Huitième objectif du Millénaire pour le développement. Le Partenariat mondial pour le développement à la croisée des chemins. Rapport 2010 du Groupe de réflexion sur le retard pris dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement. Nations Unies, New York
(2010; 113 pages) [Arabic] [Chinese] [English] [Russian] [Spanish]

Abstract

Frappée par la plus sévère récession qu’elle ait enregistrée depuis la grande dépression des années 1930, l’économie mondiale est en convalescence. Son rétablissement s’avère encore très fragile et inégal...Il reste extrêmement urgent et difficile d’assurer un meilleur accès aux médicaments essentiels. Si quelques pays ont progressé dans une certaine mesure, l’accès à des médicaments à un coût abordable dans les pays en développement s’est peu amélioré dans l’ensemble. La disponibilité des médicaments essentiels dans ces pays reste très limitée, ce qui se vérifie en particulier pour les médicaments traitant les maladies chroniques. La situation est surtout préoccupante dans les pays à faible revenu, où les maladies chroniques sont désormais la principale cause de mortalité et grèvent lourdement les conditions économiques des ménages et des systèmes de santé nationaux. Dans les pays en développement, les médicaments indispensables sont traditionnellement disponibles à des prix de loin supérieurs aux prix de référence internationaux. En raison de leur disponibilité limitée dans le secteur public, la plupart des paiements pour les produits pharmaceutiques viennent de la poche des particuliers dans les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire. Dès lors, de nombreux médicaments, même les médicaments génériques les moins chers contre les maladies chroniques et sévères, restent inabordables pour la majorité de la population des pays en développement. Dans les pays à revenu élevé, au contraire, le coût de la plupart des médicaments est essentiellement pris en charge par l’assurance maladie publique ou contractée auprès de l’employeur. La situation a davantage progressé au niveau de la mise à disposition de médicaments luttant contre des maladies graves dans les pays en développement. La thérapie antirétrovirale, de plus en plus utilisée dans le cadre d’une stratégie de prévention contre le VIH, a fortement contribué à réduire la charge virale des patients porteurs du sida. Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria a proposé des traitements gratuits aux patients et a aidé à enrayer la prévalence de telles maladies. Il y a eu des déboires, dont la propagation de formes de tuberculose résistantes aux médicaments. Par ailleurs, dans de nombreux pays, la capacité de réaction à l’épidémie de sida a été limitée par la baisse des revenus des ménages et des recettes publiques, ce qui a entraîné des coupes dans les budgets des programmes de lutte contre le VIH/sida. La crise financière a eu des répercussions diverses sur l’accès aux médicaments. Alors que la consommation pharmaceutique n’a pas baissé, les prix et dépenses liés aux médicaments ont augmenté...

 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: June 25, 2014