Guide national de traitement de l’infection à VIH par les antirétroviraux. (Version révisée avec l’appui de l’OMS et de l’ONUSIDA, janvier 2005) - République Démocratique du Congo
(2005; 44 pages)

Abstract

A peu près 70% des 39,4 millions de personnes infectées par le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) vivent en Afrique subsaharienne où réside moins de 10% de la population mondiale. En outre, 84% des morts causées par le VIH/ SIDA (syndrome d’immunodéficience acquis) depuis le début de l’épidémie sont survenues dans cette région. La République Démocratique du Congo figure parmi les pays les plus touchés avec une prévalence dans la population estimée à 4,5%.

La République Démocratique du Congo ainsi que les pays adjacents paient un lourd tribut à la pandémie de VIH /SIDA où cette maladie est une des causes principales de décès chez les jeunes adultes. L’influence dévastatrice de cette maladie sur le développement socio économique de ces pays est flagrante :

  • Les gains engrangés ces 20 dernières années en matière d’espérance de vie et de santé infantile sont en passe d’être perdus ;
  • La productivité dans l’agriculture, l’industrie et les services chute suite aux décès et incapacités de travail du personnel ;
  • L’enseignement souffre du manque de renouvellement de ses cadres ;
  • Le nombre d’orphelins ne cesse de croître et excède la capacité de prise en charge des communautés.

Dans le contexte particulier de la RDC, la situation de guerre a eu pour effet d’aggraver cette situation. Les résultats de la sérosurveillance de 2003-2004 montre clairement qu’un bon nombre des sites ruraux occupent des places importantes par rapport aux sites urbains. De nombreux malades de même que certains membres du corps médical bénéficient d’informations incomplètes, voire inexactes, en matières de traitement antirétroviral. Ainsi les nombreux problèmes liés à ce traitement, tels que le prix, l’émergence de résistances et les effets secondaires des antirétroviraux sont souvent ignorés. A l’heure actuelle seule une minorité de 2% des patients éligibles peuvent s’offrir ces médicaments mais dans un futur proche des opportunités verront le jour afin de traiter un plus grand nombre de patients.

Il est dès lors apparu opportun d’actualiser le guide en adaptant les recommandations de l’OMS à l’intention du personnel médical pour une meilleure utilisation des connaissances afin de permettre une prise en charge large et efficace de l’infection à VIH. Ce document est une révision de la version éditée en 2002 à l’instigation du Programme National de Lutte contre le SIDA par un groupe d’experts nationaux impliqués dans la prise en charge des personnes infectées par le VIH . Les recommandations de l’OMS en matière d’utilisation des ARV dans les pays à ressources limitées sont basées sur des données scientifiques issues des études réalisées dans les pays en développement tenant compte également du coût et de l’accessibilité des médicaments dans ces pays. Toutefois, ces recommandations coulées sous forme de directives nationales devront être régulièrement mises à jour avec l’évolution des connaissances sur le VIH/SIDA.

 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 7, 2014