Réformes de la santé et financement des médicaments - Série "Economie de la santé et médicaments", No. 006
(1998; 60 pages) [English] [Spanish]
Table of Contents
View the documentRemerciements
View the documentRésumé d'orientation
Open this folder and view contents1. Introduction
Close this folder2. Réforme des systèmes de financement
View the document2.1 Financement public au moyen des recettes de l'Etat
View the document2.2 Assurance-maladie
View the document2.3 Paiement par l'usager
View the document2.4 Sources volontaires et autres sources locales de financement
View the document2.5 Aide de donateurs et dons de médicaments
View the document2.6 Prêts pour le développement
Open this folder and view contents3. Efficience et médicaments à un prix abordable
Open this folder and view contents4. Réformes organisationnelles
View the documentConclusions
View the documentRéférences
View the documentCouverture arrière
 

2.4 Sources volontaires et autres sources locales de financement

Les fonds communautaires de roulement de médicaments, les assurances maladie communautaires avec paiement anticipé et les coopératives privées, dont il a déjà été question, peuvent aussi être classés dans cette catégorie.

Les ONG, qui sont souvent associées à ces systèmes et à d'autres systèmes de financement volontaire, peuvent jouer un rôle significatif dans les services de santé de certains pays en développement. En 1990, les ONG et les fondations à but non lucratif ont fourni environ 19 % du total de l'aide au secteur de la santé (réf. [50], pp. 171-172). On estime que les ONG couvrent 20 à 30 % des dépenses de santé en Afrique subsaharienne et dans les pays d'Asie à faibles revenus, et que dans certains cas, elles financent la moitié de l'ensemble des services curatifs [14].

Les médicaments distribués par les ONG peuvent provenir de dons locaux et extérieurs. Comme ces organisations doivent généralement rentrer dans leurs frais pour rester viables, elles ont fréquemment recours à la facturation aux usagers, et les médicaments essentiels sont souvent vendus avec une marge bénéficiaire pour financer d'autres dépenses.

Les soins de santé assurés par les employeurs - soit directement, dans le cadre de contrats avec des dispensateurs privés, soit par le jeu des assurances ou des remboursements - contribuent aussi aux prestations de santé dans un pays. L'impact de cette source de financement est parfois sous-estimé. Il a été établi qu'en Tanzanie, où les systèmes d'assurance sont très peu développés, jusqu'à 13 % de la population avaient accès à des services de santé financés par les employeurs (réf. [34], p. 150). Il pourrait donc être justifié d'envisager cette source de financement lors de l'établissement de stratégies de financement des soins de santé.

Parmi les autres systèmes volontaires, on citera les caisses maladie qui paient le coût des soins et des médicaments pour les plus pauvres. Ces fonds sont généralement alimentés par des contributions directes ou des actions de charité. Conçus pour couvrir les besoins immédiats d'une partie de la population, ils ne peuvent être utilisés pour financer durablement les besoins de la population en général.

Les systèmes communautaires et autres plans de financement volontaires peuvent jouer un rôle important dans les prestations de santé dans un pays, et cela dans le respect des structures traditionnelles de la société.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: March 20, 2014