Expand Document  |  Expand Chapter  |  Full TOC  |  Printable HTML version
Rapport annuel 2002 - Médicaments essentiels et politiques pharmaceutiques: Donner un soutien aux pays pour réduire le manque d'accès aux médicaments
(2003; 20 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentDévelopper une culture de surveillance pour améliorer l'impact
View the documentMédecine traditionnelle et complémentaire: mettre les politiques à exécution
View the documentPrincipales activités de soutien aux pays en Afrique et Méditerranée orientale
View the documentCentres collaborateurs de l'OMS: un soutien actif au travail dans le domaine pharmaceutique
View the documentComment l'accord sur les ADPIC affecte-t-il l'accès aux médicaments?
View the documentDéveloppement du concept de médicaments essentiels au cours des 25 dernières années
View the documentMesurer l'accès aux antimalariens
View the documentConsolider les achats en gros à l'échelle régionale et nationale
View the documentEnseignements des systèmes d'approvisionnement couronnés de succès
View the documentCalculer le coût des médicaments
View the documentSoutenir les ODM sur l'accès aux médicaments essentiels
View the documentDirective commune pour l'évaluation des nouveaux médicaments dans les pays baltes
View the documentTrousse à outils ONG pour améliorer l'accès aux traitements pour le VIH/SIDA
View the documentHarmoniser la réglementation pharmaceutique aux Amériques
View the documentBonnes pratiques de fabrication en Chine: progrès rapides
View the documentPharmacovigilance: détecter et signaler les effets indésirables des médicaments
View the documentVariations de l'information pharmaceutique dans 26 pays
View the document10ème ICDRA: une base internationale pour la réglementation pharmaceutique
View the documentLutte contre les médicaments de mauvaise qualité
View the documentAméliorer l'utilisation des médicaments en milieu hospitalier au Cambodge et en RDP Lao
View the documentProgramme pour les médicaments essentiels de l'OMS-Inde: multiplier l'impact
View the documentOman: améliorer l'usage des antibiotiques dans les soins de santé primaires
 

Principales activités de soutien aux pays en Afrique et Méditerranée orientale

L'Afghanistan, la Somalie, l'Afrique du Sud et l'Ouganda comptent parmi les pays ayant reçu un soutien considérable de l'OMS en 2002. En Afghanistan et en Somalie, le soutien pharmaceutique a été un élément important de la reconstruction du système sanitaire. En Afrique du Sud, le soutien intensif de l'OMS a facilité une bonne mise en œuvre de la politique pharmaceutique nationale du pays. En Ouganda, les résultats d'une analyse de situation pharmaceutique assistée par l'OMS ont été utilisés pour réorienter les activités visant l'amélioration de l'accès et l'usage rationnel.

Afghanistan: reconstruire le secteur pharmaceutique

Le difficile processus de reconstruction du système sanitaire de l'Afghanistan est maintenant en cours. L'OMS a effectué une évaluation préliminaire du secteur pharmaceutique au début de l'année 2002. Peu après, elle a recruté un responsable de programme national pour aider le ministère de la Santé publique (MSP) au niveau des questions pharmaceutiques.

Principales activités

Au nombre des principales activités MSP/OMS en 2002:

• création d'un service pharmaceutique au sein du MSP et définition de sa mission

• dotation en personnel du service pharmaceutique

• sélection de points de convergence pour les médicaments essentiels dans 20 provinces de l'Afghanistan

• création d'un comité pharmaceutique et thérapeutique national

• adaptation et adoption des directives recommandées par l'OMS en matière de dons de médicaments

• processus de mise à jour et de révision d'une liste nationale de médicaments essentiels entamé par le biais d'une consultation avec les professionnels de santé à Kaboul, dans les régions, les hôpitaux provinciaux et les dispensaires

• examen de la loi en matière de médicaments génériques en Afghanistan entamé

• poursuite du développement des directives de traitement standard


Accord-cadre avec l'Iran

Evidemment, le développement de la capacité pharmaceutique est un processus à long terme mais la collaboration avec l'Iran le facilitera considérablement. Un accord-cadre entre le ministère de la Santé publique afghan et le ministère iranien de la Santé a été signé en 2002. Aux termes de cet accord, l'Iran fournira un programme de formation pour le personnel de l'organisme afghan de réglementation pharmaceutique, le laboratoire de contrôle qualité et la faculté de pharmacie.

Somalie: un développement au long terme fait suite à l'urgence

La guerre civile constante en Somalie a détruit presque tous les services de santé publique du pays. Une analyse de situation a été effectuée par l'OMS en 2001. Elle décrit le manque de politique pharmaceutique nationale, le mauvais état des stocks médicaux du pays, l'usage abusif des antibiotiques et des injections et un approvisionnement en produits pharmaceutiques dépendant entièrement de dons. Cependant, l'OMS possède maintenant un bureau à Hargeisa et, en 2002, a commencé à travailler avec les autorités nationales à l'établissement de bases pour le développement du secteur sanitaire.

Un atelier consacré à la politique pharmaceutique nationale (PPN) a eu lieu et une stratégie de mise en œuvre d'une PPN a été convenue. Cette dernière comprend la création d'un comité pilote national et d'un secrétariat de PPN, la création d'un organisme national de réglementation pharmaceutique, la publication et la dissémination de directives nationales concernant les donateurs et la mise à jour d'une liste nationale de médicaments essentiels.

L'OMS a travaillé en étroite collaboration avec les autorités nationales au rétablissement du système de distribution de médicaments somalien. L'objectif immédiat était la création d'une politique pharmaceutique unifiée parmi les nombreux ONG et organismes internationaux fournissant actuellement des soins de santé en Somalie. L'objectif au long terme sera la création d'un système intégré de médicaments essentiels pour tout le pays, dont la responsabilité sera ultérieurement transférée au gouvernement national.

Afrique du Sud: un soutien exhaustif fructueux

En décembre 2002, le Programme d'action pharmaceutique d'Afrique du Sud (SADAP) a conclu six années de soutien intensif à la mise en œuvre de la politique pharmaceutique nationale d'Afrique du Sud. Le SADAP était un projet attaché au ministère sud-africain de la Santé, financé par le ministère sud-africain de la Santé et le ministère britannique du Développement international.

Des résultats considérables ont été obtenus en six ans. Le SADAP a soutenu le gouvernement sud-africain en intervenant dans le débat international très controversé concernant les médicaments essentiels, les brevets et l'abordabilité des médicaments. Le SADAP est également à l'origine d'une vaste sensibilisation à la raison d'être et au fonctionnement d'une liste de médicaments essentiels en termes de prise de décision et de gestion dans le domaine sanitaire. Il a contribué à la réalisation et à la dissémination de directives de traitement standard, plus particulièrement au niveau des soins de santé primaires. En outre, plusieurs ateliers sur la gestion de l'approvisionnement en médicaments ont été organisés. Ces derniers ont assuré la formation de plus de 700 assistants de pharmacie. Ils représentent une importante contribution au développement de normes et critères d'achat, de contrôle des stocks, de distribution, de financement et de dotation en personnel.

Vers la fin de l'année 2002, le ministère de la Santé a créé un groupe de travail sur l'établissement des prix, en préparation à l'établissement d'un comité des prix, exigé par le Medecines Act 90 de 1997. L'OMS apportera des conseils techniques au groupe de travail sur l'établissement des prix en 2003.

Ouganda: de l'évaluation à l'action

Les conseillers pharmaceutiques sont des fonctionnaires nationaux spécialisés en pharmacie. Ils ont pour mission d'aider à surveiller les secteurs pharmaceutiques du pays, d'aider les pays à identifier les priorités et de coordonner l'assistance pharmaceutique de l'OMS. En 2002, les conseillers pharmaceutiques ont commencé leur travail dans 11 bureaux régionaux de l'OMS en Afrique, y compris en Ouganda.

Le conseiller pharmaceutique de l'Ouganda, le bureau régional de l'OMS pour l'Afrique et le siège de l'OMS ont aidé le ministère de la Santé (MdS) ougandais à effectuer une enquête de base pour évaluer la situation pharmaceutique en Ouganda. Cette évaluation a facilité le développement de la capacité de surveillance et créé une base factuelle pour le développement de plans de travail collaboratif. La collaboration entre le MdS et le bureau national de l'OMS a donné lieu à des progrès importants dans le secteur pharmaceutique, dans des domaines pharmaceutiques clés de l'OMS: accès, usage rationnel, qualité et innocuité.

En termes d'accès, l'évaluation de la situation a révélé que la disponibilité des médicaments-clefs était presque multipliée par deux parmi les équipements sanitaires publics et par cinq parmi les entrepôts pharmaceutiques. Pour améliorer cette situation, les responsables pharmaceutiques des districts ont été formés à la gestion de l'information pharmaceutique. Par ailleurs, le personnel des entrepôts pharmaceutiques nationaux ainsi que les responsables pharmaceutiques des districts ont reçu une formation à la sélection et à l'achat de médicaments essentiels et de fournitures médicales. Aux termes de la politique ougandaise de décentralisation, les districts doivent acheter les produits pharmaceutiques en fonction de leurs besoins locaux. Le bureau national de l'OMS et le MdS ont donc soutenu les districts en passant à un système basé sur les besoins pour l'achat des médicaments essentiels. Un succès remarquable a été obtenu dans ce domaine avec 53 districts sur 56 (95%) plaçant des commandes de médicaments essentiels et fournitures médicales en fonction de leurs besoins locaux quantifiés pendant le premier trimestre 2003.

Dans le domaine de l'usage rationnel, le bureau national de l'OMS a soutenu le MdS dans le développement de Directives nationales de traitement & soins VIH-TAR et de mise en œuvre pour l'amélioration des soins et du soutien pour le VIH/SIDA dans le pays. Un soutien a également été apporté à la dissémination d'information concernant le VIH/SIDA et à la création d'un centre national d'information sur les produits pharmaceutiques. L'une des principales constatations de l'évaluation nationale du secteur pharmaceutique était l'usage élevé d'antibiotiques et d'injections dans les installations sanitaires. En conséquence, le plan de travail MdS/OMS comprend des stratégies visant la promotion d'un usage rationnel des médicaments pour inverser cette tendance.

Pour aider à assurer la qualité et l'innocuité des médicaments, l'OMS a apporté son soutien à la création d'un système de base de données au Laboratoire national de qualité pharmaceutique (NDQCL). Cette activité s'est ajoutée à l'achat de produits chimiques pour permettre au NDQCL d'analyser les échantillons de médicaments.


L'évaluation de la situation pharmaceutique en 2002 en Ouganda a révélé que la disponibilité des médicaments-clefs était multipliée par deux parmi les équipements sanitaires publics et par cinq parmi les entrepôts pharmaceutiques

 

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: November 5, 2014