Dispositifs de prélèvement pour obtenir des échantillons cytologiques cervicaux

Les spatules à extrémité allongée (dispositif d'Aylesbury) de différents modèles semblent être plus indiquées pour le prélèvement de cellules endocervicales que les spatules d'Ayre généralement utilisées. La combinaison Cytobrush ® et spatule à extrémité allongée semble être la plus efficace. Une formation, sous la forme d'un atelier d'une journée, sera nécessaire pour les professionnels de santé afin de mettre en œuvre cette intervention.

Commentaire de la BSG par Andrade JM and Ferriani RA

1. RÉSUMÉ DES PREUVES

Cette analyse a identifié les essais randomisés analysant l'efficacité de seize dispositifs de prélèvement pour frottis cervical. Tous les dispositifs capables de prélever des frottis endocervicaux se sont avérés supérieurs à la spatule d’Ayre en termes de qualité du frottis. Les dispositifs permettant de prélever une plus grande proportion de cellules endocervicales ont de plus fortes chances de permettre de déceler une cytologie anormale, notamment en présence d’une forme grave de dyskaryose.

La plupart des essais comparatifs appropriés ont été inclus. L'étude réalisée par Germain et al. (1) par exemple, n'a pas été incluse. Les essais sélectionnés ont fait l'objet d'une analyse minutieuse.

2. PERTINENCE DANS LES MILIEUX DÉFAVORISÉS

2.1. Étendue du problème

Environ 500 000 cas de cancer invasif du col utérin sont diagnostiqués chaque année dans les pays en voie de développement, correspondant à environ 80 % du nombre total de cas dans le monde. Le cancer invasif du col utérin est une maladie potentiellement évitable car une détection précoce de lésions de néoplasie cervicale intraépithéliale (CIN) dans le cadre de programmes de dépistage de masse de cytologie cervicale exfoliative peut théoriquement éliminer la pathologie invasive.

Les données disponibles indiquent que l'étendue de la couverture revêt une importance plus grande que la fréquence des prélèvements colpocytologiques dans la réduction de la mortalité due au cancer invasif du col utérin (2). Dans l'état le plus développé du Brésil (état de São Paulo), les données statistiques les plus récentes disponibles indiquent qu'environ 1 500 000 analyses sont pratiquées chaque année, ce qui correspond seulement à 20 % de la population à risque. Le fait que la majorité de ces analyses porte sur des patientes ayant une situation socio-économique plus élevée, alors que le dépistage des femmes vivant dans des communautés moins privilégiées est insuffisant, constitue une source de préoccupation. Dans la mesure où le prélèvement du frottis pour l’examen cytologique est pratiqué presque uniquement de façon sporadique pour la majorité de la population, l’obtention d’un frottis de très bonne qualité revêt une importance fondamentale, la priorité étant donnée à la recherche de techniques qui amélioreront la qualité du frottis prélevé. Les résultats faussement négatifs, compris entre 1,5 % et 35 %, sont principalement dus à des erreurs de prélèvement (responsables des deux tiers des faux négatifs). C’est pourquoi les tentatives visant l’amélioration des résultats des programmes de dépistage devraient être axées sur la réduction des erreurs de prélèvement.

2.2. Faisabilité de l'intervention

L'efficacité des programmes de dépistage du cancer du col utérin dépend de la qualité et de la précision du prélèvement des frottis cervicaux. Afin d’améliorer la fiabilité des différents types de dispositifs de prélèvement de frottis cervicaux, il est possible d’utiliser des spatules à extrémité allongée pour le dépistage de masse. L’incorporation d’un dispositif supplémentaire accroît les coûts et le temps consacré au prélèvement et peut avoir des conséquences significatives pour les services pratiquant un grand nombre d’analyses. Harrisson et al. (3) ont indiqué que la brosse cervicale était environ 100 fois plus onéreuse qu’un écouvillon en coton (prix pour 100 brosses : 29 $ US ; prix pour 100 écouvillons en coton : 0,30 $ US). L'utilisation de deux dispositifs augmente de façon significative les chances de déceler une cytologie anormale mais entraîne souvent un séchage du frottis à l'air en raison du temps nécessaire à son transfert de chacun des instruments à la lame en verre, et son coût est plus élevé.

Malgré des coûts directs plus élevés, la nécessité de renouveler l'analyse en raison de frottis non satisfaisant est réduite. En outre, même si la répétition de routine n’est pas recommandée, la réduction du nombre de faux négatifs associée à la réduction correspondante du nombre de cancers invasifs rend négligeable cette augmentation des coûts de prélèvement.

2.3. Applicabilité des résultats de la Cochrane Review

Toutes les études portant sur l'évaluation de l'efficacité de différents prélèvements de frottis cervicaux ont été menées dans des pays développés. Même si le prélèvement de frottis cervicaux suppose une technique facile à apprendre, on peut s’attendre à quelques différences concernant la formation des prestataires en charge de ces prélèvements destinés à la cytologie. Néanmoins, aucune raison ne permet de penser que les résultats de cette analyse ne soient pas applicables aux milieux défavorisés.

2.4. Mise en œuvre de l'intervention

Le coût de l'introduction d'un autre dispositif pour le prélèvement endocervical est très faible par rapport au coût total du processus de dépistage. La sensibilité accrue et l'efficacité plus grande du dépistage du cancer du col utérin à un stade précoce peuvent facilement justifier ce coût supplémentaire. En association à une formation appropriée, la mise en œuvre de l’utilisation de la spatule à extrémité allongée pour le dépistage de routine devrait être possible.

2.5. RECHERCHE

Les études disponibles présentent le pourcentage de frottis contenant ou ne contenant pas de cellules endocervicales. Le nombre de cellules est toutefois important afin de définir la qualité et la fiabilité du frottis. Il serait donc intéressant que d’autres études (ou analyses documentaires, dans la mesure où des études de ce type sont déjà disponibles) portent sur la quantification des cellules endocervicales, utilisant comme critère le nombre d'amas de ces cellules ou une estimation de leur nombre total.

Références

  • Germain M, Heaton R, Erickson D, Henry M, Nash J, O`Connor D. A comparison of the three most common Papanicolaou smear collection techniques. Obstetrics and gynecology 1994;84:168-173.
  • Moos SM, Day NE. Screening intervals and identification of high risk groups for cervical cancer. Meeting on prevention and control of cancer of the cervix uteri. Working paper 445. Geneva, World Health Organization 1985 .
  • Harrison DD, Hernandez E, Dunton CJ. Endocervical brush versus cotton swab for obtaining cervical smears at a clinic: a cost comparison. Journal of reproductive medicine 1993;38:285.

Ce document doit être cité comme suit : Andrade JM and Ferriani RA. Collection devices for obtaining cervical cytology samples: Commentaire de la BSG (dernière révision : 17 December 2000). Bibliothèque de Santé Génésique de l'OMS; Genève : Organisation mondiale de la Santé.

Partager