Expand Document  |  Expand Chapter  |  Full TOC  |  Printable HTML version
Rapport annuel 2003 - Médicaments essentiels et politiques pharmaceutiques
(2004; 24 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentAnnée 2003: les médicaments contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme
Open this folder and view contentsPolitique
Open this folder and view contentsAccès
Open this folder and view contentsQualité et Innocuité
Open this folder and view contentsUtilisation rationnelle
View the documentCouverture arrière
 

Année 2003: les médicaments contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme

En 2003, on dénombrait 38 millions de personnes vivant avec le VIH/SIDA, 9 millions de cas de tuberculose déclarés et 300 millions de cas de paludisme aigu. Il arrive également que ces maladies s'associent et frappent doublement: ainsi, le VIH contribue à la propagation de la tuberculose dans des proportions que l'on ne pouvait pas soupçonner il y a encore vingt ans.

Plusieurs initiatives - «Faire reculer le paludisme», «Halte à la tuberculose», et, plus récemment, «3 millions d'ici 2005» (l'objectif de cette dernière étant de fournir un traitement antirétroviral à 3 millions de personnes d'ici à la fin 2005) - prouvent que l'OMS et ses partenaires sont déterminés à rendre coup pour coup, et, à défaut d'y mettre fin, à diminuer les souffrances, les pertes et les préjudices économiques imputables à ces maladies.

Les médicaments essentiels sont l'une des armes utilisées pour ce combat. Ils prolongent l'existence, améliorent la qualité de vie des malades du SIDA et permettent de traiter la tuberculose et le paludisme. Mais il faut pour cela qu'ils soient bon marché, de bonne qualité, utilisés à bon escient, selon la posologie prescrite et en temps voulu.

Les connaissances et les capacités sont là

Forte de vingt-six années consacrées à la promotion et à la mise en œuvre du concept de médicaments essentiels, l'OMS s'est dotée dans ce domaine de l'arsenal de compétences le plus diversifié et le plus vaste que l'on puisse trouver dans le monde. L'Organisation peut donner des conseils pour acheminer des médicaments de bonne qualité dans les lieux où ils sont indispensables et veiller à ce qu'ils soient prescrits et utilisés correctement. Il faut notamment créer les capacités de mise en œuvre des politiques pharmaceutiques nationales, développer les compétences nécessaires pour la gestion des filières d'approvisionnement, diffuser les connaissances en matière de normes pharmaceutiques, fournir un accès gratuit aux informations sur la provenance et le coût des médicaments, renforcer les capacités en matière de réglementation et promouvoir de bonnes pratiques en matière de prescription.

On sait toutefois que les médicaments essentiels restent encore hors de portée pour un nombre considérable de personnes. Il faut en outre tenir compte du danger réel que représentent les médicaments de contrefaçon sophistiqués. On ne sait pas encore très bien quels sont les systèmes d'approvisionnement en médicaments les plus efficaces, ni où ils fonctionnent le mieux. Par ailleurs, les protocoles thérapeutiques et la santé même des patients sont tributaires des problèmes de qualité et d'innocuité. Mais, ce rapport le montre, on est en train d'accomplir de réels progrès.

Les progrès sont en effet possibles grâce au soutien continu et à la collaboration des institutions partenaires de l'OMS, des gouvernements et des organisations non gouvernementales. L'élan, l'énergie et la passion suscités par la lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose ne manqueront pas de déboucher sur de nouveaux efforts qui devraient permettre de rendre la totalité des médicaments essentiels accessibles à tous ceux qui en ont besoin.

LEE Jong-wook
Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé

 

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 7, 2014