Désinfection vaginale en prévention de la transmission mère-enfant de l'infection par le VIH

Aspects pratiques de la BSG par Temmerman M

La prévention primaire du VIH reste la clé permettant de réduire la transmission périnatale du VIH. La prévention de l’infection par le VIH chez les jeunes femmes est de loin l’intervention offrant le meilleur rapport coût-efficacité, mais c’est également l’objectif le plus difficile à atteindre. Lorsque des femmes infectées par le VIH sont enceintes, plusieurs interventions sont disponibles pour réduire efficacement les risques de transmission du virus de la mère à l’enfant. L'association d'un traitement par antirétroviraux, d'une césarienne programmée avant le déclenchement spontané du travail et de l’alimentation au biberon ont entraîné une réduction considérable de la transmission périnatale (moins de 2 %) dans les pays développés.

Ces interventions ne sont malheureusement toujours pas disponibles pour la majorité des femmes d'Afrique subsaharienne où le VIH est endémique. En conséquence, la recherche d’alternatives simples, sûres, à coût modéré et adaptées aux femmes continue. Néanmoins, à l'heure actuelle, la désinfection vaginale ne peut pas être recommandée comme stratégie pour réduire la transmission mère-enfant au cours du travail et de l'accouchement.

NIVEAU PREMIER CONTACT (SOINS PRIMAIRES)

Toutes les femmes enceintes devraient avoir accès à une assistance socio-psychologique et au dépistage volontaire du VIH. Il convient de leur apporter toutes les informations disponibles sur l’infection au VIH et les différentes possibilités de traitement. Elles devraient avoir l'opportunité d’inviter leur partenaire à se rendre au centre de soins de santé, mais pas de les forcer à venir avec elles, ni de refuser le traitement si leur partenaire refuse de venir consulter. Il convient d'apporter aux femmes des informations concernant l'allaitement maternel (y compris les risques associés en matière de transmission du VIH à leur nouveau-né) et des services de santé génésique et de contraception.

NIVEAU HÔPITAL CENTRAL (SOINS SECONDAIRES)

Une assistance socio-psychologique et le dépistage volontaire du VIH devraient être largement disponibles et l'hôpital devrait avoir une politique claire concernant le dépistage du VIH au cours de la grossesse et du travail. Si possible, les femmes devraient bénéficier d'un traitement antirétroviral et il convient de leur proposer une césarienne lorsque celle-ci est considérée comme sans danger pour la mère et le nouveau-né.

À DOMICILE OU EN COMMUNAUTÉ

La sensibilisation de la communauté au VIH et aux façons de prévenir l'infection constitue un élément important de la prévention primaire de l'infection par le VIH. Cette sensibilisation devrait inclure des informations permettant de réduire la stigmatisation des femmes qui choisissent de ne pas allaiter leur nouveau-né au sein afin de réduire le risque de transmission du VIH. Ces femmes ont besoin du soutien de la communauté.


Ce document doit être cité comme suit : Temmerman M. Désinfection vaginale en prévention de la transmission mère-enfant de l'infection par le VIH : Aspects pratiques de la BSG (dernière mise à jour : 8 septembre 2003). Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS; Genève : Organisation mondiale de la Santé.

Partager

À propos de l'auteur