Indicateurs pour le suivi de la mise en oeuvre des politiques pharmaceutiques nationales
(1996; 264 pages) [English] View the PDF document
Table of Contents
View the documentRemerciements
Open this folder and view contentsChapitre I: Introduction
Open this folder and view contentsChapitre II: Conception du guide
Open this folder and view contentsChapitre III: Listes modèles d’indicateurs
Close this folderChapitre IV: Méthode de calcul des indicateurs
View the documentOrganiser la collecte des données
View the documentRéunir les données
View the documentAnalyser et interpréter les résultats
View the documentConduire les enquêtes
View the documentCalcul de la valeur d’un panier de médicaments
Open this folder and view contentsChapitre V: Présentation détaillée des indicateurs
Open this folder and view contentsAnnexe 1: Formulaires de collecte de données
View the documentAnnexe 2: Glossaire
View the documentAnnexe 3: Table de nombres aléatoires
View the documentCouverture arrière
 

Organiser la collecte des données

Lorsque l’on décide de réunir les données nécessaires au suivi d’une politique pharmaceutique nationale, il faut soigneusement planifier l’identification des sources de données, la manière de collecter ces données, l’organisation de la collecte proprement dite et l’analyse des résultats. De la qualité des renseignements obtenus dépendront la validité des résultats et la pertinence des changements proposés. On trouvera exposée ci-dessous la description de la marche à suivre pour que les résultats du suivi de la politique pharmaceutique soient fiables et précis.

Première étape: Choisir les membres de l’unité de suivi

On devra faire en sorte qu’à l’échelon central, vraisemblablement au sein du ministère de la santé ou de l’agence du médicament, une équipe assure la responsabilité du suivi de la politique pharmaceutique, dont la collecte et l’analyse des données et l’établissement des rapports. Cette équipe comprendra au moins trois spécialistes expérimentés: (i) un pharmacien ou un médecin ayant l’expérience de la politique pharmaceutique nationale (ii) un économiste ou un administrateur spécialisé en économie; (iii) un statisticien. On recrutera en outre du personnel pour la collecte des données.

Etape 2: Sélectionner des indicateurs pertinents

Le choix des indicateurs permettant d’assurer le suivi de la politique pharmaceutique nationale devra être arrêté à ce stade. L’équipe responsable utilisera pour cela les listes modèles d’indicateurs (chapitre III) et le descriptif des indicateurs (chapitre IV). Elle devra évaluer la pertinence de chaque indicateur par rapport aux objectifs et stratégies de la politique pharmaceutique nationale. Comme on l’a vu plus haut (p. 6), elle pourra élaborer des indicateurs supplémentaires ayant trait à des objectifs fixés par la politique pharmaceutique nationale et allant au-delà de ceux envisagés dans le présent guide. Elle devra pour cela répertorier soigneusement ces objectifs et stratégies de manière à choisir des indicateurs qui renseignent utilement sur la mise en œuvre de ces composantes de la politique nationale. L’équipe de suivi pourra aussi juger que certains indicateurs proposés ici ne conviennent pas en raison des particularités nationales ou de la politique elle-même, et donc décider de les écarter. Elle pourra aussi décider d’appliquer certains indicateurs du présent guide à d’autres secteurs, par exemple au marché illicite. Enfin, elle devra se renseigner pour savoir si un travail d’élaboration d’autres indicateurs dans le domaine de la santé n’est pas en cours ou n’a pas déjà été réalisé dans le pays, ceci pour éventuellement s’en inspirer et éviter des redondances.

Etape 3: Répertorier les sources de données

Le présent guide a été conçu de manière qu’on puisse se procurer la plupart des données nécessaires au calcul des indicateurs auprès du système d’information sanitaire national ou du système d’information pharmaceutique national11. L’équipe s’efforcera toujours d’exploiter des données existantes fiables plutôt que de collecter de nouvelles données: les coûts de mise en route et de fonctionnement d’un nouveau mécanisme de collecte régulière peuvent être élevés en comparaison de ceux qu’entraîne l’amélioration des systèmes en place.

11 Tel est le cas pour les indicateurs généraux et les indicateurs structurels, sans exception, et pour les trois quarts des indicateurs de performance. En revanche, neuf des dix indicateurs de résultats exigeront probablement des enquêtes.

S’il est vrai que d’un pays à l’autre les sources de données diffèrent, certaines se retrouvent néanmoins dans la plupart des pays:

le ministère de la santé est la première source de renseignements. Le directeur des services pharmaceutiques, le responsable du programme de médicaments essentiels, le chef des entrepôts médicaux centraux, les autorités de réglementation pharmaceutique, le directeur des services de planification, etc. seront à même de fournir des renseignements sur les grands aspects du secteur pharmaceutique et de communiquer la plupart des données qui sont nécessaires pour les indicateurs généraux et les indicateurs structurels;

les producteurs de médicaments, les grossistes et les associations professionnelles du secteur pharmaceutique peuvent fournir des renseignements sur les importations, la production locale, la distribution et les fournitures de médicaments;

les établissements de santé et les pharmacies, tant du secteur public que du secteur privé, sont particulièrement bien placés pour communiquer des informations sur la disponibilité des médicaments essentiels, les prix, la qualité, etc.;

les divers programmes de santé collectent parfois des données sur le secteur pharmaceutique, la population, la morbidité et l’état de santé, qui sont susceptibles d’entrer dans le calcul des indicateurs;

• il se peut que les organisations non gouvernementales ainsi que les organisations internationales ou bilatérales soient elles aussi en possession de renseignements sur les médicaments, notamment dans le cadre de projets de soins de santé primaires au niveau périphérique;

• enfin, on pourra se renseigner sur les dépenses publiques, les dépenses de santé totales, les dépenses en médicaments, les importations de produits pharmaceutiques, etc. auprès d’organismes tels le ministère des finances, les douanes ou la banque centrale.

Pour chaque indicateur, le chapitre V fournit des renseignements détaillés quant aux principales sources de données.

Etape 4: Choisir les méthodes de collecte de données

Le présent guide propose trois méthodes de collecte de données:

• l’entretien;
• l’examen des dossiers et autres documents;
• l’enquête.

L’étape 4 consiste à décider laquelle de ces méthodes on utilisera de cas en cas, la solution retenue étant propre à chaque pays et dépendant des sources exploitables.

On notera toutefois que, la plupart du temps, on peut obtenir les renseignements souhaités en consultant des documents existants: rapports du ministère de la santé; comptes-rendus d’évaluation et rapports émanant d’organisations internationales ou bilatérales; rapports d’inspection; inventaires; résultats commerciaux; ordonnances; registres des patients. Si ces sources sont dignes de foi, on s’efforcera d’en tirer le maximum, car elles permettent une collecte efficace.

Les entretiens avec des personnes ressources méritent également une grande attention. La conduite de l’entretien sera plus ou moins souple, toute formule étant concevable depuis la conversation entièrement dirigée jusqu’à la discussion à bâtons rompus. S’agissant de collecter des données pour les indicateurs, il vaut mieux que l’entretien soit structuré; dans certains cas, un entretien plus ouvert et informel peut permettre d’élargir le domaine exploré. Parfois aussi, lors d’un entretien, l’enquêteur constatera que les indicateurs ne suffisent pas à rendre compte d’un aspect de la question étudiée, auquel cas il devra continuer d’interroger son interlocuteur jusqu’à ce qu’il ait parfaitement compris la situation. Ce type d’entretien permettra aussi de contrôler les renseignements émanant d’autres sources. Grâce aux entretiens non dirigés, on pourra savoir si le répondant est sincère. Dans ce type d’approche, l’habileté de l’enquêteur est capitale, reposant sur une bonne connaissance du sujet traité et sur des questions précises. L’examen des dossiers et documents correspondants devra si possible corroborer ce qui ressort des entretiens.

Toutefois, dans une majorité de pays, les données nécessaires pour certains indicateurs ne sont pas disponibles, ce qui imposera de mener des enquêtes spécifiques. C’est aussi à l’étape 4 qu’on décidera du choix des échantillons, des méthodes d’échantillonnage et des lieux de collecte, car ces décisions ont des conséquences importantes sur la planification des activités et le calcul du budget. On reviendra plus longuement sur ces points aux pages 41 à 56.

Etape 5: Planifier les activités et estimer le temps nécessaire

On estimera soigneusement le temps nécessaire pour collecter, dépouiller et analyser l’ensemble des données aux échelons national et autres. L’expérience de quelques pays montre que, sauf pour la première année où il faut accomplir certaines tâches préliminaires, quatre à six semaines suffisent à mettre sur pied une équipe, planifier les activités à l’échelon national, établir un budget, recruter le personnel et le former, concevoir les formulaires de collecte et collecter les données. Quelques semaines supplémentaires sont nécessaires pour dépouiller et analyser les données ainsi obtenues.

Il importe par ailleurs d’établir la fréquence à laquelle on collectera les données et produira les indicateurs. On tiendra compte pour cela tant d’éventuelles difficultés de collecte que de la disponibilité des ressources. Dans certains pays, la plupart des renseignements proviendront du système de suivi: dès lors que ce système sera lancé, le processus et l’analyse pourront se faire chaque année sans grandes difficultés. Ailleurs, il faudra, pour obtenir des données, mener des études spécifiques à intervalles de deux ou trois ans en attendant que le système de suivi soit opérationnel.

Etape 6: Evaluer les ressources et le budget

On établira un budget détaillé en fonction des effectifs et du temps requis pour collecter, dépouiller et analyser les données aux divers échelons, central et autres. Ce budget devra inclure les coûts des activités de terrain (personnel, transport et fournitures) et ceux de l’équipe de suivi (personnel, fournitures, réunions, etc.). Lorsque les ressources financières sont insuffisantes, on pourra réduire les dépenses en: (i) obtenant d’autres institutions œuvrant dans le domaine de la santé ou d’autres services du ministère de la santé qu’ils détachent provisoirement quelques-uns de leurs collaborateurs auprès de l’équipe; (ii) formant à la collecte des données du personnel employé là où celle-ci se fera; (iii) faisant appel à des étudiants; (iv) planifiant un contrôle des dépenses rigoureux.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 7, 2014