Antibioprophylaxie pour inhiber le travail prématuré à membranes intactes

L'antibioprophylaxie en cas de travail prématuré à membranes intactes ne présente aucun effet bénéfique général en termes de santé néonatale. Au contraire, elle augmente le risque de mortalité néonatale. Ce traitement n'est pas recommandé en tant que pratique systématique.

Commentaire de la BSG par Adewole IF

1. RÉSUMÉ DES PREUVES

Les infections infracliniques et cliniques ont été impliquées dans l'étiologie du travail prématuré. Cela a conduit à la suggestion selon laquelle les femmes en travail prématuré devraient être traitées par antibiotiques afin de réduire l’incidence de la prématurité. L’analyse Cochrane a montré que le traitement antibiotique chez la femme en travail prématuré à membranes intactes réduit l’infection maternelle définie par une chorioamniotite ou une endométrite (risque relatif (RR) = 0,74 [intervalle de confiance (IC) 95 : 0,64-0,87) mais n’a aucun effet sur la réduction de la prématurité ou des résultats néonatals indésirables.

Tous les essais identifiables de bonne qualité méthodologique ont été inclus et analysés de façon satisfaisante.

2. PERTINENCE DANS LES MILIEUX DÉFAVORISÉS

2.1. Étendue du problème

La prématurité est un problème majeur dans les pays en voie de développement contribuant de façon significative à la mortalité périnatale (1). Par ailleurs, les soins apportés au nouveau-né prématuré dans les unités néonatales de soins intensifs constituent un gouffre financier majeur pour les services de santé ainsi que pour les familles. Le problème est aggravé dans les pays en voie de développement par une mauvaise répartition des ressources en matière de santé et l’apport de soins prénatals modestes ou tardifs. Le rôle de l’infection infraclinique et clinique du tractus génital dans le travail prématuré est à présent largement accepté. Dans la plupart des régions d’Afrique subsaharienne, les infections du tractus génital sont amplement prévalentes et la contribution de l’infection à la prématurité a de ce fait de fortes chances d’être plus importante que dans d’autres parties du monde.

2.2. Faisabilité de l'intervention

À l'heure actuelle, les preuves disponibles ne justifient pas l'administration d'antibiotiques en cas de travail prématuré à membranes intactes. Bon nombre de nos patientes sont analphabètes et pauvres ; elles prennent rendez-vous tardivement pour des soins prénatals et se rendent dans des centres de soins lorsque le travail est avancé et que les chances de réussite d’une intervention ne sont peut-être que minces. Même si l’intervention était efficace, le coût d’un traitement d’une semaine par antibiotiques, notamment de macrolides ou de bêta-lactamines peut s’élever à 20 dollars américains (supérieur au salaire mensuel d’un travailleur moyen au Nigeria) et sans aucun doute hors de portée du citoyen moyen. C'est pourquoi il n'est pas recommandé dans les situations dans lesquelles son indication n'a pas été clairement établie.

2.3. Applicabilité des résultats de la Cochrane Review

Alors que la plupart des essais inclus dans l'analyse ont été menés dans des pays développés, le plus grand essai portant sur plus de 7 000 femmes a inclus de nombreux centres de pays en voie de développement. Les résultats sont donc généralisables aux pays en voie de développement.

2.4. Mise en œuvre de l'intervention

Non applicable.

2.5. RECHERCHE

1. Malgré les résultats négatifs de l'analyse, il conviendrait de mener, notamment dans les pays en voie de développement, de plus amples essais comparatifs randomisés comprenant des critères d'évaluation cliniques appropriés. 2. Des recherches devraient également être menées sur la façon de promouvoir les consultations précoces et un suivi régulier dans des centres de soins prénatals. Les efforts devraient être dirigés vers l’évaluation d’un faisceau d’informations simples pouvant être utiles pour établir le diagnostic précoce du travail prématuré. 3. Les chercheurs devraient également tenter de déterminer le profil des infections du tractus génital au cours de la grossesse dans leur contexte local et d'établir une politique antibiotique locale.

Source de soutien : Collège de médecine, Université d'Ibadan, Nigeria.

Remerciements : à Mademoiselle Bukky Komolafe –bibliothécaire médicale, au Dr Sina Oladokun –archiviste principale, Université d'Ibadan, Nigeria.

Références

  • Vaahtera M, Kulmala T, Ndekha MD, Koivisto AM, Cullinan T, Salin ML, Ashorn. Antenatal and perinatal predictors of infant mortality in rural Malaw. Archives of disease in childhood fetal and neonatal edition 2000;82:200-204.

Ce document doit être cité comme suit : Adewole IF Prophylactic antibiotics for inhibiting preterm labour with intact membranes: Commentaire de la BSG (dernière révision : 15 November 2002). Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS; Genève : Organisation mondiale de la Santé.

Partager

À propos de l'auteur