Traitement hormonal à long terme chez les femmes en périménopause et en postménopause

Analyse documentaire Cochrane par Farquhar CM, Marjoribanks J, Lethaby A, Lamberts Q, Suckling JA and the Cochrane HT Study Group

Ce rapport doit être cité comme suit : Farquhar CM, Marjoribanks J, Lethaby A, Lamberts Q, Suckling JA and the Cochrane HT Study Group. Long term hormone therapy for perimenopausal and postmenopausal women. Base de Données des Analyses Documentaires Systématiques Cochrane 2007, 4ème Édition. Art. No.: CD004143. DOI: 10.1002/14651858.CD004143.pub2.

RÉSUMÉ

Titre

Traitement hormonal à long terme chez les femmes en périménopause et en postménopause

Contexte

Le traitement hormonal (TH) est largement utilisé pour juguler les symptômes de la ménopause. Il a également été utilisé dans la prise en charge et la prévention des maladies cardiovasculaires, de l'ostéoporose et de la démence chez les femmes âgées mais les preuves étayant son utilisation pour ces indications sont largement observationnelles.

Objectifs

Evaluer l'effet du TH à long terme sur la mortalité, les maladies cardiaques, la thromboembolie veineuse, les accidents cérébrovasculaires, les accidents ischémiques transitoires, le cancer du sein, le cancer colorectal, le cancer de l'ovaire, le cancer de l'endomètre, les maladies vésiculaires, la fonction cognitive, la démence, les fractures et la qualité de vie.

Stratégie de recherche

Notre analyse a porté sur les bases de données suivantes jusqu'à novembre 2004 : le registre des essais du Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group, le Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, Biological Abstracts. Notre analyse a également porté sur les revues et les comptes rendus de conférences pertinents non répertoriés.

Critères de sélection

Des essais randomisés en double aveugle sur un TH (oestrogènes avec ou sans progestatifs) comparé à un placebo, pris au moins pendant un an par des femmes en périménopause et en postménopause.

Collecte et analyse des données

Quinze ECR ont été inclus. La qualité des essais a été évaluée et deux auteurs ont extrait les données indépendamment. Ils ont calculé les risques relatifs pour les résultats dichotomiques et les différences moyennes pondérées pour les résultats continus. L'hétérogénéité clinique a rendu impossible une méta-analyse pour la plupart des résultats.

Principaux résultats

Tous les résultats statistiquement significatifs proviennent des deux plus grands essais. Chez des femmes relativement en bonne santé, le TH continu combiné a augmenté significativement le risque de thromboembolie veineuse ou d'évènements coronariens (après un an d'utilisation), d'accidents cérébrovasculaires (après 3 ans), de cancer du sein (après 5 ans) et de maladies vésiculaires. Un TH à long terme à base d'oestrogène seul augmente également de façon significative le risque d'accidents cérébrovasculaires et de maladies vésiculaires. En général, les seuls effets bénéfiques statistiquement significatifs du TH étaient une diminution de l'incidence de fractures et de cancer du colon avec une utilisation à long terme. Chez les femmes relativement en bonne santé de plus de 65 ans prenant un TH combiné continu, une augmentation statistiquement significative d'incidence de démence a été observée. Chez les femmes présentant des maladies cardiovasculaires, l'utilisation à long terme de TH combiné continu a augmenté de façon significative le risque de thromboembolie veineuse. Aucun essai ne s'est particulièrement axé sur des femmes plus jeunes. Cependant, un essai a analysé des sous-groupes de 2 839 femmes relativement en bonne santé entre 50 et 59 ans prenant un TH combiné continu et 1 637 femmes prenant un TH à base d'oestrogènes seuls, contre un groupe de taille similaire prenant un placebo. La seule augmentation significative de risque rapporté concernait la thromboembolie veineuse chez les femmes prenant un TH combiné continu; leur risque absolu est resté très faible.

Conclusions des auteurs

Le TH n'est pas indiqué pour une prise en charge systématique de maladie chronique. Nous avons besoin de plus de preuves sur l'innocuité du TH pour juguler les symptômes de la ménopause, bien qu'une utilisation à court terme semble être relativement sans danger pour les femmes plus jeunes en bonne santé.

Partager