Stratégie de l'OMS pour la médecine traditionnelle pour 2002-2005
(2002; 74 pages) [English] [Spanish] Ver el documento en el formato PDF
Índice de contenido
Ver el documentoRemerciements
Ver el documentoAcronymes, abréviations & régions de l’OMS
Abrir esta carpeta y ver su contenidoPoints clés: Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2002 - 2005
Abrir esta carpeta y ver su contenidoChapitre 1. Examen global
Abrir esta carpeta y ver su contenidoChapitre 2. Défis
Cerrar esta carpetaChapitre 3. Le rôle actuel de l’OMS
Ver el documento3.1 Développer la MTR/MCP et l’intégrer aux systèmes nationaux de soins de santé
Ver el documento3.2 Assurer un usage correct, sûr et efficace de la médecine traditionnelle
Ver el documento3.3 Accroître l’accès à l’information concernant la MTR/MCP
Abrir esta carpeta y ver su contenidoChapitre 4. Ressources internationales et nationales pour la médecine traditionnelle
Abrir esta carpeta y ver su contenidoChapitre 5. Stratégie et plan d’action pour 2000 - 2005
Ver el documentoAnnexe 1: Liste des Centres collaborateurs de l’OMS pour la médecine traditionnelle
Abrir esta carpeta y ver su contenidoAnnexe 2: Sélection de publications et documents de l’OMS sur la médecine traditionnelle
Ver el documentoRéférences
Ver el documentoContacts dans le domaine des politiques de médicaments essentiels
Ver el documentoCouverture arrière
 

3.3 Accroître l’accès à l’information concernant la MTR/MCP

Avec 191 États membres, une intervention au niveau de diverses activités de MTR et un accès direct au savoir-faire sur de nombreuses questions de MTR, l’OMS est bien placée pour aider à accroître l’accès à une information exacte sur la MTR. Ceci implique la réalisation d’ouvrages de référence faisant autorité, par exemple sur les plantes médicinales, ainsi que l’offre de conseils sur les politiques nationales, la formation, la bonne pratique, la sélection et l’usage des thérapies (voir annexe 2). L’Organisation facilite aussi de plus en plus l’échange d’informations.

Une information faisant autorité

Les Monographies de l’OMS concernant une sélection de plantes médicinales fournissent une information scientifique sur le contrôle de l’innocuité, de l’efficacité et de la qualité de plantes médicinales largement utilisées.

Elle comprend des résumés concis des caractéristiques botaniques des plantes médicinales, des listes des principales composantes chimiques des plantes et des consignes sur les moyens d’assurer le contrôle de la qualité des matières à base de plantes qui en sont dérivées. Les Monographies résument également l’usage médicinal en trois catégories: pharmacologie, posologie et contre-indications. Elles formulent aussi les précautions à prendre contre les effets indésirables. Ouvrages de référence clés pour administrations de la santé, scientifiques et sociétés pharmaceutiques, elles sont également utilisées par des personnes non-initiées pour les guider dans l’usage rationnel des médicaments à base de plantes. Par ailleurs, des États membres de l’OMS aussi divers que le Bénin, le Mexique, l’Afrique du Sud et le Vietnam ont utilisé les Monographies comme modèle pour le développement de leurs propres monographies ou formulaires nationaux. Le Volume 1 a été recommandé par la Commission Européenne à ses propres États membres en tant qu’ouvrage de référence faisant autorité.

Bien que la responsabilité générale du contenu et de la réalisation des Monographies appartienne à l’OMS, elles sont le fruit d’un effort de collaboration qui a permis d’en optimiser l’exactitude et la fiabilité. A ce jour, plus de 200 experts, auxquels s’ajoutent des panels consultatifs de l’OMS sur la médecine traditionnelle et plus de 50 organes de réglementation pharmaceutique sont intervenus dans leur préparation. Le Volume I des Monographies a été publié en 1999 et a, depuis, été largement distribué. Le Volume II a été publié en 2001 et le Volume III, finalisé à la fin de 2001.

Le document intitulé Regulatory Situation of Herbal Medicines: Worldwide Review [Réglementation des médicaments à base de plantes: la situation mondiale] est également le résultat d’un effort de collaboration entre l’OMS et un grand nombre de ses États membres. Fournissant des informations en provenance de 50 pays sur la réglementation des médicaments à base de plantes, cet ouvrage de référence sert de guide aux administrations de la santé dans d’autres pays cherchant maintenant à développer leurs propres systèmes de réglementation et d’enregistrement des médicaments à base de plantes. Les instituts de recherche et l’industrie pharmaceutique le trouvent également utile. Methods for Medicinal Plant Materials [Méthodes de contrôle de la qualité appliquées aux plantes médicinales] est un autre ouvrage de référence clé récemment publié par l’OMS.

Faciliter l’échange d’information

En plus d’assurer la disponibilité à grande échelle de ses propres publications et documents, l’OMS facilite l’échange d’information par l’intermédiaire de ses Centres collaborateurs pour la médecine traditionnelle. Les demandes de renseignements reçues des administrations nationales de la santé, des scientifiques et du public sont traitées en coopération avec ces Centres collaborateurs de l’OMS.

Tableau 12. L’échange d'information par l’intermédiaire du Centre collaborateur de l'OMS pour la médecine traditionnelle la faculté de pharmacie de l'université d'Illinois Chicago

Siège ou bureau régional de l’OMS

Nombre de demandes reçues

Nombre de références fournies en réponse

Siège

171

17 396

Bureau régional de l’Afrique

1 759

31 238

Bureau régional de la

   

Méditerranée orientale

28

1 784

Bureau régional des Amériques/Organisation panaméricaine de la santé

5 135

131 760

Bureau régional de l’Asie du Sud-est

2 801

179 113

Bureau régional du Pacifique occidental

288

46 549

Le Centre collaborateur de l’OMS pour la médecine traditionnelle à la faculté de pharmacie de l’université d’Illinois à Chicago, possède une base de données sur les plantes médicinales qui contient une information codée sur les produits naturels tirée de 150 750 références. Ces dernières comprennent des références relatives à l’ethnomédecine, la pharmacologie des extraits et composés purs et la phytochimie. Depuis 1994, le Centre a apporté une aide précieuse à la rédaction des trois volumes des Monographies de l’OMS concernant une sélection de plantes médicinales. Il a également fourni des informations, gratuitement aux pays en voie de développement. En 2000, le Centre a répondu à 10 182 demandes de renseignements reçues de pays en voie de développement au siège et au bureaux régionaux de l’OMS, en fournissant 407 840 références (Tableau 12).

Par ailleurs, les Centres collaborateurs de l’OMS pour la médecine traditionnelle en Chine (l’Institut de science clinique et information de l’académie nationale de médecine traditionnelle chinoise à Beijing), en République de Corée (Institut de recherche appliquée aux produits naturels de l’université nationale de Séoul) et des États-Unis (Centre national de médecine complémentaire et alternative, Instituts de santé, Bethesda, Maryland) maintiennent également des bases de données d’information concernant la MTR/MCP qui jouent un rôle important et visible au niveau de la fourniture d’information scientifique à la fois aux prestataires et au public.

En dernier lieu, des sites web sur la MTR/MCP sont en cours de création au siège et aux bureaux régionaux de l’OMS pour fournir des informations sur les politiques nationales de MTR/MCP, les réglementations régissant la pratique et l’usage de la MTR/MCP et les données de recherche sur l’innocuité, l’efficacité et l’usage des thérapies de MTR/MCP.

 

Ir a la sección anterior
Ir a la siguiente sección
 
 
El Portal de Información - Medicamentos Esenciales y Productos de Salud de la OMS fue diseñado y es mantenido por la ONG Human Info. Última actualización: le 5 noviembre 2014