Stratégie de l'OMS pour la médecine traditionnelle pour 2002-2005
(2002; 74 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentRemerciements
View the documentAcronymes, abréviations & régions de l’OMS
Close this folderPoints clés: Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2002 - 2005
View the documentQu’est-ce que la médecine traditionnelle?
View the documentUsage répandu et croissant
View the documentPourquoi un usage si répandu?
View the documentEnthousiasme sans réserve contre scepticisme non informé
View the documentDéfis présentés par le développement du potentiel de la MTR/MCP
View the documentLe rôle actuel de l’OMS
View the documentCadre d’action
View the documentMise en oeuvre de la stratégie
Open this folder and view contentsChapitre 1. Examen global
Open this folder and view contentsChapitre 2. Défis
Open this folder and view contentsChapitre 3. Le rôle actuel de l’OMS
Open this folder and view contentsChapitre 4. Ressources internationales et nationales pour la médecine traditionnelle
Open this folder and view contentsChapitre 5. Stratégie et plan d’action pour 2000 - 2005
View the documentAnnexe 1: Liste des Centres collaborateurs de l’OMS pour la médecine traditionnelle
Open this folder and view contentsAnnexe 2: Sélection de publications et documents de l’OMS sur la médecine traditionnelle
View the documentRéférences
View the documentContacts dans le domaine des politiques de médicaments essentiels
View the documentCouverture arrière
 

Pourquoi un usage si répandu?

Accessible et abordable dans les pays en voie de développement

Dans les pays en voie de développement, l’usage répandu de la MTR est souvent attribuable à son accessibilité et son abordabilité. En Ouganda, par exemple, le ratio de tradipraticiensc par population se situe entre 1/2000 et 1/4000. Ceci contraste nettement avec la disponibilité d’allopathes, pour lesquels le ratio typique est de 1/20 000 ou moins. Par ailleurs, la distribution de ce personnel peut être irrégulière, la plupart se trouvant dans les villes ou autres zones urbaines, et donc difficile d’accès pour les populations rurales.

c Les tradipraticiens sont généralement des guérisseurs, phytothérapeutes, etc. Les prestataires de MTR comprennent à la fois les tradipraticiens et les professionnels de médecine allopathique tels que les médecins, dentistes et infirmières qui proposent des thérapies de MTR/MCP à leurs patients, par ex. de nombreux médecins utilisent également l’acupuncture pour traiter leurs patients.

La MTR est parfois aussi la seule source de soins de santé abordable, particulièrement pour les patients les plus pauvres du monde. Les recherches effectuées au Ghana, au Kenya et au Mali indiquent qu’un traitement antipaludéen de pyriméthamine/sulfadoxine peut coûter plusieurs dollars. Et pourtant, les débours en soins de santé par habitant au Ghana et au Kenya se chiffrent à seulement environ 6$US par an. Inversement, les médicaments à base de plantes pour le traitement du paludisme sont considérablement moins chers et peuvent parfois même être payés en nature et/ou selon la «richesse» du client.

La MTR est également très populaire dans de nombreux pays développés parce qu’elle est fermement intégrée à des systèmes de croyance plus globaux.

Une autre approche des soins de santé dans les pays développés

Dans de nombreux pays développés, la popularité de la MCP est alimentée par les inquiétudes au sujet des effets nocifs des médicaments chimiques, par la remise en question des démarches et présomptions de l’allopathie et par l’accès de plus en plus facile du grand public à l’information sur la santé.

En même temps, la prolongation de l’espérance de vie a multiplié les risques de développement de maladies chroniques débilitantes telles que les maladies cardiaques, le diabète et les troubles mentaux. Pour de nombreux patients, la MCP semble offrir un moyen moins agressif que l’allopathie de gérer ce type de maladies.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: November 5, 2014