Indicateurs pour le suivi de la mise en oeuvre des politiques pharmaceutiques nationales
(1996; 264 pages) [English] View the PDF document
Table of Contents
View the documentRemerciements
Open this folder and view contentsChapitre I: Introduction
Open this folder and view contentsChapitre II: Conception du guide
Open this folder and view contentsChapitre III: Listes modèles d’indicateurs
Open this folder and view contentsChapitre IV: Méthode de calcul des indicateurs
Close this folderChapitre V: Présentation détaillée des indicateurs
View the documentIndicateurs structurels
View the documentIndicateurs de performance
View the documentIndicateurs de résultats
Open this folder and view contentsAnnexe 1: Formulaires de collecte de données
View the documentAnnexe 2: Glossaire
View the documentAnnexe 3: Table de nombres aléatoires
View the documentCouverture arrière
 

Indicateurs de résultats

Les dix indicateurs de résultats présentés dans ce guide fournissent des données quantitatives sur le niveau de réalisation des quatre objectifs de la politique pharmaceutique nationale, à savoir: disponibilité des médicaments essentiels, accessibilité aux médicaments essentiels, qualité des médicaments, usage rationnel des médicaments. Ils permettent d’apprécier dans quelle mesure les objectifs sont atteints. On peut raisonnablement s’attendre lorsque les indicateurs structurels et les indicateurs de performance sont bons, à ce que les indicateurs de résultats donnent également des résultats positifs et traduisent donc une amélioration. Si les indicateurs de résultats ne montrent pas d’amélioration alors que les indicateurs de performance sont bons, il faudra que les décideurs se penchent attentivement sur ces problèmes pour en comprendre les causes et revoir les stratégies en conséquence.

Les indicateurs de résultats s’expriment par un pourcentage ou un chiffre obtenu sur la base de données disponibles à l’échelon central ou dans le cadre d’enquêtes. Ils peuvent aider les décideurs nationaux et internationaux à mesurer les résultats des stratégies mises en œuvre et ainsi à évaluer les politiques pharmaceutiques. En effet, ils permettent de comparer la situation au moment où l’indicateur est calculé avec la situation qui prévalait les années précédentes ou avec une situation idéale et donnent ainsi des informations sur les progrès accomplis. Ils peuvent aussi aider à comparer les politiques pharmaceutiques de différents pays.

On a constaté sur le terrain que les données relatives aux indicateurs de résultats peuvent être collectées en même temps que celles qui servent à calculer les indicateurs de performance. La plupart de ces indicateurs nécessitent des enquêtes spécifiques, lesquelles seront organisées de manière à collecter en même temps les données nécessaires pour plusieurs indicateurs de performance et pour plusieurs indicateurs de résultats (cf. chapitre IV). Ce travail exige de quatre à six semaines. On trouvera au chapitre IV et à l’annexe 1 des propositions de méthodes d’échantillonnage, des formulaires de collecte des données pour le travail de terrain et un formulaire récapitulatif (Formulaire N° 4). Dans ce chapitre, chaque indicateur est décrit de la façon suivante: définition, utilisation, description, collecte de données - sources et méthodes, limites.

Indicateur RE1:

Nombre de médicaments d’un panier de médicaments disponibles dans un échantillon d’établissements de santé périphériques, sur nombre total des médicaments composant le panier

Utilisé pour: Evaluer si l’un des objectifs de la politique pharmaceutique nationale a été atteint: garantir la disponibilité des médicaments à toute la population. Le fait que les patients puissent se procurer la plupart des médicaments essentiels, et cela même dans les établissements de santé périphériques les plus reculés, est un bon indicateur de la réussite de la politique pharmaceutique nationale. L’indicateur peut également servir à évaluer l’efficacité du système de distribution (voir l’indicateur PR29).

Description: Par «établissement de santé périphérique» on entend généralement un établissement situé à plus de cent kilomètres d’une ville d’au moins 100 000 habitants et à l’écart du réseau routier principal, cette définition pouvant être modifiée selon le pays. Le présent guide propose un modèle de panier de médicaments (cf. chapitre IV, page 58). Adaptable selon le contexte national, ce panier doit toutefois être le même pour tous les indicateurs. L’indicateur a été conçu principalement pour mesurer les effets de la politique pharmaceutique dans le secteur public. En effet, les médicaments qui composent le panier seront généralement disponibles dans les points de vente du secteur privé bien qu’à un prix souvent trop élevé par rapport au niveau de vie de la population.

Collecte des données - sources et méthodes: On obtient le numérateur en comptant le nombre de produits du panier de médicaments qui sont disponibles le jour de la visite dans un établissement de santé périphérique; on répète l’opération pour chacun des établissements de l’échantillon et l’on fait la somme des résultats ainsi obtenus. Le dénominateur est égal au nombre de médicaments du panier multiplié par le nombre d’établissements de santé périphériques visités. Par exemple, pour un échantillon de 20 établissements de santé et un panier de 10 médicaments, on obtiendra un dénominateur de 200. Les données relatives au numérateur doivent être collectées dans le cadre d’une enquête menée dans des établissements de santé périphériques. Une méthode d’échantillonnage des établissements de santé périphériques est décrite au chapitre IV tandis qu’on trouvera à l’annexe 1 un formulaire pour la collecte des données (Formulaire N° 4). L’indicateur se calcule de la façon suivante:

Exemple: 82% des médicaments du panier étaient disponibles le jour de l’enquête dans les établissements de santé périphériques.

Indicateur RE2:

Nombre de médicaments d’un panier de médicaments disponibles au meilleur prix, sur nombre total des médicaments composant le panier

Utilisé pour: Evaluer si les patients sont en mesure de se procurer les médicaments essentiels à bas prix dans le secteur privé, ce fait étant un bon indicateur de la réussite de la politique pharmaceutique nationale. Dans le secteur privé, les médicaments, dont les médicaments essentiels, sont généralement disponibles en tant que spécialités à des prix souvent inabordables pour une majorité de patients. La pratique montre que dans la plupart des points de vente de médicaments du secteur privé, chaque produit est proposé sous des noms de spécialités différents, voire sous son nom générique, et à des prix différents. L’indicateur renseigne donc sur la capacité du secteur privé à fournir les médicaments essentiels à des prix abordables pour les patients. Parallèlement, il donne des indications sur la disponibilité et l’accessibilité du panier de médicaments.

Description: Le présent guide propose un modèle de panier de médicaments (cf. chapitre IV, page 58) susceptible d’être adapté en fonction de la situation du pays. Le «meilleur prix» correspond au prix le moins cher qui existe dans le pays pour le même médicament: par exemple, la chloroquine (DCI) peut être commercialisée sous nom générique ou sous nom de spécialité à des prix différents. L’indicateur renseignera sur la disponibilité des présentations les moins chères dans les établissements du secteur privé. L’indicateur s’applique au secteur privé; un résultat proche de 100% suggère que le secteur privé a en stock les médicaments au prix le plus avantageux pour le malade.

Collecte des données - sources et méthodes: On obtient le numérateur en comptant le nombre de médicaments du panier de médicaments qui sont disponibles au prix le plus bas le jour de la visite à un point de vente de médicaments du secteur privé; on répète l’opération pour chacun des points de vente de l’échantillon et l’on fait la somme des résultats ainsi obtenus. Le dénominateur est égal au nombre de médicaments du panier multiplié par le nombre de points de vente de médicaments du secteur privé visités. Par exemple, pour un échantillon de 20 points de vente de médicaments du secteur privé et un panier de 10 médicaments, on obtiendra un dénominateur de 200. Les données relatives au numérateur doivent être collectées dans le cadre d’une enquête menée auprès de points de vente de médicaments du secteur privé. Une méthode d’échantillonnage des points de vente de médicaments du secteur privé est décrite au chapitre IV tandis qu’on trouvera à l’annexe 1 un formulaire pour la collecte des données (Formulaire N° 1). L’indicateur se calcule de la façon suivante:

Exemple: 40% des médicaments étaient disponibles au meilleur prix le jour de l’enquête dans les points de vente du secteur privé.

Indicateur RE3:

Prix de détail moyen d’un traitement standard d’une infection respiratoire aiguë, sur prix moyen d’un panier de biens courants

Utilisé pour: Evaluer l’accessibilité financière, tant dans le secteur public que dans le secteur privé, du traitement de l’une des maladies les plus courantes. Pour qu’une politique pharmaceutique soit réussie, il faut que le coût du traitement des maladies les plus communes soit suffisamment modique pour ne pas empiéter sur le budget alimentaire de base des ménages. L’indicateur compare le prix d’un traitement standard à celui d’un panier de denrées alimentaires. En outre, en connaissant le coût du traitement standard d’une maladie courante, on peut se faire une idée relativement fidèle des sommes que la population consacre aux soins de santé.

Description: Par «traitement standard», on entend le traitement que propose le ministère de la santé dans le guide thérapeutique national officiel. Si aucun traitement de ce genre n’est recommandé officiellement, on peut solliciter l’avis d’universitaires compétents. Il est toutefois indispensable que le traitement standard ne varie pas dans le temps afin de permettre les comparaisons sur un certain nombre d’années. Le prix de détail est le prix que paie le patient pour tous les médicaments prévus dans le traitement standard. Il peut différer d’un point de vente ou de distribution à l’autre selon que les médicaments sont vendus en tant que spécialité ou sous leur nom générique. C’est pourquoi on doit pouvoir disposer d’un prix moyen. Quant au panier des denrées alimentaires, c’est l’unité de suivi qui le définira avec le concours du service du ministère des finances qui est chargé de calculer l’indice des prix. La pratique montre que le panier de denrées alimentaires peut être composé des dix produits de base dont les ménages se servent quotidiennement. Le panier correspondra à la consommation d’un ménage de taille moyenne pendant une semaine. La taille moyenne des ménages est différente suivant les pays et le chiffre peut être aisément obtenu auprès du ministère des finances.

Collecte des données - sources et méthodes: On obtient le numérateur en additionnant les prix des médicaments prévus par le traitement standard dans chaque point de vente ou de distribution, puis en divisant le résultat ainsi obtenu par le nombre de points de vente ou de distribution de l’échantillon. Quant au dénominateur, on le calcule en faisant la somme des prix des denrées alimentaires de base choisies, puis en la divisant par le nombre de magasins visités. Une méthode d’échantillonnage des points de vente ou de distribution est décrite au chapitre IV tandis qu’on trouvera à l’annexe 1 des formulaires pour la collecte des données (Formulaires N° 1 et N° 2). Les enquêteurs se rendront dans les points de vente ou de distribution de médicaments avec une ordonnance établie en DCI. Les données relatives au dénominateur s’obtiennent généralement en procédant à une enquête rapide auprès de dix magasins ou marchés. L’indicateur se calcule de la façon suivante:

Exemple: Le prix moyen d’un traitement standard de la pneumonie représente 30% du prix moyen d’un panier de denrées alimentaires.

Indicateur RE4:

Valeur d’un panier de médicaments au prix de détail, sur valeur du même panier au prix le plus bas

Utilisé pour: Evaluer si l’un des objectifs de la politique pharmaceutique: garantir des médicaments à un prix abordable pour toute la population a été atteint. Bien que cet objectif vaille tant pour le secteur public que pour le secteur privé, sa réalisation est généralement plus aisée dans le secteur public. L’indicateur montre dans quelle mesure cet objectif est réalisé dans le secteur privé, secteur où les médicaments essentiels sont généralement proposés en tant que spécialités à un prix prohibitif pour la plupart des patients.

Description: Dans le secteur privé, les médicaments, dont les médicaments essentiels, sont généralement disponibles en tant que spécialités à des prix prohibitifs pour la plupart des patients. On sait empiriquement que dans la majorité des points de vente de médicaments du secteur privé, on peut généralement se procurer tous les produits sous des noms de spécialités différents, voire sous leur nom générique, à des prix différents. L’indicateur renseigne sur l’écart entre, d’une part, la valeur du panier de médicaments calculée sur la base des prix pratiqués dans un échantillon de points de vente de médicaments du secteur privé et, d’autre part, la valeur optimisée du même panier. Par «valeur optimisée», on entend les prix les plus avantageux dont peut bénéficier le consommateur à la vente au détail. Si la politique pharmaceutique nationale prévoit des stimulants ou avantages divers pour que le secteur privé limite ses prix de vente, il doit en résulter une diminution de l’écart entre le numérateur et le dénominateur. L’indicateur, adaptable selon le contexte national, est calculé en fonction d’un panier de médicaments qui tient compte du niveau de la consommation de chacun des produits qui le composent. On trouvera au chapitre IV du présent guide (page 59) une méthode de calcul de la valeur du panier. Cette valeur doit être calculée à partir des prix de détail. Le prix de détail d’un médicament est le prix que paie le consommateur pour se le procurer. L’indicateur s’applique au secteur privé. Le résultat indiqué devrait être aussi voisin que possible de 100%.

Collecte des données - sources et méthodes: On obtient le numérateur qui est identique à celui des indicateurs PR30 et PR32 en calculant la valeur du panier de médicaments au prix de détail. Quant au dénominateur, on l’obtient en calculant la valeur du panier de médicaments au prix le plus bas possible. Pour cela, on suivra fidèlement la méthode indiquée au chapitre IV, page 59. Les données nécessaires pour le calcul du numérateur doivent être collectées dans le cadre d’une enquête menée auprès d’un échantillon de points de vente de médicaments du secteur privé. Quant au dénominateur, l’unité de suivi déterminera quel est le prix optimal de chacun des médicaments du panier dans le secteur privé en effectuant rapidement une enquête auprès d’un échantillon de dix points de vente ou, si les prix sont connus, en utilisant les données d’enregistrement. Une méthode d’échantillonnage des points de vente du secteur privé est décrite au chapitre IV tandis qu’on trouvera à l’annexe 1 un formulaire pour la collecte des données (Formulaire N° 1). L’indicateur se calcule de la façon suivante:

Exemple: La valeur du panier de médicaments dans les points de vente de médicaments où a eu lieu l’enquête est de 150% de la valeur optimale du même panier, ce qui signifie que le consommateur paie 50% de plus que si les produits les moins chers lui avaient été vendus.

Indicateur RE5:

Nombre de médicaments ou de lots de médicaments n’ayant pas satisfait au contrôle de la qualité, sur total des médicaments ou des lots de médicaments testés lors de l’enquête

Utilisé pour: Evaluer si l’un des objectifs de la politique pharmaceutique: disposer de médicaments de qualité partout dans le pays a été atteint. Le fait que les patients puissent se procurer des médicaments de qualité dans n’importe quel établissement de santé ou de point de vente ou de distribution de médicaments témoigne de la réussite de la politique pharmaceutique nationale et de l’efficacité du système d’assurance de la qualité.

Description: Dans un système où les médicaments ou les lots de médicaments font régulièrement l’objet de prélèvements et sont soumis à des tests (voir les indicateurs PR4 et PR5), l’indicateur peut être calculé à partir des résultats desdits tests. En revanche, si l’on ne procède à des contrôles qu’en cas de doute ou si rien de tel ne se pratique, on devra, pour obtenir les renseignements recherchés, effectuer une enquête aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé. Le résultat devrait être voisin de 0%, tous les médicaments devant être d’une qualité acceptable.

Collecte des données - sources et méthodes: Les données relatives au numérateur sont déduites des rapports établis par le laboratoire de contrôle de la qualité pour les médicaments prélevés lors d’une enquête menée auprès d’un échantillon de points de vente ou de distribution de médicaments. Quant au dénominateur, l’unité de suivi décidera lors de la conception de l’enquête du nombre de médicaments qu’il est souhaitable de tester, ceci en fonction des ressources et des capacités nationales. Les produits soumis au contrôle de la qualité doivent figurer dans le panier de médicaments. On trouvera un modèle de panier de médicaments au chapitre IV (page 58). Une méthode d’échantillonnage des points de vente ou de distribution de médicaments est décrite au chapitre IV tandis qu’on trouvera à l’annexe 1 des formulaires pour la collecte des données (N° 1 et N° 2). L’indicateur se calcule de la façon suivante:

Exemple: 10% des médicaments testés n’ont pas satisfait au contrôle de la qualité.

Limites: L’un des obstacles auxquels on peut se heurter pour les données relatives au numérateur est l’absence dans le pays de laboratoire de contrôle de la qualité fiable. Si tel est le cas, on expédiera les échantillons prélevés à des laboratoires étrangers. D’autre part, le coût des analyses, où qu’elles se fassent peut poser un problème. Ce sont souvent les ressources financières du ministère de la santé qui dicteront la grandeur du dénominateur.

Indicateur RE6:

Nombre de médicaments périmés, sur total des médicaments examinés lors de l’enquête

Utilisé pour: Evaluer si l’un des objectifs de la politique pharmaceutique: disposer de médicaments de qualité partout dans le pays a été atteint. Le fait que les patients puissent se procurer des médicaments non périmés dans n’importe quel établissement de santé ou point de vente ou de distribution de médicaments témoigne de la réussite de la politique pharmaceutique nationale et de l’efficacité du système d’assurance de la qualité.

Description: Tout médicament est périmé au-delà d’une certaine date qui généralement figure distinctement sur son emballage. Dans certains pays, cette date de péremption est codée, auquel cas l’unité de suivi doit donner aux enquêteurs les instructions nécessaires pour la déchiffrer. L’indicateur s’applique au secteur public et au secteur privé. Le résultat devrait être proche de 0%, tous les médicaments devant être dans les limites de leur date de péremption.

Collecte des données - sources et méthodes: Les données relatives au numérateur sont collectées lors d’une enquête menée auprès d’un échantillon de points de vente ou de distribution de médicaments. Quant au dénominateur, l’unité de suivi décidera, lors de la conception de l’enquête, du nombre de médicaments qu’il est souhaitable d’inspecter. Les produits inspectés doivent figurer dans le panier de médicaments. On trouvera un modèle de panier de médicaments au chapitre IV. Une méthode d’échantillonnage de points de vente ou de distribution de médicaments est décrite au chapitre IV tandis qu’on trouvera à l’annexe 1 des formulaires pour la collecte des données (Formulaires N° 1 et N° 2). L’indicateur se calcule de la façon suivante:

Exemple: 10% des médicaments contrôlés lors de l’enquête étaient périmés.

Indicateur RE7:

Nombre moyen de médicaments par ordonnance

Utilisé pour: Evaluer si l’un des objectifs de la politique pharmaceutique: faire en sorte que les médicaments soient bien utilisés a été atteint. On peut considérer qu’il y a usage rationnel si le nombre moyen de médicaments prescrits par ordonnance est faible. Bien qu’il n’existe pas de normes mondiales dans ce domaine, on s’accorde à estimer qu’une moyenne de plus de deux médicaments par ordonnance témoigne de pratiques de prescription irrationnelles.

Description: Les ordonnances à prendre en compte pour l’indicateur doivent concerner des patients soignés en ambulatoire. Les produits associant plusieurs principes actifs doivent être comptés comme un seul médicament. On comptera les médicaments qui figurent sur l’ordonnance sans se soucier de savoir si le patient les a effectivement reçus. Les pratiques de prescription devant s’améliorer tant dans le secteur public que dans le secteur privé, on appliquera l’indicateur à l’un et à l’autre.

Collecte des données - sources et méthodes: Les données sont collectées lors d’une enquête portant sur les ordonnances et menée auprès d’un échantillon de points de vente ou de distribution de médicaments. On obtient l’indicateur en divisant le nombre total de médicaments prescrits par le nombre d’ordonnances examinées. Une méthode d’échantillonnage des points de vente ou de distribution de médicaments est décrite au chapitre IV tandis qu’on trouvera à l’annexe 1 des formulaires pour la collecte des données (Formulaires N° 1 et N° 2).

Exemple: Le nombre moyen de médicaments par ordonnance dans le secteur public est de 2,5.

Indicateur RE8:

Nombre d’ordonnances comportant au moins un médicament injectable, sur total des ordonnances examinées lors de l’enquête

Utilisé pour: Evaluer si l’un des objectifs de la politique pharmaceutique: faire en sorte que les médicaments soient bien utilisés a été atteint. L’indicateur renseigne sur le degré d’utilisation d’un mode d’administration des médicaments (l’injection) auquel on ne devrait recourir que lorsque la médication orale est impossible.

Description: On ne doit pas, contrairement à une pratique courante, administrer d’injections à un patient en n’importe quelle circonstance. Il est scientifiquement démontré que dans les pays en développement le traitement per os est plus facile, moins dangereux (on évite les risques d’infection locale ou de transmission du virus de l’hépatite B ou du VIH due à une mauvaise stérilisation du matériel) et, la plupart du temps, moins onéreux. Les vaccinations par injection ne doivent pas être considérées comme des injections. Les ordonnances à prendre en compte pour l’indicateur doivent concerner des patients soignés en ambulatoire. Les pratiques de prescription devant s’améliorer tant dans le secteur public que dans le secteur privé, on appliquera l’indicateur à l’un et à l’autre. Bien qu’il n’existe pas de normes mondiales dans ce domaine, on considère que le résultat est d’autant meilleur que le chiffre obtenu est bas. Il serait souhaitable que des normes soient décidées à l’échelon national en tenant compte des pathologies et de la formation des prescripteurs. Ces normes devraient être révisées régulièrement.

Collecte des données - sources et méthodes: On obtient le numérateur en faisant la somme des ordonnances collectées auprès d’un échantillon de points de vente ou de distribution de médicaments et contenant au moins une préparation injectable. Le dénominateur correspond au nombre d’ordonnances examinées. Les données relatives au numérateur et au dénominateur sont collectées lors d’une enquête menée auprès d’un échantillon de points de vente ou de distribution de médicaments. Une méthode d’échantillonnage de points de vente ou de distribution de médicaments est décrite au chapitre IV tandis qu’on trouvera à l’annexe 1 des formulaires pour la collecte des données (Formulaires N° 1 et N° 2). L’indicateur se calcule de la façon suivante:

Exemple: 50% des ordonnances examinées dans le secteur privé comportaient au moins un médicament injectable.

Indicateur RE9:

Nombre d’enfants de moins de cinq ans souffrant de diarrhée et ayant reçu des antidiarrhéiques, sur total des cas de diarrhée recensés pour cette classe d’âge lors de l’enquête

Utilisé pour: Evaluer si l’un des objectifs de la politique pharmaceutique: promouvoir l’usage rationnel des médicaments a été atteint. L’indicateur renseigne sur la qualité des soins et sur le bon usage des médicaments pour une maladie importante dont le traitement standard (administration de sels de réhydratation orale, à l’exclusion de tout antidiarrhéique) est parfaitement connu.

Description: L’indicateur est très utile dans les pays où l’on a émis des recommandations stipulant d’administrer aux enfants souffrant de diarrhée des sels de réhydratation orale et non des antidiarrhéiques.

Collecte des données - sources et méthodes: Les données requises pour calculer l’indicateur sont collectées lors d’une enquête menée auprès d’un échantillon d’établissements de santé du secteur public. Pour faciliter le travail des enquêteurs, une liste des médicaments antidiarrhéiques vendus dans le pays et qui ne devraient pas être utilisés pour cette pathologie pourrait être préparée par l’unité de suivi (N.B: les sels de réhydratation ne sont pas considérés comme des antidiarrhéiques). Une méthode d’échantillonnage d’établissements de santé est décrite au chapitre IV tandis qu’on trouvera à l’annexe 1 un formulaire pour la collecte des données (Formulaire N° 3). Parfois, on pourra procéder à un échantillonnage a posteriori consistant à tirer aléatoirement des ordonnances à partir de dossiers médicaux. On ne procédera toutefois de la sorte que si les données sont complètes et fiables. L’indicateur se calcule de la façon suivante:

Exemple: 40% des enfants souffrant de diarrhée ont reçu un antidiarrhéique.

Limites: L’indicateur est l’un des meilleurs moyens dont on dispose pour évaluer la qualité des soins. On se trouve toutefois confronté à des difficultés pour définir avec précision la sévérité de la maladie ou pour obtenir pendant l’enquête un nombre suffisant d’ordonnances qui aient trait à ce problème de santé spécifique.

Indicateur RE10:

Proportion de médicaments de la liste nationale des médicaments essentiels dans les 50 médicaments les plus vendus dans le secteur privé

Utilisé pour: Evaluer les effets de la politique pharmaceutique nationale sur la consommation de médicaments. La liste des médicaments essentiels étant censée couvrir les principaux besoins thérapeutiques, la plupart des médicaments les plus vendus devraient y figurer. L’indicateur présente de l’intérêt parce qu’il montre dans quelle mesure aboutissent les efforts des pouvoirs publics pour inciter prescripteurs et consommateurs à utiliser les médicaments essentiels.

Description: L’indicateur porte sur les 50 médicaments les plus vendus, qu’il s’agisse de médicaments délivrés uniquement sur ordonnance ou de produits en vente libre, qu’ils soient sous nom de marque ou sous nom générique. Un résultat de 100% indique que la totalité des 50 produits les plus vendus figurent sur la liste des médicaments essentiels.

Collecte des données - sources et méthodes: On obtient le numérateur en comparant les 50 médicaments les plus vendus à la liste des médicaments essentiels. Quant au dénominateur, les données sont généralement disponibles auprès des principaux grossistes; parfois aussi, les autorités nationales de réglementation pharmaceutique consignent ces informations. Pour savoir quels médicaments parmi les 50 figurent sur la liste des médicaments essentiels, il faut disposer de la liste et d’un index croisé (nom de marque/nom générique). L’indicateur se calcule de la façon suivante:

Exemple: 75% des 50 médicaments les plus vendus figurent sur la liste des médicaments essentiels.

 

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: March 20, 2014