

2. PERTINENCE DANS LES MILIEUX DÉFAVORISÉS

2.1. Étendue du problème

La pratique de l'échographie au début de la grossesse est de plus en plus courante dans les pays en voie de développement car elle est vigoureusement prônée non seulement par les fabricants mais également dans les publications originaires de pays développés. Cela implique des coûts de soins de santé plus élevés pour les pays en voie de développement (en termes d’achat de l’équipement et de formation de techniciens compétents et de médecins) et une dévalorisation ainsi qu’une pratique moins fréquente de l’examen clinique. La pratique universelle de l’échographie au début de la grossesse devrait reposer sur une démonstration claire d’effets bénéfiques importants qui contrebalancent les implications logistiques et financières avant d’envisager la mise en œuvre de ce type d’examen.

2.2. Faisabilité de l'intervention

La pratique systématique de l'échographie au début de la grossesse nécessiterait la disponibilité de matériel d'échographie dans la plupart, voire dans toutes les unités de soins de santé du pays ou d'un moyen pour les femmes de se rendre dans les hôpitaux pour bénéficier de cet examen. Il est évident que ces options ont toutes deux d’énormes implications financières pour les pays en voie de développement.

2.3. Applicabilité des résultats de la Cochrane Review

Bien que les effets bénéfiques clairs de la pratique systématique de l'échographie n'ont pas été établis, la pratique sélective de l'échographie au début de la grossesse pourrait être envisagée dans certaines circonstances dans les pays en voie de développement. L’une de ces circonstances serait le cas d’une femme chez laquelle la date des dernières règles est inconnue. Il convient toutefois de garder à l’esprit que, dans les pays en voie de développement, de nombreuses femmes ne consultent pas précocement de professionnel de santé pour des soins prénatals et cela limiterait ce possible avantage.

2.4. Mise en œuvre de l'intervention

Étant donné les informations fournies par la présente analyse, la pratique systématique de l'échographie en début de grossesse ne serait pas justifiée dans les pays en voie de développement.

2.5. RECHERCHE

Si l'on prend en considération les différences entre les pays en voie de développement et ceux dans lesquels les études incluses dans l'analyse ont été réalisées, la pratique systématique de l'échographie au début de la grossesse pourrait avoir des résultats différents dans les premiers. Par exemple, la disponibilité de l’échographie systématique au début de la grossesse pourrait encourager les femmes à consulter un professionnel de santé plus tôt afin de bénéficier de soins prénatals ou la pratique de l’échographie pourrait permettre de détecter une grossesse multiple à son début et il serait possible de programmer l’accouchement à l’hôpital. Cependant, même si ces hypothèses sont intéressantes à évaluer, ce type de recherche pourrait ne pas être justifié en raison des implications économiques et logistiques de l’intervention.

Sources de soutien : Centro Rosarino de Estudios Perinatales (CREP), Rosario, Argentine ; Centre latino-américain de périnatologie et de développement humain (CLAP), Montevideo, Uruguay.

Remerciements : à Roxana Barrale pour son assistance éditoriale.


Ce document doit être cité comme suit : Belizan J. Ultrasound for fetal assessment in early pregnancy: Commentaire de la BSG (dernière révision : 22 September 1998). Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS; Genève : Organisation mondiale de la Santé.

Partager

À propos de l'auteur