Comment élaborer et mettre en oeuvre une politique pharmaceutique nationale - Deuxième édition
(2002; 104 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentREMERCIEMENTS
View the documentSIGLES ET ABRÉVIATIONS
View the documentPRÉFACE
Open this folder and view contentsPREMIÈRE PARTIE: Comment élaborer et mettre en œuvre une politique pharmaceutique nationale
Close this folderDEUXIÈME PARTIE: Éléments clés d'une politique pharmaceutique nationale
Open this folder and view contents4. Sélection des médicaments essentiels
Open this folder and view contents5. Accessibilité économique
Open this folder and view contents6. Financement des médicaments
Open this folder and view contents7. Systèmes d'approvisionnement
Open this folder and view contents8. Réglementation pharmaceutique
Close this folder9. Usage rationnel des médicaments
View the document9.1. Pourquoi est-il important de promouvoir l'usage rationnel des médicaments?
View the document9.2. Défis
View the document9.3. Organiser des activités de promotion de l'usage rationnel des médicaments
View the document9.4. Principales stratégies pour parvenir à un meilleur usage des médicaments
View the document9.5. Stratégies éducatives
View the document9.6. Stratégies administratives de promotion de l'usage rationnel des médicaments
View the document9.7. Stratégies réglementaires de promotion de l'usage rationnel des médicaments
View the document9.8. Promouvoir l'usage rationnel des médicaments dans le secteur privé
Open this folder and view contents10. Recherche
Open this folder and view contents11. Développement des ressources humaines
Open this folder and view contents12. Surveillance et évaluation
View the documentOUVRAGES DE RÉFÉRENCE
View the documentCOUVERTURE ARRIÈRE
 

9.5. Stratégies éducatives

L'usage rationnel dépend de la connaissance, des attitudes et des pratiques des personnels de santé et des consommateurs. Il est essentiel de disposer de stratégies éducatives pour chacun des deux groupes, pourtant celles-ci sont fréquemment négligées ou inappropriées. Pour ce qui est des personnels de santé, l'accent est souvent mis au cours de leur formation sur le transfert d'une connaissance pharmacologique étroite et limitée dans le temps, et non sur le développement d'une aptitude à prescrire qui durera toute la vie et de la capacité à évaluer d'un œil critique l'information pharmaceutique.

L'éducation des consommateurs est un domaine particulièrement négligé dans toutes les parties du monde. Ceci est particulièrement préoccupant dans les pays en développement, où les médicaments délivrés sur ordonnance sont faciles à obtenir sans ordonnance dans de nombreux lieux tels que les pharmacies, les épiceries et auprès des vendeurs sur les marchés, et où la promotion pharmaceutique est mal réglementée et fréquemment inadaptée. Dans certains pays, 80 % des médicaments au moins sont achetés directement par les consommateurs sans passer par les circuits conventionnels des soins de santé. De ce fait, une stratégie éducative exclusivement orientée vers les personnels de santé aura une influence limitée sur l'usage rationnel des médicaments dans la population.

Un niveau de connaissances adéquat ne se traduit pas toujours par un comportement approprié. Par exemple, lorsqu'il existe des incitations financières à prescrire des médicaments plus coûteux, l'éducation à elle seule ne changera pas le comportement en matière de prescription. D'autres interventions, telles qu'une modification de la structure des rémunérations, seront nécessaires. En outre, si le centre de santé local n'a pas de médicaments, que les files d'attentes y sont longues et que le personnel n'est pas payé, alors qu'un sympathique vendeur de marché se trouve à proximité, il faudra plus que de l'éducation pour modifier le comportement des consommateurs. Pour cette raison, il est indispensable de prendre en compte et de comprendre l'environnement dans lequel les médicaments sont utilisés lorsque l'on met au point des stratégies éducatives.

Formation de base des professionnels de la santé

Une importante stratégie pour parvenir à un usage rationnel des médicaments consiste à améliorer la formation de base des professionnels de la santé. La notion de médicaments essentiels et son application pratique doit figurer au programme de formation de tous les agents de santé. L'accent doit être mis sur les exercices d'analyse de problèmes concrets, le développement de la capacité à procéder à des évaluations critiques et la qualité de la relation avec les patients. L'OMS publie à l'intention des étudiants en médecine un manuel intitulé Bien prescrire les médicaments: guide pratique,62 lequel présente les principes de la prescription rationnelle. Ce manuel, qui a été très bien accueilli, est disponible en plus de 20 langues et a été adopté par divers pays développés et en développement. Il est également utilisé pour la formation continue des médecins et a été adapté pour la formation des prescripteurs paramédicaux. Un guide du formateur est également disponible.63

Les personnes chargées de délivrer les médicaments (pharmaciens, aide-pharmaciens) doivent aussi être formées à la notion de médicaments essentiels et aux principes de l'usage rationnel, et ces notions doivent figurer dans les programmes de formation qui leur sont destinés. En outre, ces personnes doivent être formées à bien communiquer avec les patients, à expliquer l'usage approprié des médicaments et à répondre aux questions dans le cadre des soins pharmaceutiques. Le rôle des personnels infirmiers dans la prescription et la délivrance des médicaments ainsi que dans la communication avec les patients doit aussi être reconnu, et ceux-ci doivent de ce fait bénéficier de programmes de formation.

Formation en cours d'emploi des agents de santé

La formation continue, les visites de personnels d'encadrement et les cours et ateliers ciblés peuvent constituer des outils efficaces pour élargir les connaissances et modifier les comportements. L'expérience montre que l'influence sur le comportement est d'ordinaire maximisée lorsqu'un comportement précis de prescription et de délivrance est ciblé, que les groupes sont petits, que des experts connus participent à la formation et que la formation est suivie d'un retour de l'information sur les pratiques effectives de prescription. La formation directe, dispensée en leur présence par des intervenants qualifiés à l'intention des prescripteurs et des personnes chargées de la délivrance des médicaments, est efficace mais exige des moyens humains et financiers considérables.

Formation des vendeurs de médicaments

Dans les pays où l'on manque de pharmaciens et de pharmaciens assistants qualifiés, on peut se procurer les médicaments délivrés sur ordonnance auprès de vendeurs de médicaments sans qualifications ni formation. Une formation de base sur le tas pourrait leur être offerte. Une formation pratique à partir de listes de pointage et d'informations écrites simples peut aider ces vendeurs à remplir leur fonction de manière satisfaisante et à communiquer efficacement avec les patients. Quelques résultats prometteurs ont été obtenus.64

Centres d'information pharmaceutique

De nombreux aspects de l'usage irrationnel des médicaments ont pour cause profonde le manque d'accès à une information pharmaceutique indépendante. Souvent, les prescripteurs ne disposent que d'un seul type d'information pharmaceutique: l'information fournie par l'industrie pharmaceutique sous forme de publipostages, visites de délégués médicaux et formulaires pharmaceutiques financés par l'industrie. Le centre d'information pharmaceutique constitue un outil important permettant de répondre au besoin d'information pharmaceutique indépendante.

Des centres d'information pharmaceutique peuvent être créés par les pouvoirs publics, qui en assurent le fonctionnement, ou rattachés à des centres hospitaliers universitaires. Cette seconde solution est la meilleure lorsque le centre assure aussi les fonctions de centre antipoison ouvert 24 heures sur 24. Ces centres peuvent aussi être efficacement gérés par des ONG, en particulier celles qui ont pour objectif l'information des consommateurs. Certains centres d'information pharmaceutique ont ouvert avec une personne et quelques ouvrages essentiels, et se sont développés au fur et à mesure que les moyens le leur permettaient et en réponse aux besoins. Les centres d'information connaissent souvent l'échec parce qu'ils tentent d'atteindre trop d'objectifs trop rapidement, sans les avoir clairement hiérarchisés, et qu'ils n'ont pas de projet à long terme pour la pérennité de l'établissement. Des renseignements complémentaires sur les centres d'information pharmaceutiques figurent dans la publication citée dans la bibliographie.65

Bulletins pharmaceutiques

Les bulletins pharmaceutiques sont utiles pour disséminer une information pharmaceutique objective et à jour auprès des prescripteurs et des consommateurs. Lorsque ces bulletins sont préparés et publiés par l'organe de réglementation, ils ont tendance à être axés sur les médicaments. Les bulletins publiés par les établissements d'enseignement ou les ONG ont tendance à davantage privilégier la maladie et être de nature plus comparative.

Information et éducation des consommateurs

L'éducation du consommateur est un domaine important, souvent négligé lors de l'élaboration et de la mise en œuvre d'une politique pharmaceutique nationale. La plupart des programmes pharmaceutiques ont tendance à davantage placer l'accent sur la fourniture de médicaments essentiels aux centres de santé et sur la formation des praticiens de la santé à bien prescrire que sur la promotion de l'usage rationnel des médicaments par les consommateurs. Cependant, les études sur l'utilisation des médicaments montrent qu'il est courant que les médicaments soient utilisés sans avis médical, que les habitudes de consommation sont déterminées par l'expérience que l'on a des médicaments et que les médicaments proviennent de sources diverses, notamment du secteur informel. Étant donné cet état de fait, une plus grande attention doit être accordée à l'éducation des consommateurs à l'usage approprié des médicaments.

Les patients doivent disposer d'une information sur les médicaments qu'ils prennent. Ceci est important pour encourager le patient à observer le traitement et pour qu'il en retire un bénéfice maximum. À une plus large échelle, il est essentiel d'éduquer le public pour que celui-ci acquière les compétences et les connaissances lui permettant de prendre des décisions en connaissance de cause sur la manière d'utiliser les médicaments (ou de savoir quand ne pas les utiliser) et pour comprendre le rôle des médicaments dans les soins de santé, ainsi que leurs bienfaits et leurs risques potentiels. L'OMS a publié un rapport sur des expériences récentes d'éducation du consommateur au bon usage des médicaments.66

Les interventions à l'intention des consommateurs sont les plus utiles lorsqu'elles sont axées sur des habitudes courantes d'usage irrationnel des médicaments et lorsqu'elles portent sur des problèmes que les consommateurs eux-mêmes jugent importants. Parmi les critères utiles pour hiérarchiser les problèmes, figurent: l'ampleur du problème, la gravité des conséquences sur la santé, le coût, ainsi que l'opportunité et la faisabilité d'une intervention au niveau local.

L'éducation du public doit notamment être guidée par les principes suivants:

• les politiques pharmaceutiques nationales doivent comporter un volet éducation du public;

• les actions d'éducation du public doivent porter sur les aspects importants de l'utilisation des médicaments dont les consommateurs doivent être convenablement informés;

• les actions d'éducation du public doivent aider les consommateurs à prendre des décisions en connaissance de cause. Elles doivent traiter les points suivants: notions de base de l'action des médicaments, dans quels cas faut-il recourir à l'automédication et quand faut-il consulter un médecin, quelles sont les affections pour lesquelles la prise de médicaments n'est pas nécessaire, comment lire l'étiquette d'un médicament ou sa notice d'information;

• les activités d'éducation du public au bon usage des médicaments doivent reconnaître l'existence de la diversité culturelle et de l'influence de facteurs sociaux et en tenir compte;

• les ONG, les enseignants, les associations professionnelles et les mouvements associatifs ont tous un rôle important à jouer dans les programmes d'éducation du public et doivent être associés à leur organisation, élaboration et mise en place;

• les programmes d'éducation doivent avoir des objectifs clairs et mesurables. Il faut prendre conscience que pour modifier des croyances et des pratiques profondément ancrées il est nécessaire de fournir des efforts soutenus et de procéder par étapes: tout d'abord sensibiliser, puis faire acquérir des connaissances pour finalement parvenir à modifier les comportements.


Dans l'idéal, les programmes d'éducation doivent s'inscrire dans la durée. Bien que des campagnes courtes, en particulier les actions faisant appel aux médias, puissent être utilisées pour sensibiliser l'opinion, celles-ci sont peu susceptibles de modifier les comportements sur le long terme ou de contribuer à donner à la population des moyens d'agir et des connaissances durables. Une méthode importante et inscrite dans la durée consiste à intégrer l'éducation au bon usage des médicaments dans les programmes scolaires dès le jeune âge, dans le cadre des cours d'éducation pour la santé. Une autre méthode consiste à incorporer des modules sur le sujet dans les cours de formation pour adultes tels que les cours d'alphabétisation.

La mauvaise automédication pratiquée à l'aide de médicaments délivrés sous ordonnance, extrêmement courante dans les pays en développement, peut se révéler très dangereuse pour la santé. Elle a également des conséquences économiques. L'automédication à l'aide d'antibiotiques en est un exemple. Il faut sensibiliser le public à ce problème.

Les médicaments approuvés pour un usage en automédication (les médicaments délivrés sans ordonnance) sont habituellement utilisés pour la prévention et le traitement de troubles ou de symptômes mineurs qui ne justifient pas une visite médicale. Les médicaments autorisés à la vente libre doivent être étiquetés et accompagnés d'instructions exactes, lisibles et claires pour un non-spécialiste. Ces instructions doivent comporter des informations complètes sur la composition du médicament, des indications sur les cas dans lesquels utiliser le médicament, les cas dans lesquels interrompre le traitement, la posologie recommandée, des mises en garde spéciales concernant l'utilisation et la conservation et des mises en garde spéciales concernant les interactions médicamenteuses. Ces questions sont étroitement liées à une réglementation pharmaceutique efficace.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 7, 2014