Supplémentation en micronutriments multiples chez la femme enceinte

Cette analyse n'a montré aucun bénéfice supplémentaire de la supplémentation en micronutriments multiples par rapport à la supplémentation en fer et acide folique seuls. Jusqu'à ce que de plus amples informations soient disponibles, il est conseillé de suivre la recommandation de l'OMS en faveur de la supplémentation en fer et folates chez toutes les femmes enceintes.

Commentaire de la BSG par Lumbiganon P

1. RÉSUMÉ DES PREUVES

Cette analyse documentaire Cochrane (1) a été mise à jour en 2006. Neuf essais portant sur 15 378 femmes ont été inclus dans la présente analyse. Tous les essais ont été réalisés dans des pays à faibles revenus et étaient de bonne qualité méthodologique.

L'analyse a mis en évidence que, par rapport à la supplémentation par deux micronutriments ou moins, à l'absence de supplémentation en micronutriments ou à la supplémentation avec un placebo, la supplémentation en micronutriments multiples a réduit significativement le risque de nouveau-nés de faible poids de naissance (risque relatif (RR) = 0,83 [intervalle de confiance à 95 %(IC95) : 0,76-0,91]), de nouveau-nés hypotrophes (RR = 0,92 [IC95 : 0,86-0,99]) et d'anémie maternelle (RR = 0,61 [IC95 : 0,52-0,71]). Aucune modification statistiquement significative n'a été associée à la supplémentation en micronutriments multiples pour deux autres résultats, à savoir la prématurité et la mortalité périnatale.

Dans la mesure où l'Organisation mondiale de la Santé recommande l'utilisation systématique de la supplémentation en fer et acide folique chez la femme enceinte dans le cadre des soins prénatals, cette analyse a également comparé l'effet de la supplémentation en micronutriments multiples à celui de la supplémentation en fer et acide folique seuls. Les résultats n'ont montré aucun bénéfice supplémentaire de la supplémentation en micronutriments multiples par rapport à la supplémentation en fer et acide folique seuls.

Un certain nombre de résultats prédéterminés cliniquement importants n'ont pas pu être évalués, les données correspondantes issues des essais inclus étant insuffisantes ou indisponibles. Parmi ces résultats figuraient notamment l'hématome rétroplacentaire, les anomalies congénitales (y compris l'avortement spontané), les anomalies du tube neural, la rupture prématurée des membranes, la prééclampsie, la morbidité maternelle, la grande prématurité, le retard de développement neurologique, le coût de la supplémentation et les effets indésirables des suppléments, le bien-être ou la satisfaction des mères et le statut nutritionnel de l'enfant.

Les auteurs de l'analyse ont choisi des critères d'évaluation appropriés et ont utilisé les stratégies standard recommandées par le Cochrane Pregnancy et Childbirth Review Group pour la recherche documentaire, l'évaluation de la qualité méthodologique et l'analyse des données.

Les données probantes fournies par cette analyse sont insuffisantes pour suggérer le remplacement de la supplémentation en fer et folates au cours de la grossesse, recommandée par l'Organisation mondiale de la Santé, par une supplémentation en micronutriments multiples.

2. PERTINENCE DANS LES MILIEUX DÉFAVORISÉS

2.1. Étendue du problème

La carence en micronutriments chez les femmes enceintes est fréquente dans les pays à faibles revenus, comme en témoignent les trois exemples suivants.

Au Népal, l'examen de 1 165 femmes enceintes pendant leur premier trimestre de grossesse, avant la supplémentation, a mis en évidence des taux de carences en vitamine A, E et D de 7, 25 et 14 %, respectivement. Une carence en riboflavine, en vitamine B6 et en vitamine B12 a été diagnostiquée chez près de 33, 40 et 28 % de ces femmes, respectivement. La prévalence de la carence en folates n'était que de 12 %, mais 61 % de ces femmes présentaient une carence en zinc (2).

Entre novembre 2000 et octobre 2001, une enquête transversale a été menée au sein de la communauté dans six villages du district de Faridabad, dans l'état indien de Haryana. Toutes les femmes enceintes de 18 ans et plus et dont la durée de la grossesse était supérieure à 28 semaines ont été recrutées. Une carence en zinc, en cuivre, en magnésium, en fer, en acide folique et en iode a été diagnostiquée chez près de 73,5 %, 2,7 %, 43,6 %, 73,4 %, 26,3 % et 6,4 % des femmes, respectivement. Les prévalences les plus élevées pour deux, trois, quatre et cinq carences en micronutriments concomitantes étaient, respectivement, 54,9 % pour la carence en zinc et fer, 25,6 % pour la carence en zinc, magnésium et fer, 9,3 % pour la carence en zinc, magnésium, fer et acide folique, et 0,8 % pour la carence en zinc, magnésium, fer, acide folique et iode (3).

Au Venezuela, des enquêtes menées entre 2001 et 2002 auprès de nouveau-nés, d'enfants, d'adolescents et de femmes enceintes des catégories socioéconomiques pauvres et ouvrières de la population ont montré que 36 % et 61 % des femmes enceintes présentaient une carence en acide folique et en vitamine B12, respectivement (4).

2.2. Applicabilité des résultats

Dans la mesure où tous les essais inclus dans cette analyse ont été réalisés dans des pays à faibles revenus, les résultats devraient être applicables aux milieux défavorisés.

2.3. Mise en œuvre de l'intervention

Les preuves fournies dans cette analyse indiquent que, comparée à la supplémentation en fer et acide folique seuls, la supplémentation en micronutriments multiples n'apporte aucun bénéfice supplémentaire. La supplémentation en folates et en fer au cours de la grossesse, recommandée par l'Organisation mondiale de la Santé, devrait être mise en œuvre en attendant de disposer de plus amples informations.

3. RECHERCHE

De plus amples recherches sont nécessaires afin d'évaluer si l'efficacité de la supplémentation en micronutriments multiples pendant la grossesse est supérieure à celle de la supplémentation en folates et en fer dans l'amélioration de la santé maternelle et/ou fœtale. Les futurs essais devront également évaluer le risque de la supplémentation en excès et les interactions indésirables potentielles entre les micronutriments. Par ailleurs, les futurs essais et analyses devront en outre évaluer l'effet de différentes associations et doses de micronutriments dans les suppléments.

Sources de soutien : Faculté de médecine, université de Khon Kaen, Khon Kaen, Thaïlande ; Thailand Research Fund/Senior Research Scholar.

Références

  • Haider BA, Bhutta ZA. Multiple-micronutrient supplementation for women during pregnancy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006; Issue 4. Art. No.: CD004905; DOI: 10.1002/14651858.CD004905.pub2.
  • Jiang T, Christian P, Khatry SK, Wu L, West KP Jr. Micronutrient deficiencies in early pregnancy are Common, concurrent, and vary by season among rural Nepali pregnant women. J Nutr 2005;135:1106-12.
  • Pathak P, Kapil U, Kapoor SK, Saxena R. 2, Kumar A, Gupta N, Dwivedi SN, Singh R, Singh P. Prevalence of multiple micronutrient deficiencies amongst pregnant women in a rural area of Haryana. Indian J Pediatr 2004;71:1007-14.
  • García-Casal MN, Osorio C, Landaeta M, Leets I, Matus P, Fazzino F, Marcos E. High prevalence of folic acid and vitamin B12 deficiencies in infants, children, adolescents and pregnant women in Venezuela. Eur J Clin Nutr. 2005; 59(9):1064-70.

Ce document doit être cité comme suit : Lumbiganon P. Supplémentation en micronutriments multiples chez la femme enceinte Commentaire de la BSG (dernière révision : 23 août 2007). Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS; Genève : Organisation mondiale de la Santé.

Partager

À propos de l'auteur