Antibiotiques en cas de rupture prématurée des membranes à terme ou près du terme.

On ignore si le recours à une antibiothérapie systématique est bénéfique en cas de rupture prématurée des membranes à terme ou près du terme. De plus amples recherches sont nécessaires.

Commentaire de la BSG par Gülmezoglu AM

1. RÉSUMÉ DES PREUVES

Cette analyse documentaire a évalué les effets bénéfiques et les dangers potentiels de l'administration d'antibiotiques chez des femmes présentant une rupture prématurée des membranes à terme ou à proximité du terme.

Deux essais portant sur 838 femmes ont été inclus. Ces deux essais ont mis en évidence des effets bénéfiques potentiels sur la diminution de la morbidité infectieuse maternelle définie comme une chorioamniotite et/ou une endométrite (risque relatif (RR) = 0,43 [intervalle de confiance (IC) 95 : 0.23–0.82). Les preuves n'étaient pas suffisantes pour évaluer de façon fiable les effets sur la santé des nouveau-nés, en particulier sur la mortalité périnatale (RR = 0,98 [IC95 : 0.14–6.89).

Différents schémas d'antibiothérapie par voie parentérale ont été utilisés dans les essais (ampicilline + gentamicine et céfuroxime + clindamycine) et avec différents délais pour l'induction du travail (12 et 24 heures).

Il n'y avait de répartition en aveugle pour aucun essai. L'évaluation de la santé des nouveau-nés a été réalisée en aveugle dans un essai. Les essais et la méta-analyse ne disposaient pas d'une puissance statistique suffisante pour évaluer les résultats importants de façon fiable. Les auteurs ont fait preuve de la prudence qui s'imposait dans leur interprétation des résultats et ont recommandé que davantage de recherches soient menées.

2. PERTINENCE DANS LES MILIEUX DÉFAVORISÉS

2.1. Étendue du problème

La rupture prématurée des membranes a lieu chez 8 % des femmes enceintes et plus de 90 % d'entre elles commencent spontanément le travail dans les 24 heures (1). Pour les femmes dont le travail ne commence pas de façon spontanée ou dont l'accouchement n'est pas déclenché par l'induction du travail, la mortalité et la morbidité infectieuses constituent un problème grave. On estime que 36 % des décès de nouveau-nés sont dus à des infections, majoritairement causés par la septicémie et la pneumonie (2). Les infections ascendantes étant impliquées en cas de rupture prématurée des membranes, il est important de surveiller avec attention les conséquences infectieuses potentielles pour la mère et/ou le nouveau-né.

2.2. Applicabilité des résultats

Les preuves sont insuffisantes pour permettre d'élaborer des recommandations pour ou contre l'utilisation d'antibiotiques en cas de rupture prématurée des membranes, rendant l'applicabilité des résultats non pertinente.

2.3. Mise en œuvre de l'intervention

Il serait possible de mettre en œuvre dans de nombreux établissements de soins secondaires des schémas d'antibiothérapie combinée associant des antibiotiques agissant contre les germes Gram positifs et Gram négatifs. Néanmoins, les interventions étudiées jusqu'à ce jour sont des schémas thérapeutiques par voie parentérale relativement invasifs et, sans davantage de preuves quant à leurs effets bénéfiques, il est impossible de recommander leur mise en œuvre.

3. RECHERCHE

Le message principal délivré par l'analyse documentaire Cochrane est que de plus amples recherches sont nécessaires. Ces essais devraient être conduits dans les milieux où la morbidité infectieuse maternelle et néonatale est un fardeau lourd et devraient être conçus pour étudier les résultats importants tels que les décès de nouveau-nés, la septicémie, l'admission en soins intensifs et les infections maternelles graves.

Références

  • Cammu H, Verlaenen H, Derde M. Premature rupture of membranes at term in nulliparous women: a hazard. Obstetrics and Gynecology 1990;76:671–674.
  • Lawn JE, Cousens S, Zupan J, for the Lancet Neonatal Survival Steering Team. 4 million deaths: When? Where? Why. Lancet 2005;364:S9–S19.

Ce document doit être cité comme suit : Gülmezoglu AM. Antibiotics for prelabour rupture of membranes at or near term: Commentaire de la BSG (dernière révision : 23 janvier 2006). Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS; Genève : Organisation mondiale de la Santé.

Partager

À propos de l'auteur