Document complet  |  Dérouler chapitre  |  Etendre sommaire  |  Version HTML imprimable
Fiches modèles OMS d'information à l'usage des prescripteurs: Médicaments utilisés en dermatologie
(1999; 132 pages) [English] [Spanish] Voir le document au format PDF
Table des matières
Afficher le documentPréface
Afficher le documentIntroduction
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuParasitoses
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuPiqûres et morsures d'insectes et d'arachnides
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuMycoses superficielles
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuMycoses sous-cutanées
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuInfections bactériennes
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuInfections virales
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuDermatites
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuDystrophies cutanées squameuses
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuDermatoses papulo-squameuses
Afficher le documentDermites médicamenteuses
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuTroubles de la pigmentation
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuLésions précancéreuses et tumeurs malignes
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuPhotodermatoses
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuDermatoses bulleuses
Afficher le documentAlopécie en plaques
Afficher le documentUrticaires
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAffections fréquentes de l'enfant
Afficher le documentAcné vulgaire
Afficher le documentPrurit
Afficher le documentUlcères tropicaux
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAntimicrobiens
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAntifongiques
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAntiseptiques
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuKératoplastiques et kératolytiques
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAntiscabieux et pédiculicides
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAnti-inflammatoires et antiprurigineux1
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAntiallergiques et médicaments du choc anaphylactique
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuPhotoprotecteurs (filtres et écrans solaires)
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuMédicaments divers
Ouvrir ce répertoire et afficher son contenuAnnexe
Afficher le documentBibliographie OMS Thématique
Afficher le documentCouverture Arrière
 

Alopécie en plaques

L'alopécie en plaques, sans doute à médiation immunitaire, est une affection relativement courante des cheveux. Elle se caractérise par l'apparition sur un cuir chevelu normal par ailleurs d'une ou plusieurs plaques alopéciques, ovales ou circulaires, non cicatricielles. En phase évolutive, une légère traction suffit pour arracher les cheveux à la périphérie des aires dénudées. L'alopécie est parfois diffuse au stade précoce tandis, que dans les cas graves, l'extension des plaques peut aboutir à une calvitie totale. Chez plus de la moitié des sujets atteints d'alopécie en plaques, les ongles sont finement ponctués, réalisant un aspect en dé à coudre.

L'alopécie en plaques apparaît le plus souvent chez l'enfant ou le jeune adulte, mais elle peut débuter à tout âge. Chez certains sujets, il existe des antécédents familiaux. Dans les deux tiers des cas, une repousse partielle ou complète des cheveux intervient dans les 5 ans. Au-delà de ce délai, la guérison spontanée est rare. L'alopécie en plaques s'observe dans la syphilis secondaire, mais le diagnostic différentiel est facile d'après les antécédents, d'autres observations physiques, et l'aspect plus irrégulier de l'alopécie, dite «en clairière». La teigne peut également provoquer une alopécie en plaques, particulièrement chez l'enfant.

Prise en charge

L'efficacité du traitement est incertaine et les résultats obtenus souvent de courte durée. Selon certains, un traitement précoce pourrait limiter l'extension des lésions, alors qu'il perdrait toute efficacité plus tard. Le traitement médicamenteux est rarement justifié chez l'enfant et l'adolescent ou lorsque l'atteinte est stable. En cas de perte de cheveux massive, le port d'une perruque ou d'une prothèse constitue une meilleure solution.

La repousse localisée des cheveux peut être stimulée par l'application d'un corticoïde, par exemple l'acétate d'hydrocortisone, ou d'un agent kératolytique comme le dithranol ou la trétinoïne. La corticothérapie générale est rarement (sinon jamais) utilisée étant donné les dangers qu'elle comporte en contrepartie d'une efficacité douteuse - et provisoire puisque la chute des cheveux reprend à l'arrêt du traitement. La puvathérapie est parfois efficace en cas d'échec des autres traitements.

 

vers la section précédente
vers la section suivante
 
 
Le Portail d'information - Médicaments essentiels et produits de santé a été conçu et est maintenu par l'ONG Human Info. Dernière mise à jour: le 1 décembre 2019