Fiches modèles OMS d'information à l'usage des prescripteurs: Médicaments utilisés en dermatologie
(1999; 132 pages) [English] [Spanish] Voir le document au format PDF
Table des matières
Afficher le documentPréface
Afficher le documentIntroduction
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuParasitoses
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuPiqûres et morsures d'insectes et d'arachnides
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuMycoses superficielles
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuMycoses sous-cutanées
Fermer ce répertoireInfections bactériennes
Afficher le documentStaphylococcies et streptococcies
Afficher le documentPian et pinta
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuInfections virales
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuDermatites
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuDystrophies cutanées squameuses
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuDermatoses papulo-squameuses
Afficher le documentDermites médicamenteuses
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuTroubles de la pigmentation
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuLésions précancéreuses et tumeurs malignes
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuPhotodermatoses
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuDermatoses bulleuses
Afficher le documentAlopécie en plaques
Afficher le documentUrticaires
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAffections fréquentes de l'enfant
Afficher le documentAcné vulgaire
Afficher le documentPrurit
Afficher le documentUlcères tropicaux
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAntimicrobiens
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAntifongiques
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAntiseptiques
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuKératoplastiques et kératolytiques
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAntiscabieux et pédiculicides
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAnti-inflammatoires et antiprurigineux1
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAntiallergiques et médicaments du choc anaphylactique
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuPhotoprotecteurs (filtres et écrans solaires)
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuMédicaments divers
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAnnexe
Afficher le documentBibliographie OMS Thématique
Afficher le documentCouverture Arrière
 

Pian et pinta

Le pian et la pinta (ou caraté) ont pour agents pathogènes respectifs les spirochètes Treponema pertenue et T. carateum (taxon périmé). Bien que ces tréponèmes soient étroitement apparentés à T. pallidum, l'agent de la syphilis, ils ne se transmettent pas par voie sexuelle. Les campagnes intensives organisées par l'OMS et l'UNICEF avaient presque abouti à éradiquer ces maladies dans les années 50, mais le pian est aujourd'hui endémique dans une large partie des régions tropicales tandis que la pinta est cantonnée à la zone tropicale américaine. Ces deux tréponématoses se propagent chez les enfants par contact direct. Les exsudats des lésions infectieuses primitives parviennent aux couches profondes de la peau grâce aux petites écorchures ou aux lésions cheilitiques associées à l'avitaminose B.

Après une incubation de 3 à 5 semaines, le pian se manifeste par une petite papule, généralement au pied ou à la partie inférieure de la jambe. Cependant, le signe d'appel consiste parfois dans des douleurs nocturnes aux membres inférieurs, imputables à une ostéopériostite des os longs. La lésion cutanée primitive s'étend rapidement, se transformant en un papillome ulcéré, couleur «chair musculaire», qui exsude une sérosité fourmillant de tréponèmes. Des lésions cutanées secondaires, papillomateuses ou papulosquameuses, peuvent apparaître n'importe où, mais plus généralement dans les zones cutanées humides et au niveau des jonctions cutanéo-muqueuses. Des douleurs et un œdème au niveau des petites articulations de la main sont également typiques du début de la phase de dissémination. En général, les lésions inflammatoires aiguës initiales disparaissent entièrement dans un délai de quelques mois, mais les rechutes ultérieures peuvent laisser des cicatrices cutanées étendues. L'ostéopériostite prolongée provoque des déformations osseuses caractéristiques, notamment celle du tibia en «lame de sabre». Cependant, pendant plusieurs années, des épisodes d'hyperkératose accompagnée de fissuration et d'ulcération de la plante des pieds, constituent souvent le seul signe de l'évolution de la maladie. Plus tard, on peut observer des gommes rappelant celles de la syphilis et des lésions destructrices des os. Une périostite crânienne gommeuse et la destruction des cartilages du nez et du palais sont également des complications classiques et graves de la maladie au stade avancé.

La pinta est une affection relativement bénigne, strictement cutanée. La lésion primitive est généralement psoriasiforme et atteint souvent un diamètre de plusieurs centimètres. Cette plaque ainsi que les autres lésions pouvant apparaître ultérieurement, perdent progressivement leur couleur violette initiale, laissant des cicatrices atrophiques dépigmentées.

Traitement

Pour éviter tout risque de rechute, il faut, dans la même séance, faire deux injections i.m. de benzathine-benzylpénicilline G à raison de 2,4 millions d'UI (1,2 million UI chez l'enfant) au total. En cas d'allergie à la pénicilline, on utilisera la tétracycline à partir de l'âge de 8 ans et l'érythromycine chez le malade plus jeune.

 

vers la section précédente
vers la section suivante
 
 
Le Portail d'information - Médicaments essentiels et produits de santé a été conçu et est maintenu par l'ONG Human Info. Dernière mise à jour: le 1 décembre 2019