Pression de distension continue en cas de syndrome de détresse respiratoire chez le nouveau-né prématuré

Analyse documentaire Cochrane par Ho JJ, Subramaniam P, Henderson-Smart DJ, Davis PG

Ce rapport doit être cité comme suit : Ho JJ, Subramaniam P, Henderson-Smart DJ, Davis PG. Continuous distending pressure for respiratory distress syndrome in preterm infants. Base de Données des Analyses Documentaires Systématiques Cochrane 2007, 4ème Édition. Art. No.: CD002271. DOI: 10.1002/14651858.CD002271.

RÉSUMÉ

Titre

Pression de distension continue en cas de syndrome de détresse respiratoire chez le nouveau-né prématuré

Contexte

Le syndrome de détresse respiratoire (SDR) est la cause de morbidité et de mortalité la plus importante chez les nouveau-nés prématurés (Greenough 1998, Bancalari 1992). La ventilation à pression positive intermittente (VPPI) associée au surfactant est le traitement standard de cette pathologie. Le problème majeur lié à la VPPI réside dans le fait qu'il s'agit d'une intervention invasive, entraînant des lésions pulmonaires ou des voies aériennes et contribuant au développement de la pneumopathie chronique.

Objectifs

Chez les nouveau-nés prématurés présentant un SDR et respirant spontanément, déterminer si la pression de distension continue (PDC) réduit le besoin de VPPI et la morbidité associée, sans entraîner d'effets indésirables.

Stratégie de recherche

La stratégie de recherche standard du Neonatal Review Group a été suivie. La recherche a porté sur l'Oxford Database of Perinatal Trials, le Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library, Issue 3, 2004), MEDLINE (de 1966 à août 2004), EMBASE, CINAHL (de 1980 à août 2004), les analyses documentaires précédentes, y compris les références croisées, les résumés, les actes de conférences et de symposiums, les informations d'experts; les revues principalement en langue anglaise ont fait l'objet d'une recherche manuelle.

Critères de sélection

Tous les essais utilisant une répartition randomisée ou quasi-randomisée des patients et portant sur des nouveau-nés prématurés présentant un SDR étaient admissibles. Les interventions étaient la pression de distension continue y compris la pression positive continue (PPC) administrée par masque, sonde nasale, sonde nasopharyngée ou sonde endotrachéale, ou la pression négative continue (PNC) via un caisson renfermant le thorax et la partie inférieure du corps du patient, comparées aux soins de routine.

Collecte et analyse des données

Les méthodes standard de la Cochrane Collaboration et de son Neonatal Review Group ont été suivies, les auteurs ayant notamment indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données.

Principaux résultats

La PDC est associée à un taux plus faible d'échec du traitement (décès ou utilisation de l'assistance ventilatoire) (RR combiné = 0,70 [0,55-0,88] ; DR = -0,22 [de -0,35 à -0,09] ; NST = 5 [3-11]), de mortalité générale (RR combiné = 0,52 [0,32-0,87] ; DR = -0,15 [de -0,26 à -0,04] ; NST = 7 [4-25]), et de mortalité chez les nouveau-nés de poids de naissance supérieur à 1 500 g (RR combiné = 0,24 [0,07-0,84] ; DR = -0,281 [de -0,483 à -0,078] ; NST = 4 [2-13]). L'utilisation de la PDC est associée à un taux accru de pneumothorax (RR combiné = 2,36 [1,25-5,54] ; DR = 0,14 [0,04-0,23] ; NST = 7 [4-24]).

Conclusions des auteurs

Chez les nouveau-nés prématurés présentant un SDR, l'utilisation de la PDC sous forme de PPC ou de PNC est associée à des effets bénéfiques en termes de réduction de l'insuffisance respiratoire et de la mortalité. La PDC est associée à un taux accru de pneumothorax. L'applicabilité de ces résultats dans la pratique clinique est difficile à évaluer, étant donné l'évolution connue en matière de soins intensifs depuis les années 1970, période à laquelle quatre des cinq essais inclus ont été réalisés. Dans les unités ne disposant que de ressources limitées, notamment dans les pays en développement, la PPC pourrait jouer un rôle clinique dans le traitement du SDR. De plus amples recherches sont nécessaires afin de déterminer le meilleur mode d'administration de la PDC et son rôle dans les unités de soins intensifs modernes.

Partager