Éducation en matière d'utilisation de contraceptifs par les femmes après l'accouchement

Analyse documentaire Cochrane par Hiller JE, Griffith E, Jenner F

Ce rapport doit être cité comme suit : Hiller JE, Griffith E, Jenner F. Education for contraceptive use by women after childbirth. Base de Données des Analyses Documentaires Systématiques Cochrane 2007, 4ème Édition. Art. No.: CD001863. DOI: 10.1002/14651858.CD001863.

RÉSUMÉ

Titre

Éducation en matière d'utilisation de contraceptifs par les femmes après l'accouchement

Contexte

En 1966, le Population Council (une organisation non gouvernementale à but non lucratif visant à promouvoir la santé génésique dans le monde) a financé des projets de démonstration (connus sous le nom d'International Postpartum Program) sur la planification familiale après l'accouchement, axés principalement sur les pays en voie de développement et portant sur 25 hôpitaux situés dans 14 pays (Zatuchni, 1970). Ces projets reposaient sur les hypothèses selon lesquelles les femmes sont réceptives à l'éducation sur la planification familiale dans la période suivant l'accouchement et qu'elles ne retourneront pas dans un centre de santé afin de demander un contraceptif après leur sortie de l'hôpital. Les projets de démonstration ont été déclarés réussis étant donné leur capacité à toucher un grand nombre de femmes, et ont été étendus afin d'inclure des hôpitaux de 21 pays (Winikoff et al, 1991). Les essais comparatifs randomisés n'ont pas été utilisés pour évaluer l'efficacité du programme. L'apport d'une éducation aux mères après l'accouchement sur l'utilisation de contraceptifs est à présent considéré comme un élément standard des soins postnatals, 84 % des femmes indiquant avoir parlé de contraception avec une sage-femme dans le service de suites de couches (Glasier et al, 1996). Bien que cette éducation fasse fréquemment partie intégrante de la programmation de la sortie d'hôpital, de nombreuses femmes estiment qu'il s'agit d'une discussion superficielle incluse dans une liste de sujets à aborder (Glasier et al, 1996). Bien que les manuels d'obstétrique et ceux destinés aux sages-femmes considèrent qu'une telle éducation constitue une part inhérente des soins après l'accouchement, l'efficacité de cette intervention n'est que rarement remise en question (Keith et al, 1980 ; Semeraro, 1996). Des questions ont été soulevées quant aux hypothèses de base de ce type de programmes, à savoir la motivation des femmes venant d'accoucher à utiliser des contraceptifs et le fait qu'elles ne retourneront pas dans un centre de santé afin d'obtenir des conseils en matière de planification familiale (Winikoff et al, 1991). Par ailleurs, des enquêtes réalisées après l'accouchement indiquent que les femmes souhaiteraient parler de contraception avant la naissance et après leur sortie d'hôpital, de préférence dans le cadre d'une éducation générale sur la santé de la mère et de l'enfant (Ozvaris, 1997).

Objectifs

L'éducation après l'accouchement en matière d'utilisation de contraceptifs est un élément habituel de la programmation de la sortie d'hôpital dans de nombreux pays comptant une grande variété de systèmes de soins de santé. Cette éducation repose sur des hypothèses relatives à la réceptivité des femmes à l'éducation contraceptive au cours de la période suivant l'accouchement et à leur manque d'accès présumé à ce type d'éducation après cette période. L'objectif de la présente analyse était d'évaluer les effets de l'éducation en matière d'utilisation de contraceptifs chez la femme après l'accouchement.

Stratégie de recherche

Notre analyse a porté sur le Cochrane Controlled Trials Register, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, Psychlit, Popline, les index de citations et les listes bibliographiques des articles pertinents. Nous avons contacté des experts dans ce domaine afin d'identifier toute recherche supplémentaire, en parallèle du Specialised Register of Controlled Trials du groupe. Date de la recherche la plus récente : mars 2001.

Critères de sélection

Essais utilisant des méthodes de répartition randomisées ou quasi-randomisées évaluant l'efficacité de l'éducation après l'accouchement en matière d'utilisation de contraceptifs.

Collecte et analyse des données

Deux auteurs indépendants ont extrait les données relatives aux caractéristiques et aux résultats des essais.

Principaux résultats

Aucun nouvel essai n'a été identifié depuis la mise à jour de la présente analyse en 1999. Trois essais portant sur 5 438 femmes ont été identifiés. Ces essais ont été réalisés au Liban, au Pérou et au Népal. Aucun de ces essais n'a examiné tous les critères d'évaluation majeurs préalablement spécifiés. L'éducation après l'accouchement en matière d'utilisation de contraceptifs a influencé leur utilisation à court terme, évaluée entre 40 jours et trois mois post-partum. Les femmes incluses dans les groupes de l'intervention étaient moins susceptibles de ne pas utiliser de contraceptifs que celles faisant partie des groupes témoins (Odds ratio (OR) = 0,47 [intervalle de confiance (IC) 95 : 0,39-0,58]). Cet effet bénéfique n'était pas aussi clair dans les analyses de données fournies par les études de meilleure qualité (OR = 0,67 [IC95 : 0,41-1,13]). Un effet bénéfique sur l'utilisation de contraceptifs six mois après l'accouchement (OR = 0,52 [IC95 : 0,37-0,74]) n'était pas apparent après l'analyse de sensibilité (OR = 0,59 [IC95 : 0,33-1,06]). Les données ne permettent pas d'évaluer l'impact sur l'arrêt de l'allaitement maternel et sur l'absence de consultation dans les centres de planification familiale. Les grossesses non désirées, les connaissances en matière de contraception et la satisfaction en termes de soins n'ont été évaluées dans aucun essai.

Conclusions des auteurs

L'efficacité de l'éducation après l'accouchement en matière d'utilisation de contraceptifs n'a pas encore été établie dans le cadre d'essais comparatifs randomisés. Ce type d'éducation pourrait être efficace pour accroître l'utilisation à court terme de contraceptifs. Toutefois, les données évaluant l'effet plus important et à long terme de la prévention des grossesses non programmées sont limitées. Des recherches doivent être menées afin d'évaluer l'efficacité de l'éducation minimale fournie dans une majorité de pays développés et les différents programmes proposés dans les régions les moins développées. Ce type de recherches devrait examiner le contenu, le moment propice, l'étendue et l'organisation de l'éducation après l'accouchement en matière d'utilisation de contraceptifs, y compris la méthode de l'allaitement maternel exclusif, ainsi que son impact sur le taux d'allaitement maternel.

Partager