Amnioinfusion en cas de compression potentielle ou soupçonnée du cordon ombilical pendant le travail

L'amnioinfusion transcervicale réduit la fréquence des décélérations variables du rythme cardiaque foetal et le risque de césarienne. En revanche, les effets bénéfiques de l'amnioinfusion transabdominale, s'il en est, doivent être contrebalancés par le risque potentiel inhérent à l'insertion de l'aiguille.

Commentaire de la BSG par Boulvain M

1. RÉSUMÉ DES PREUVES

Cette analyse évalue l'effet de l'amnioinfusion transcervicale pratiquée en cas de compression potentielle ou suspectée du cordon ombilical. La suspicion de compression du cordon reposait habituellement sur un oligoamnios détecté par échographie et/ou un monitorage du rythme cardiaque fœtal montrant des décélérations variables répétées. L’analyse de tous les essais comparatifs disponibles montre que l’amnioinfusion réduit la fréquence des décélérations variables du rythme cardiaque fœtal et le risque de césarienne, notamment de césarienne pour cause de suspicion de souffrance fœtale. L’auteur souligne que les rapports inclus dans l’analyse ne mentionnent pas l’utilisation de l’estimation du pH au cuir chevelu pour confirmer une souffrance fœtale suspectée en présence d’anomalies du rythme cardiaque fœtal. On ignore si l’amnioinfusion sera associée à une réduction similaire du taux de césariennes si elle est pratiquée dans le cas où le diagnostic de la souffrance fœtale est confirmé par le pH sanguin du cuir chevelu.

L'analyse des essais évaluant l'amnioinfusion transabdominale conclut que les effets bénéfiques, s'il en est, de cette intervention doivent être contrebalancés avec le risque potentiel inhérent à l'insertion de l'aiguille. L’amnioinfusion à la suite d’une rupture de membranes survenue depuis plus de six heures a été évaluée dans un essai de petite taille suggérant une réduction du risque d’infection puerpérale. Les deux interventions n'ont pas fait l'objet d'une évaluation appropriée à ce jour, ce commentaire n'inclura donc aucune discussion sur ces aspects.

La méthodologie employée dans cette analyse systématique est appropriée. Les critères d’inclusion et d’exclusion des essais comparatifs sont bien décrits. Les principaux résultats ont été spécifiés à l’avance et le poids conféré aux effets sur les résultats intermédiaires (à savoir les décélérations du rythme cardiaque fœtal, le score d’Apgar) dans les conclusions est approprié.

2. PERTINENCE DANS LES MILIEUX DÉFAVORISÉS

2.1. Étendue du problème

La mortalité périnatale est élevée dans les milieux défavorisés. La mortalité et la morbidité pendant l’accouchement représentent une préoccupation particulière dans ces milieux. La souffrance fœtale causée par une compression du cordon ombilical pourrait constituer l’une des causes conduisant au décès pendant l’accouchement. La fréquence de la souffrance fœtale, qui pourrait éventuellement être réduite en cas d'amnioinfusion est toutefois largement inconnue.

2.2. Faisabilité de l'intervention

La détection de l'oligoamnios ou de décélérations variables du rythme cardiaque fœtal, amenant à la suspicion d'une compression du cordon ombilical, pourrait ne pas être réalisable dans les milieux défavorisés.

Les cathéters conçus pour pratiquer l'amnioinfusion sont onéreux, mais l'amnioinfusion peut être réalisée avec des instruments meilleur marché comme les cathéters d'aspiration pour le nouveau-né, qui sont largement disponibles. La technique est simple, mais requiert une formation avant de pouvoir être pratiquée de façon optimale. Pour la mise en œuvre de cette intervention, la disponibilité et le coût de solutions stériles doivent également être pris en compte.

2.3. Applicabilité des résultats de la Cochrane Review

Les études passées en revue ont été menées dans les conditions suivantes : pratique du monitorage électronique, accès facile à la césarienne et aux soins néonatals immédiats. Du point de vue de la mère, l’avantage majeur est une réduction des césariennes. Dans les unités où la surveillance du fœtus est réalisée par auscultation intermittente et où le taux de césariennes est plus faible, l’effet bénéfique de l’amnioinfusion pourrait ne pas être aussi important. Inversement, il est possible que dans les unités où les soins néonatals immédiats ne sont pas disponibles, les effets sur les résultats néonatals pourraient être plus importants que ceux montrés dans l’analyse documentaire systématique.

2.4. Mise en œuvre de l'intervention

Il est possible de mettre en œuvre cette intervention en utilisant des cathéters moins onéreux. L’amnioinfusion en cas de décélérations variables a été évaluée dans des centres pratiquant la césarienne en cas de suspicion d’une souffrance fœtale reposant sur des anomalies du rythme cardiaque fœtal, sans confirmation par le pH sanguin du cuir chevelu. Il pourrait être possible que l’effet bénéfique de l’amnioinfusion soit limité à la réduction des décélérations variables, un signe plutôt non spécifique de souffrance fœtale. Néanmoins, bien que la mise en œuvre de la mesure du pH sanguin du cuir chevelu constituerait un avantage, l'intervention apporte un effet bénéfique à la mère si elle réduit le risque de césarienne dans ce contexte.

2.5. RECHERCHE

Les effets bénéfiques et nocifs de l'amnioinfusion doivent être évalués dans des hôpitaux où la surveillance du bien-être du fœtus est pratiquée par auscultation intermittente. De plus amples recherches sont également nécessaires afin d’évaluer l’effet sur la césarienne de l’amnioinfusion en cas de compression du cordon ombilical suspectée en raison de décélérations du rythme cardiaque fœtal, dans le cas où une mesure du pH sanguin du cuir chevelu est réalisée.

Sources de soutien : Université de Genève, Genève, Suisse

Remerciements : Ce commentaire a été préalablement préparé par le Professeur Graham Howarth.


Ce document doit être cité comme suit : Boulvain M. Amnioinfusion for potential or suspected umbilical cord compression in labour: Commentaire de la BSG (dernière révision : 24 June 2002). Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS; Genève : Organisation mondiale de la Santé.

Partager

À propos de l'auteur