Indicateurs pour le suivi de la mise en oeuvre des politiques pharmaceutiques nationales
(1996; 264 pages) [English] View the PDF document
Table of Contents
View the documentRemerciements
Open this folder and view contentsChapitre I: Introduction
Open this folder and view contentsChapitre II: Conception du guide
Open this folder and view contentsChapitre III: Listes modèles d’indicateurs
Close this folderChapitre IV: Méthode de calcul des indicateurs
View the documentOrganiser la collecte des données
View the documentRéunir les données
View the documentAnalyser et interpréter les résultats
View the documentConduire les enquêtes
View the documentCalcul de la valeur d’un panier de médicaments
Open this folder and view contentsChapitre V: Présentation détaillée des indicateurs
Open this folder and view contentsAnnexe 1: Formulaires de collecte de données
View the documentAnnexe 2: Glossaire
View the documentAnnexe 3: Table de nombres aléatoires
View the documentCouverture arrière
 

Réunir les données

Etape 7: Elaborer les formulaires de collecte de données

Les formulaires utilisés pour la collecte des données doivent être conçus, testés et finalisés avant le lancement de l’opération de collecte proprement dite. Il faut des formulaires aussi bien pour les entretiens et les examens documentaires que pour les enquêtes. Dans un cas, les formulaires sont avant tout des listes de contrôle, tandis que dans l’autre ils sont plus difficiles à concevoir, car on doit pouvoir s’en servir pour collecter des données pour plusieurs indicateurs à la fois. Un jeu de modèles de formulaires de collecte a été développé pour faciliter la tâche des pays. On peut soit utiliser ces formulaires tels quels en les recopiant, soit les adapter aux particularités nationales (cf. annexe 1). Dans ce cas, on devra porter une attention particulière aux:

objectifs exacts des indicateurs pour lesquels on collecte des données: le fait de ne pas bien poser la question à laquelle est censé répondre l’indicateur peut mener à collecter des renseignements inutiles, entraîner des retards, et donner un surcroît de travail;

données précises qu’il faut collecter: en règle générale, on collectera de la manière la plus simple possible le minimum de données suffisant au suivi de la politique pharmaceutique nationale;

moyens d’analyse et de traitement des données: si l’on dispose d’ordinateurs, on s’informera auprès de spécialistes de la meilleure façon de concevoir les formulaires de collecte et de coder les réponses.

Etape 8: Sélectionner et former le personnel

Afin de préparer les activités de terrain, l’unité de suivi doit sélectionner et former le personnel pour la collecte des données. Pour la majorité des indicateurs qui sont décrits dans ce guide, la collecte des données se fait à l’échelon central dans le cadre d’entretiens ou d’examens documentaires; pour les autres, il faut procéder à des enquêtes aux divers échelons. On formera donc de préférence deux groupes de collaborateurs: l’un assurera la collecte des renseignements à partir des documents et des entretiens; l’autre, les enquêtes. Les enquêteurs du premier groupe devront connaître la terminologie pharmaceutique de manière à repérer correctement dans les documents les renseignements pertinents ou à les noter fidèlement pendant les entretiens. Habituellement, deux personnes (par exemple, un pharmacien et un économiste) suffiront vu que les membres de l’unité de suivi participent eux-mêmes à la collecte à l’échelon national. Quant au second groupe, sa composition dépendra du nombre de lieux où l’on prévoit d’effectuer les enquêtes et de l’éloignement de ces lieux de la capitale. Chaque équipe chargée d’une enquête devra compter un superviseur (qui sera si possible un membre de l’unité de suivi, ou du premier groupe d’enquêteurs) et deux enquêteurs: l’un à qui les enquêtes sont familières sans qu’il soit nécessairement un spécialiste de la santé ou du domaine pharmaceutique; l’autre connaissant bien la question des médicaments.

Le personnel de collecte devrait être recruté au terme d’un concours privilégiant l’instruction et l’expérience.

La collecte des données exige de la concentration. L’idéal est de posséder à la fois la rigueur nécessaire à la collecte standardisée des données et la souplesse requise pour s’adapter à des situations imprévues. Une fois formées, les personnes qui possèdent ces qualités s’acquitteront efficacement de leur travail et s’amélioreront sans cesse. En revanche, quelles que soient leurs connaissances techniques, ceux qui en sont dépourvus ne fourniront jamais un excellent travail.

Pour que les résultats soient cohérents, l’unité de suivi formera soigneusement l’ensemble des enquêteurs. Ceux-ci devront se familiariser avec les objectifs et méthodes de l’étude. Il faudra donc leur expliquer quels objectifs sont visés et ce qui motive l’opération, quels outils de collecte seront utilisés, comment se fait l’échantillonnage, quels plans ont été arrêtés pour la collecte et le dépouillement. Pour chaque indicateur, il leur faudra comprendre l’utilité des renseignements qu’ils recherchent et les moyens de réunir ces renseignements. On leur enseignera également les techniques élémentaires d’entretien et d’examen documentaire pour éviter les malentendus sur la façon de consigner réponses, observations et données. Enfin, on leur expliquera comment l’enquêteur doit se présenter, expliquer la raison de sa venue, obtenir le consentement de son interlocuteur, etc.

Etape 9: Conduire des tests préliminaires

On effectuera toujours des tests préliminaires afin de: (i) vérifier la pertinence des formulaires de collecte et (ii) former le personnel chargé de la collecte. Ces tests permettront en outre à l’équipe de suivi de revoir une dernière fois les méthodes et la logistique de la collecte. On économisera ainsi beaucoup de temps, d’efforts et d’argent.

Les tests préliminaires serviront à s’assurer que les formulaires permettent bien de collecter les données nécessaires et qu’ils sont fiables; ils indiqueront aussi combien de temps il faut pour poser toutes les questions et pointer les listes de contrôle. On saura ainsi s’il faut réviser les formulaires, par exemple pour en préciser les termes, pour améliorer le codage des réponses, pour prévoir des espaces plus amples sur les feuilles, etc.

La participation du personnel chargé de la collecte aux tests préliminaires lui donnera l’occasion de pratiquer concrètement ce qu’il aura appris, renforcera son intérêt et sa motivation et offrira aux personnalités les plus dynamiques susceptibles de venir en aide à leurs collègues en cas de difficultés la possibilité de se révéler.

La formation et les tests préliminaires permettront aussi à l’équipe principale de vérifier la justesse de la budgétisation et des estimations relatives au temps nécessaire pour ramasser les données dans les divers lieux de collecte.

Etape 10: Etablir un agenda pour la collecte des données

Quoique l’ensemble du processus soit en général assuré par le ministère de la santé, il convient de bien faire savoir à tous les organismes concernés quel est l’objet de l’étude et quelles sont ses méthodes, en particulier pour les enquêtes mobilisant le personnel administratif régional et les autorités locales. Pour s’assurer leur appui actif, il est bon que l’unité de suivi informe ces dernières des raisons de la visite des enquêteurs et des dates envisagées. On préparera donc un agenda détaillé dans ce sens, et cela pour tous les échelons. De même, les dispositions pratiques (transport, logement) devront être prises suffisamment à l’avance en tenant compte des saisons les plus adaptées pour mener les enquêtes, des jours fériés et des vacances et de la disponibilité des interlocuteurs les plus importants.

Etape 11: Recueillir les données

Lors des sessions de formation, on informera les différents groupes d’enquêteurs des procédures de collecte, et notamment de la manière de remplir les formulaires, lesdites procédures étant validées à l’occasion des tests préliminaires. Bien que chaque formulaire comporte la liste des données nécessaires pour chaque indicateur, il faudra expliquer aux enquêteurs ce qu’il faut faire lorsque des renseignements font défaut, de façon à ce que chaque enquêteur fasse la même chose en cas de difficultés.

Les données seront consignées sur-le-champ dans le formulaire approprié. L’enquêteur doit savoir quoi faire s’il se trompe (par exemple, biffer franchement l’inscription erronée, porter la correction en marge et la parafer). On prévoira suffisamment d’espace sur les formulaires pour que les enquêteurs puissent y porter des notes ou des remarques. Pour les indicateurs généraux, les enquêteurs devraient aussi noter la source de leurs informations et l’année.

Si l’on attend des enquêteurs qu’ils codent les réponses et remplissent des récapitulatifs, on leur donnera les consignes correspondantes. On ne le fera toutefois que dans les pays où, en raison de leurs qualifications et de leur formation, les enquêteurs sont capables de mener à bien une telle tâche. Par exemple, les personnes peu au fait des noms de médicaments pourraient être égarées par la multiplicité des dénominations; il s’ensuivrait un risque d’erreur de codage plus grand que si le codage se fait ultérieurement.

Etape 12: Assurer la qualité des données

La qualité des données collectées, à savoir leur précision, leur fiabilité et leur validité est primordiale. Pour qu’elle soit assurée, l’unité de suivi devra, en plus de la sélection et de la formation des enquêteurs ainsi que des tests préliminaires pour les formulaires et la procédure, superviser la collecte et en évaluer le résultat.

La supervision des enquêteurs - sur le terrain lorsqu’ils effectuent des enquêtes, ou à l’échelon central dans les autres cas - doit garantir que les procédures et les méthodes définies sont appliquées et que les données collectées sont pertinentes, complètes et de bonne qualité. Les superviseurs doivent aussi fournir un appui aux équipes d’enquêteurs si des difficultés se manifestent (réponses incomplètes ou obscures, oublis, etc.) et ramasser les formulaires avant leur dépouillement et leur traitement.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: November 5, 2014