Directives OMS sur les bonnes pratiques agricoles et les bonnes pratiques de récolte (BPAR) relatives aux plantes médicinales
(2003; 84 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentRemerciements
View the documentAvant-propos
Open this folder and view contents1. Introduction
Open this folder and view contents2. Bonnes pratiques agricoles relatives aux plantes médicinales
Open this folder and view contents3. Bonnes pratiques de récolte des plantes médicinales sauvages
Close this folder4. Aspects techniques communs aux bonnes pratiques agricoles et aux bonnes pratiques de récolte relatives aux plantes médicinales
Close this folder4.1 Traitement après récolte
View the document4.1.1 Inspection et tri
View the document4.1.2 Traitement primaire
View the document4.1.3 Séchage
View the document4.1.4 Traitement spécifique
View the document4.1.5 Installations de traitement
View the document4.2 Conditionnement en vrac et étiquetage
View the document4.3 Stockage et transport
Open this folder and view contents4.4 Equipement
View the document4.5 Assurance de la qualité
View the document4.6 Documentation
Open this folder and view contents4.7 Personnel (culture, récolte, production, manipulation, traitement)
Open this folder and view contents5. Autres questions
View the documentBibliographie
View the documentAnnexe 1: Bonnes pratiques agricoles relatives aux matières médicinales chinoises traditionnelles, République populaire de Chine
View the documentAnnexe 2: Points à examiner concernant les bonnes pratiques agricoles et les bonnes pratiques de récolte relatives aux matières premières d'origine végétale
View the documentAnnexe 3: Bonnes pratiques agricoles et bonnes pratiques de récolte (BPAR) relatives aux plantes médicinales, Japon
View the documentAnnexe 4: Exemple de plan pour les monographies sur les bonnes pratiques agricoles relatives à différentes plantes médicinales
View the documentAnnexe 5: Exemple de fiche pour les plantes médicinales cultivées
View the documentAnnexe 6: Participants de la Consultation OMS sur les bonnes pratiques agricoles et les bonnes pratiques de récolte à l'état sauvage relatives aux plantes médicinales
 

4.1.5 Installations de traitement

Lors de l'établissement d'un système d'assurance de la qualité, on tiendra compte des points suivants, que l'on adaptera aux différentes étapes et aux différents sites de production.

Emplacement

Les installations de traitement devront de préférence être situées dans un endroit exempt d'odeurs désagréables, de fumées, de poussières ou d'autres contaminants, et se trouver en zone non inondable.

Routes et voies d'accès et de circulation des véhicules sur roues

Les routes et voies desservant l'installation, l'enceinte de celle-ci et son voisinage immédiat devront avoir une surface revêtue permettant le passage de véhicules sur roues. Elles doivent être bien drainées et pouvoir être nettoyées.

Bâtiments

Les bâtiments devront être de construction solide et bien entretenus. Les zones abritant des opérations générant des poussières, telles que celles utilisées pour le séchage et la mouture, devront être isolées des zones sans poussière et se trouver de préférence dans des bâtiments distincts. Tous les matériaux de construction doivent être tels qu'ils ne puissent contaminer les matières végétales médicinales par des substances indésirables. Une fois la construction achevée, les matériaux de construction ne devront pas émettre de vapeurs toxiques. On évitera d'utiliser des matériaux qui ne peuvent être correctement nettoyés et désinfectés, comme le bois, à moins qu'ils ne puissent à l'évidence constituer une source de contamination.

Les bâtiments devront être conçus de façon à:

♦ offrir suffisamment d'espace de travail et de volume de rangement pour permettre l'exécution satisfaisante de toutes les opérations;

♦ faciliter l'exécution efficiente et hygiénique des opérations en assurant un déroulement régulier du traitement depuis l'arrivée des matières végétales médicinales brutes dans les locaux jusqu'à l'expédition des matières végétales médicinales traitées;

♦ permettre un contrôle approprié de la température et de l'humidité;

♦ permettre la séparation, physique ou par d'autres moyens, des processus susceptibles d'entraîner une contamination croisée, en particulier pour isoler les zones productrices de poussières (séchage et mouture) des zones propres;

♦ permettre le cas échéant de contrôler l'accès à divers secteurs;

♦ permettre un nettoyage facile et correct et faciliter la supervision de l'hygiène;

♦ empêcher la pénétration de contaminants présents dans l'environnement (fumées, poussières, etc.);

♦ empêcher l'entrée et la présence des nuisibles, du bétail et des animaux domestiques;

♦ s'il y a lieu, empêcher la pénétration de la lumière solaire directe dans un secteur particulier.


Zones de manipulation des matières végétales médicinales

♦ Le cas échéant, les planchers devront être construits en matériaux imperméables, non absorbants, lavables, non glissants et non toxiques, ne pas être fissurés et être faciles à nettoyer et à désinfecter. S'il y a lieu, ils auront une pente suffisante pour permettre aux liquides de s'écouler vers une évacuation munie d'un siphon.

♦ Le cas échéant, les murs devront être revêtus de matériaux imperméables, non absorbants et lavables, correctement enduits et exempts d'insectes, et de couleur claire. Jusqu'à une hauteur appropriée pour les opérations de manipulation, ils doivent être lisses, non fissurés et faciles à nettoyer et à désinfecter. S'il y a lieu, les angles entre murs, entre murs et planchers et entre murs et plafonds seront également jointoyés et enduits pour faciliter le nettoyage.

♦ Les plafonds devront être conçus, construits et finis de façon à éviter l'encrassement et à limiter la condensation et le développement de moisissures, ne pas s'écailler et être faciles à nettoyer.

♦ Les fenêtres et autres ouvertures devront être construites de façon à éviter l'encrassement, et celles qui s'ouvrent devront être munies de moustiquaires grillagées, qui devront être faciles à enlever pour le nettoyage et être maintenues en bon état. Les rebords de fenêtre intérieurs, s'il y en a, devront être en pente pour ne pas être utilisés comme étagères.

♦ Les portes devront avoir une surface lisse et non absorbante, être éventuellement munies d'un dispositif de fermeture automatique et fermer correctement.

♦ Les escaliers, cages d'ascenseurs et structures annexes telles que plates-formes, échelles et goulottes devront être situés et construits de façon à ne pas provoquer de contamination des matières végétales médicinales. Les goulottes devront être équipées de regards pour l'inspection et le nettoyage.

♦ Les structures et équipements en hauteur devront être installés de façon à éviter toute contamination des matières végétales médicinales (brutes ou traitées) par des gouttes d'eau de condensation et protégés afin d'éviter de provoquer une contamination en cas de rupture. Ils ne doivent pas gêner le nettoyage. Ils seront isolés si nécessaires, conçus et finis de façon à éviter l'encrassement et à limiter la condensation et le développement de moisissures, ne pas s'écailler et être faciles à nettoyer.

♦ Les secteurs d'habitation, cuisines, réfectoires, vestiaires, toilettes et animaleries devront être entièrement séparés des zones de manipulation des matières végétales médicinales et ne pas communiquer directement avec ces zones.


Approvisionnement en eau

On devra disposer d'eau en abondance, sous une pression suffisante et à une température adéquate, avec des équipements pour la stocker si nécessaire et pour la distribuer et qui soit convenablement protégée contre la contamination.

♦ La glace doit être fabriquée à partir d'eau potable; elle sera préparée, manipulée et stockée de façon à empêcher sa contamination.

♦ La vapeur utilisée en contact direct avec les matières végétales médicinales ou avec les surfaces en contact avec ces matières ne devra contenir aucune substance susceptible de nuire à la santé ou de contaminer les matières végétales médicinales.

♦ L'eau non potable utilisée pour la production de vapeur, la réfrigération, la lutte contre l'incendie et autres usages sans relation avec le traitement des matières végétales médicinales devra être amenée dans des canalisations entièrement séparées, de préférence identifiables par une couleur distincte et sans connexion avec le système d'alimentation en eau potable ni risque de refoulement dans celui-ci.

♦ On utilisera de l'eau potable pour les lavages et la stérilisation par la vapeur humide.


Rejet des effluents et des déchets

Les installations de traitement devront disposer d'un système efficace de rejet des effluents et des déchets, dont le bon fonctionnement soit assuré en tout temps. Toutes les canalisations sortantes (y compris le système de tout-à-l'égout) devront être de diamètre suffisant pour supporter les pics de charge et être construites de façon à éviter toute contamination des sources d'alimentation en eau potable.

Vestiaires et toilettes

Des vestiaires et toilettes en quantité suffisante, adaptés et bien situés devront être prévus. Les toilettes seront conçues de façon à assurer une élimination hygiénique des excreta. Ces locaux devront être bien éclairés, ventilés et si nécessaire chauffés. Des lavabos avec eau chaude et froide, produit pour le lavage des mains et dispositif de séchage hygiénique devront être prévus à côté des toilettes, dans un endroit tel que les employés doivent le traverser avant de retourner sur leur lieu de travail. Des robinets pouvant être actionnés avec le coude sont préférables et, lorsqu'on dispose d'eau chaude et froide, on installera des robinets mélangeurs. Si on prévoit de fournir des essuie-mains en papier, on installera un nombre suffisant de distributeurs et de poubelles près de chaque lavabo. On posera des écriteaux rappelant au personnel de se laver les mains après être allé aux toilettes.

Lavabos dans les zones de traitement

Si le procédé de traitement l'exige, on installera des lavabos et des dispositifs de séchage hygiénique des mains en quantité suffisante et bien situés. Si nécessaire, on ajoutera un dispositif de désinfection des mains. Les lavabos seront alimentés en eau chaude et froide et un produit pour le lavage des mains sera fourni. Des robinets pouvant être actionnés avec le coude sont préférables et, lorsqu'on dispose d'eau chaude et froide, on installera des robinets mélangeurs. Si on prévoit de fournir des essuie-mains en papier, on installera un nombre suffisant de distributeurs et de poubelles près de chaque lavabo. Les lavabos seront munis d'un tuyau d'écoulement avec siphon relié à une canalisation.

Installations de désinfection

En cas de besoin, des installations de nettoyage et de désinfection des outils et du matériel de travail seront prévues. Elles seront construites en matériaux résistants à la corrosion, faciles à nettoyer et équipées de robinets d'eau chaude et froide.

Eclairage7

7 Valeurs adaptées de Codex Alimentarius. Code d'usages international recommandé - Principes généraux en matière d'hygiène alimentaire (13).


Toute l'installation de traitement devra disposer d'un éclairage suffisant, naturel ou artificiel. Selon le cas, l'éclairage ne devra pas modifier les couleurs, et son intensité ne sera pas inférieure aux valeurs suivantes:

♦ 540 lux dans tous les postes d'inspection;
♦ 220 lux dans les salles de travail;
♦ 110 lux dans les autres locaux.


Les luminaires et ampoules suspendus au-dessus des matières végétales médicinales aux divers stades du traitement doivent être d'un modèle de sécurité et être protégés de façon à éviter toute contamination des matières végétales médicinales en cas de bris.

Ventilation

Une ventilation adéquate doit être assurée pour éviter toute chaleur excessive, condensation de vapeur d'eau et poussière et pour évacuer l'air vicié. L'air ne doit jamais circuler d'une zone «sale» vers une zone «propre». Les bouches de ventilation doivent être munies d'un écran ou autre dispositif de protection en matériau non corrosif, facile à enlever pour être nettoyé.

Stockage des déchets et des matières inutilisables

Des installations doivent être prévues pour le stockage des déchets et des matières inutilisables avant leur évacuation. Elles doivent être conçues de façon à empêcher l'accès des nuisibles et à éviter toute contamination des matières végétales médicinales, de l'eau potable, du matériel et des locaux de l'installation de traitement. Des poubelles clairement marquées comme telles doivent être fournies et vidées quotidiennement.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: November 5, 2014