Principes méthodologiques généraux pour la recherche et l'évaluation relatives à la médecine traditionnelle
(2000; 87 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentRemerciements
View the documentAvant-propos
Open this folder and view contentsIntroduction
Open this folder and view contents1. Médicaments à base de plantes: méthodes de recherche et d'évaluation
Close this folder2. Thérapies traditionnelles: méthodes de recherche et d'évaluation
View the document2.1. Types de thérapies traditionnelles
View the document2.2. Evaluation de l'innocuité et de l'efficacité
Open this folder and view contents3. Recherche clinique
Open this folder and view contents4. Autres questions et considérations
View the documentOuvrages de références cités
Open this folder and view contentsAnnexes
View the documentAnnexe X. Liste des participants à la Consultation de l'OMS sur les méthodologies de recherche et d'évaluation concernant la médecine traditionnelle
 

2.2. Evaluation de l'innocuité et de l'efficacité

Théories et concepts

Les théories et concepts des divers systèmes de médecine traditionnelle sont très importants pour la recherche et l'évaluation concernant les thérapies traditionnelles (voir section 1.3).

Innocuité

En général, les thérapies traditionnelles sont relativement sûres quand elles sont pratiquées correctement par des praticiens qualifiés. Il arrive cependant que des accidents se produisent, le plus souvent sans doute lorsque les personnes qui les pratiquent ne sont pas dûment formées. Les thérapies doivent être réalisées à l'intérieur de paramètres généralement admis et, dans la mesure du possible, les indications thérapeutiques doivent être basées sur les faits. Ces thérapies ont rarement des effets indésirables graves, mais les données ne sont pas faciles à obtenir. Par conséquent, l'évaluation systématique de l'innocuité de ces thérapies doit avoir pour priorité l'étude des effets indésirables.

Il est difficile de s'assurer de l'innocuité d'une thérapie du fait du contrôle aléatoire de la qualité de l'équipement utilisé. Les mesures les plus efficaces sont donc de veiller à la qualité de l'équipement et à la solide formation théorique et pratique, ainsi qu'à l'encadrement de ceux qui l'utilisent. Ce sont les moyens de réduire au minimum les examens incorrects, les diagnostics erronés et les erreurs techniques et d'assurer que les patients sont sélectionnés à bon escient. Il faudrait également garantir que le praticien sache comment agir en cas d'accident et qu'il doit adresser le patient à un spécialiste compétent s'il ne réagit pas au traitement ou s'il y a urgence médicale. Les Principes directeurs pour la formation de base et la sécurité dans la pratique de l'acupuncture5 de l'OMS visent à promouvoir une utilisation sans danger de l'acupuncture pour prévenir l'apparition d'effets indésirables chez les patients dont le diagnostic aurait été mal établi. Les Etats Membres pourraient élaborer des principes directeurs du même genre avec l'assistance technique de l'OMS.

Efficacité

Plusieurs thérapies traditionnelles comme l'acupuncture et les thérapies manuelles sont déjà utilisées dans le cadre des systèmes de santé d'un certain nombre de pays, mais l'on réclame de plus en plus des études pour en évaluer l'efficacité.

L'efficacité de la plupart des thérapies traditionnelles dépend considérablement de la compétence du praticien et notamment de son savoir-faire et de son expérience. Cela pourrait en partie expliquer les différences et disparités entre les constatations des différents chercheurs, alors que leurs méthodologies étaient également bonnes. Des effets non spécifiques de la thérapie peuvent aussi contribuer à son efficacité, mais ceux-ci sont difficiles à mesurer et à quantifier. Par conséquent, les essais cliniques et d'autres méthodes de recherche sont extrêmement importants pour évaluer l'efficacité des thérapies traditionnelles (voir chapitre 3).

 

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 7, 2014