Expand Document  |  Expand Chapter  |  Full TOC  |  Printable HTML version
Perspectives politiques de l'OMS sur les médicaments, No. 08 mars 2004 - Accès équitable aux médicaments essentiels: cadre d'action collective
(2004; 6 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentAccès équitable aux médicaments essentiels: cadre d'action collective. Perspectives Politiques de l'OMS sur les médicaments, No. 8
View the documentLe cadre d'accès
View the document1 Sélection et usage rationnels des médicaments essentiels
View the document2 Prix abordables
View the document3 Financement durable
View the document4 Systèmes de santé et systèmes d'approvisionnement fiables
View the documentLectures conseillées
 

3 Financement durable

Le financement durable des médicaments essentiels doit être considéré dans le cadre du financement général des soins de santé. La plupart des pays à revenu faible ou moyen comptent sur toute une diversité de mécanismes de financement de la santé et des médicaments qui peuvent contribuer au paiement des médicaments. Néanmoins, il existe encore des possibilités, dans nombre de ceux-ci, d'accroître les dépenses publiques consacrées à la santé et aux médicaments essentiels et de mieux dépenser l'argent public.

Une augmentation des dépenses publiques pour la santé et les médicaments est importante pour accroître l'impact sur la santé publique et les possibilités d'améliorer l'équité et la solidarité, et pour venir en aide aux plus défavorisés. Cela ne veut pas dire que les pays à revenu faible ou moyen doivent réaffecter des fonds consacrés à la prévention ou à d'autres priorités sanitaires - mais que de nouvelles dépenses publiques supplémentaires devraient être affectées au secteur de la santé. Ainsi, le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme offre la possibilité d'accroître les dépenses publiques aux pays où le financement de l'Etat n'augmente que très lentement ou pas du tout.

Les dépenses individuelles résultent de l'incapacité des pouvoirs publics d'allouer suffisamment de ressources financières à l'approvisionnement en médicaments essentiels pour le traitement des maladies qui touchent la majorité de la population. Les patients doivent donc acheter tous les médicaments dont ils ont besoin auprès du secteur privé.

Le partage des coûts avec les patients devrait être considéré uniquement comme une mesure de transition vers un objectif à plus long terme comme l'assurance-maladie universelle. La facturation à l'usager ou le co-paiement des médicaments dans les services de santé publics ne conduit pas toujours à un accroissement de l'offre de médicaments et peut par contre aboutir à une baisse de l'utilisation des services. En outre, ils peuvent contribuer à appauvrir encore des populations déjà démunies. Alors que dans la plupart des pays à revenu élevé, la presque totalité de la population est couverte par une assurance-maladie, la couverture moyenne est en Amérique latine de 35 %, en Asie de 10 % et en Afrique de moins de 8 %. De plus, le remboursement des médicaments par les caisses d'assurance maladie varie considérablement. La couverture des médicaments essentiels récents ou d'un coût élevé par des systèmes de sécurité sociale bien développés est indispensable. Le prépaiement a l'avantage de faire subventionner les malades par la partie de la population qui est en bonne santé et, les primes étant fixées en fonction du revenu, les pauvres par les riches. Cela reflète le principe de solidarité selon lequel les soins de santé devraient être dispensés en fonction des besoins et financés en fonction de la capacité financière de chacun.

L'aide des donateurs et les prêts au développement tels que les prêts/subventions au développement et l'aide bilatérale de banques de développement continuent de fournir à de nombreux pays des sources de financement pour le secteur de la santé. Mais l'on peut débattre de la question de savoir si les prêts au développement doivent être utilisés pour des produits de consommation tels que les médicaments.

Le financement par les donateurs de médicaments et les dons de médicaments peuvent avoir un impact à court terme. A moyen terme, ces dons devraient être ciblés sur des maladies déterminées et planifiés en tant que fournitures supplémentaires intégrées au système national d'approvisionnement en médicaments. Mais à long terme, l'autosuffisance est le seul moyen viable.

 

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 7, 2014