Antibiotiques en cas de syphilis diagnostiquée au cours de la grossesse

La pénicilline est efficace dans le traitement de la syphilis au cours de la grossesse et dans la prévention de la syphilis congénitale. Le schéma thérapeutique optimal n'a pas été établi dans le cadre d'essais cliniques mais la dose de pénicilline généralement recommandée ne présente pas de risque et est efficace chez les patients ne présentant pas de complication.

Commentaire de la BSG par E Farrell, RC Pattinson

1. RÉSUMÉ DES PREUVES

L'objectif de cette analyse Cochrane était d'identifier le schéma d'antibiothérapie le plus efficace (en termes de dose, de durée de traitement et de mode d'administration) dans le traitement de la syphilis avec ou sans infection à VIH concomitante chez la femme enceinte. Tous les essais suivant une méthode randomisée ou quasi-randomisée de répartition du traitement devraient être inclus dans l’analyse. Cependant, aucun essai de répondant à ces critères n'a pu être identifié.

L'analyse souligne le fait que l'efficacité de la pénicilline est prouvée dans le traitement de la syphilis au cours de la grossesse et dans la prévention de la syphilis congénitale. Le schéma thérapeutique optimal n'a pas été établi dans le cadre d'essais cliniques mais la dose de pénicilline généralement recommandée ne présente pas de risque et est efficace chez les patients ne présentant pas de complication.

La méthodologie présentée dans l'analyse semble appropriée. Néanmoins, malgré une recherche détaillée, aucun essai répondant à ces critères n'a pu être identifié.

2. PERTINENCE DANS LES MILIEUX DÉFAVORISÉS

2.1. Étendue du problème

Le taux de syphilis est élevé dans certains milieux défavorisés. Dans les centres de soins prénatals d’Afrique du Sud, des taux de prévalence allant jusqu’à 13 % sont signalés en cas de dépistage systématique chez les femmes (1). Comme pour d'autres maladies sexuellement transmissibles, le taux élevé d'analphabétisme et le statut socio-économique faible des femmes contribuent à cet état de fait.

La prévalence élevée du VIH dans ces milieux est un facteur important qui rend plus difficile le traitement de la syphilis. On a suggéré que les échecs du traitement de la syphilis sont plus fréquents chez les femmes enceintes séropositives au VIH (2).

2.2. Faisabilité de l'intervention

Dans la mesure où non seulement l'efficacité de la pénicilline est prouvée mais qu'il s'agit également d'un médicament peu onéreux facilement disponible et facile à administrer, son administration est réalisable dans les milieux défavorisés. Néanmoins, aucun schéma thérapeutique optimal n’a été établi, c’est la raison pour laquelle aucune intervention n’est proposée dans cette analyse. Jusqu'à ce que de nouvelles preuves relatives aux schémas thérapeutiques les plus appropriés pour différents groupes (comme les femmes séropositives au VIH) soient disponibles, il convient d'utiliser les doses habituellement recommandées.

2.3. Applicabilité des résultats de la Cochrane Review

Étant donné le taux élevé de syphilis prénatale et congénitale dans les milieux défavorisés, la question d’un schéma thérapeutique optimal pour son traitement est très importante dans ces milieux.

2.4. Mise en œuvre de l'intervention

Il convient d'adopter le traitement habituel recommandé par le Centers for Disease Control and Prevention d'Atlanta, Géorgie, aux Etats-Unis en 1998, à savoir 2,4 millions d'unités de benzathine pénicilline G par voie intramusculaire en dose unique chez les patientes présentant une syphilis primaire, secondaire ou latente précoce et 7,2 millions d'unités administrées par voie intramusculaire à raisons de 3 doses par semaine de 2,4 millions d'unités chez les patientes présentant une syphilis latente tardive ou une syphilis latente dont on ne connaît pas la durée. L'efficacité de ce traitement a été prouvée et, dans la mesure où aucune donnée n'est disponible sur les patientes séropositives au VIH, le même schéma thérapeutique devrait être utilisé chez elles.

2.5. RECHERCHE

Comme nous l'avons déjà mentionné, des essais randomisés visant à trouver le schéma thérapeutique exact pour le traitement pourrait ne pas être nécessaires dans la mesure où les schémas thérapeutiques actuellement disponibles sont déjà très efficaces. Toutefois, dans le sous-groupe de patientes séropositives au VIH, présentant de ce fait un risque accru d'échec du traitement avec les schémas thérapeutiques habituels, d'autres stratégies thérapeutiques doivent être étudiées.

L’analyse Cochrane ne traite pas de la question d’un schéma thérapeutique efficace chez les nouveau-nés présentant une syphilis congénitale, ce qui constitue sans doute une autre question urgente en attente de réponse.

Références

  • Delport SD, Pattinson RC Congenital and perinatal infections: prevention, diagnosis and treatment. Syphilis: prevention, diagnosis and management during pregnancy and infancy. In: Newell M-L, McIntyre J. Eds. Cambridge, UK, Cambridge University Press 2000;258-275.
  • Rawstron SA, Bromberg K. Failure of recommended maternal therapy to prevent congenital syphilis. Sexually transmitted diseases 1991;18:102-106.
  • Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Guidelines for treatment of sexually transmitted diseases. Morbidity and mortality weekly report 1998 .

Ce document doit être cité comme suit : E Farrell, RC Pattinson Antibiotics for syphilis diagnosed during pregnancy: Commentaire de la BSG (dernière révision : 11 November 2002). Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS; Genève : Organisation mondiale de la Santé.

Partager