Huitième objectif du Millénaire pour le développement. Le partenariat mondial pour le développement : L’heure est aux résultats. Rapport de 2011 du Groupe de réflexion sur le retard pris dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement. Nations Unies, New York
(2011; 116 pages) [Arabic] [Chinese] [English] [Russian] [Spanish]

Abstract

Accès à des médicaments essentiels abordables :

L’accès aux médicaments est primordial pour concrétiser les objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé et satisfaire aux besoins de santé des pays en développement. Toutefois, les médicaments essentiels ne sont disponibles que dans 42 % des établissements du secteur public contre 64 % dans le secteur privé. Outre une faible disponibilité, le manque de capacité nationale de régulation afin d’assurer la qualité reste un problème dans de nombreux pays, ce qui a pour conséquence qu’un grand nombre de populations restent exposées à des médicaments de piètre qualité. La disponibilité des médicaments traitant les maladies non transmissibles est encore plus faible que pour les maladies transmissibles. La situation est de plus en plus préoccupante dans les pays à faible revenu où le fardeau que constituent ces maladies s’alourdit rapidement.

L’accès insuffisant aux médicaments pour les enfants est une autre source de préoccupation majeure. Non seulement il est nécessaire d’augmenter l’approvisionnement en formulations pédiatriques, mais aussi il convient de faciliter leur utilisation par le personnel soignant.

La disponibilité limitée des médicaments essentiels dans le secteur public contraint les patients à s’approvisionner dans le secteur privé, où les médicaments sont plus onéreux. Étant donné que la majorité des achats de médicaments dans les pays à revenu faible ou intermédiaire sont réglés en liquide, le coût abordable des médicaments est un facteur d’accès déterminant. Le coût des achats de médicaments peut appauvrir des pans considérables de populations dans de nombreux pays à revenu faible et intermédiaire, en particulier en cas d’utilisation des produits de marque d’origine. Les dépenses peuvent être réduites de 60 % si le secteur privé achète les équivalents génériques les moins chers à la place des produits de marque d’origine.

Plusieurs mesures ont été prises pour réduire les coûts et renforcer la disponibilité des médicaments essentiels. Citons entre autres les activités de la FIAM (Facilité internationale d’achat de médicament/UNITAID) visant à encourager l’expansion et diminuer les coûts des traitements pédiatriques du sida, tout en assurant leur qualité à travers le programme de préqualification de l’OMS; et l’utilisation par de nombreux gouvernements des pays en développement de flexibilités relatives à la santé publique prévues dans l’Accord de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) [Accord sur les ADPIC], tels que des licences obligatoires pour la production nationale ou l’importation de médicaments brevetés. Les initiatives récentes se sont également avérées utiles, notamment l’accès à des composés pharmaceutiques au « stade précoce » que l’industrie pharmaceutique a octroyé à d’autres organismes de recherche, ce qui a augmenté les chances d’aboutir dans le cadre du développement de nouveaux produits pour des maladies négligées, d’approches novatrices facilitant la concurrence des génériques et des capacités locales.

La production locale peut être une piste supplémentaire pour une plus grande disponibilité des médicaments et peut par ailleurs faciliter l’accès à l’innovation, en particulier à travers des accords de transferts des technologies. La priorité a été accordée au renforcement des capacités de production locale dans le cadre de plusieurs programmes régionaux et sous-régionaux en Afrique. Cet axe a également été défini comme une priorité au niveau national, notamment au Botswana, au Ghana, au Kenya ainsi que dans la République-Unie de Tanzanie. Afin que les médicaments essentiels dont le coût est abordable soient plus accessibles, il faudra appliquer des mesures plus solides et complexes aux niveaux local, national, régional et international, de même que développer la collaboration entre les secteurs public et privé.

Le présent rapport recommande d’adopter les mesures suivantes pour renforcer l’accessibilité aux médicaments essentiels :

  • Aider les gouvernements nationaux des pays à revenu faible et intermédiaire à promouvoir l’utilisation de médicaments génériques dont la qualité est assurée et à faible coût en plus de mettre à disposition des pauvres des médicaments essentiels gratuitement ou à bas prix à travers le système de santé publique.
  • Introduire des programmes axés sur les médicaments essentiels pour les maladies non transmissibles dans le cadre des politiques pharmaceutiques nationales.
  • Attribuer une plus grande part du financement des donateurs au traitement et à la prévention des maladies non transmissibles.
  • Renforcer le recours aux flexibilités de l’Accord sur les ADPIC lié à la santé publique et améliorer la disponibilité des informations sur les brevets dans les pays en développement.
  • Faciliter et encourager la coopération régionale des pays en développement afin de promouvoir l’innovation au sein des fabricants pharmaceutiques, notamment grâce à l’Initiative sur la communauté de brevets de médicaments.
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: August 29, 2014