Stratégie de l'OMS pour la médecine traditionnelle pour 2002-2005
(2002; 74 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentRemerciements
View the documentAcronymes, abréviations & régions de l’OMS
Close this folderPoints clés: Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2002 - 2005
View the documentQu’est-ce que la médecine traditionnelle?
View the documentUsage répandu et croissant
View the documentPourquoi un usage si répandu?
View the documentEnthousiasme sans réserve contre scepticisme non informé
View the documentDéfis présentés par le développement du potentiel de la MTR/MCP
View the documentLe rôle actuel de l’OMS
View the documentCadre d’action
View the documentMise en oeuvre de la stratégie
Open this folder and view contentsChapitre 1. Examen global
Open this folder and view contentsChapitre 2. Défis
Open this folder and view contentsChapitre 3. Le rôle actuel de l’OMS
Open this folder and view contentsChapitre 4. Ressources internationales et nationales pour la médecine traditionnelle
Open this folder and view contentsChapitre 5. Stratégie et plan d’action pour 2000 - 2005
View the documentAnnexe 1: Liste des Centres collaborateurs de l’OMS pour la médecine traditionnelle
Open this folder and view contentsAnnexe 2: Sélection de publications et documents de l’OMS sur la médecine traditionnelle
View the documentRéférences
View the documentContacts dans le domaine des politiques de médicaments essentiels
View the documentCouverture arrière
 

Défis présentés par le développement du potentiel de la MTR/MCP

Pour maximiser les possibilités de la MTR/MCP en tant que source de soins de santé, plusieurs problèmes doivent être abordés: politique; innocuité, efficacité et qualité; accès; usage rationnel.

Politique: la base d’une action valable en matière de MTR/MCP

Relativement peu de pays (25 seulement des 191 états membres de l’OMS) ont développé une politique relative à la MTR et/ou la MCP. Cependant, une telle politique fournit une base solide pour définir le rôle de la MTR/MCP dans le cadre de l’offre d’un système de santé national, en s’assurant que tous les mécanismes réglementaires et juridiques nécessaires soient créés pour encourager et maintenir une bonne pratique, que l’accès soit équitable et que l’authenticité, l’innocuité et l’efficacité des thérapies soient garanties. Elle peut également aider à assurer une offre suffisante de ressources financières pour la recherche, l’éducation et la formation.

En fait, de nombreux pays développés constatent actuellement que les problèmes concernant l’innocuité et la qualité de la MCP, l’octroi de permis aux prestataires, les normes de formation et les priorités de recherche sont plus facilement abordés dans le cadre d’une politique nationale. Le besoin d’une politique nationale est, néanmoins, de la plus grande urgence dans les pays en voie de développement où la MTR n’a pas encore été intégrée dans le système national de soins de santé, même si une grande partie de la population en dépend pour les soins de santé.

Un plus grand nombre de politiques nationales aurait l’avantage supplémentaire de faciliter le travail consacré aux problèmes globaux tels que le développement et la mise en oeuvre de normes internationales de recherche sur l’innocuité et l’efficacité de la MTR/MCP, l’usage durable des plantes médicinales ainsi que la protection et l’usage équitable des savoirs de la médecine indigène et traditionnelle.

Innocuité, efficacité et qualité: cruciales pour le développement de la MTR/MCP

Des pratiques de MTR/MCP se sont développées au sein de diverses cultures dans des régions différentes. Il n’y a donc pas eu de développement parallèle de normes et méthodes, nationales ou internationales, pour les évaluer.

L’évaluation des produits de MTR/MCP pose également problème. Ceci est particulièrement le cas pour les médicaments à base de plantes dont l’efficacité et la qualité peuvent être influencées par de nombreux facteurs. Il n’est pas surprenant que la recherche en matière de MTR/MCP se soit avérée inappropriée, résultant en un manque de données et un développement inadéquat de méthodologies. Ceci a, à son tour, ralenti le développement de la réglementation et de la législation de la MTR/MCP.

Les systèmes nationaux de surveillance et d’évaluation des événements défavorables sont également rares. En conséquence, bien que de nombreuses thérapies de MTR/MCP soient prometteuses et de plus en plus utilisées, un grand nombre ne sont pas testées et leur usage n’est pas surveillé. De ce fait, la connaissance de leurs effets secondaires possibles est limitée. Ceci rend l’identification des thérapies les plus sûres et les plus efficaces et la promotion de leur usage rationnel plus difficiles. Si la MTR/MCP doit être préconisée en tant que source de soins de santé, des efforts pour encourager son usage rationnel et l’identification des thérapies les plus sûres et les plus efficaces seront d’une importance cruciale.

Accès: rendre la MTR/MCP disponible et abordable

Bien que, selon les rapports, de nombreuses populations des pays en voie de développement dépendent lourdement de la MTR pour satisfaire à leurs besoins en matière de soins de santé, nous manquons de données précises. Une recherche quantitative pour déterminer les niveaux d’accès existants (à la fois financiers et géographiques) et une recherche qualitative pour clarifier les contraintes de l’extension d’un tel accès, sont nécessaires. L’axe devrait être sur le traitement des maladies représentant le plus lourd fardeau pour les populations pauvres.

Par ailleurs, si l’accès doit être accru substantiellement, la base de ressources naturelles dont certains produits et thérapies dépendent doit être protégée. Les matières premières des médicaments à base de plantes, par exemple, sont parfois récoltées à outrance parmi les populations de plantes sauvages.

La propriété intellectuelle et les droits de brevet représentent un autre défi majeur. Les avantages économiques, pouvant être obtenus de l’application à grande échelle des savoirs de la MTR peuvent être considérables.

Les questions concernant les meilleurs moyens de partager ces avantages entre les innovateurs et les détenteurs des savoirs de la MTR n’ont cependant pas été résolues.

Usage rationnel: assurer adéquation et rentabilité

L’usage rationnel de la MTR/MCP revêt plusieurs aspects dont la qualification des prestataires et l’octroi de permis à ces derniers, l’usage correct de produits de qualité assurée, la qualité de la communication entre les prestataires de MTR/MCP, les allopathes et les patients et la fourniture d’informations scientifiques et de conseils au grand public.

Les défis au niveau de l’éducation et de la formation se présentent sous au moins deux formes. En premier lieu, assurer que les connaissances, les qualifications et la formation des prestataires de MTR/MCP soient adéquates. En second lieu, utiliser la formation pour assurer que tradipraticiens et allopathes comprennent et apprécient la complémentarité des types de soins de santé qu’ils proposent.

Un usage correct de produits de qualité assurée pourrait également contribuer en grande partie à la réduction des risques associés aux produits de MTR/MCP tels que les médicaments à base de plantes. Toutefois, la réglementation et l’enregistrement des médicaments à base de plantes ne sont pas bien développés dans la plupart des pays et la qualité des produits à base de plantes proposés dans le commerce n’est généralement pas garantie.

Un travail supplémentaire est également nécessaire pour sensibiliser aux situations dans lesquelles la MTR/MCP est appropriée (et rentable) et celles dans lesquelles elle n’est pas conseillée ainsi que pour faire comprendre que les produits de MTR/MCP doivent être utilisés avec prudence.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: August 29, 2014