Expand Document  |  Expand Chapter  |  Full TOC  |  Printable HTML version
Points marquants de l'an 2000 en matière de médicaments essentiels et politiques pharmaceutiques
(2000; 12 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentPolitique: Essentielle au développement de systèmes sanitaires
View the documentAccès: Cadre d’action collective
View the documentQualité et sécurité: l’Information pour l’action
View the documentUsage rationnel: Action à tous les niveaux de soin
View the documentContacts
 

Usage rationnel: Action à tous les niveaux de soin

L’usage irrationnel des médicaments consiste généralement à prescrire la mauvaise dose du mauvais médicament pour une durée incorrecte. La montée en flèche des coûts des soins médicaux dans de nombreux pays, un éventail croissant de traitements pharmaceutiques pour des affections individuelles et la menace croissante de résistance antimicrobienne amplifient aujourd’hui l’impact d’un tel usage irrationnel, rendant un usage thérapeutique et rentable des médicaments par les professionnels de la santé et les consommateurs à la fois médicalement et économiquement nécessaire.

Un soutien à des pays individuels au niveau de l’usage et de la sélection rationnels des médicaments a été apporté à l’Afghanistan, l’Arménie, l’Egypte, la Géorgie, plusieurs états de l’Inde, au Kirghizstan, à la Mongolie et au Tadjikistan en particulier.

En Arménie et Géorgie, des efforts substantiels ont été consacrés à l’amélioration des pratiques de prescription de médicaments en incorporant un enseignement de la pharmacothérapie et de la pharmacie clinique et sociale basé sur les problèmes aux programmes d’études médicales et pharmaceutiques de l’enseignement universitaire et de la formation continue ainsi qu’en développant et en adoptant des lignes directrices standard de traitement pour les maladies prioritaires dans les soins primaires et hospitaliers. La prescription de médicaments génériques est maintenant fortement encouragée par le biais de listes de médicaments essentiels et de formulaires à tous les niveaux de soins. Des pharmacies d’hôpitaux pilotes ont, en outre, considérablement renforcé leur fonction de fournisseurs d’information sur les médicaments. Au Tadjikistan, l’OMS a travaillé avec la National Pharmaceuticals Taskforce à l’amélioration de l’usage des médicaments en particulier. Egalement avec l’aide de l’OMS, la direction pour l’usage rationnel des médicaments a été établie par le ministère de la Santé de l’Oman.

Pendant que le travail sur la révision des lignes directrices de l’OMS concernant le traitement était en cours, un processus consultatif ouvert a également été entrepris pour proposer des changements au processus de révision de la liste des médicaments essentiels de l’OMS (WHO Model List of Essential Drugs) (Insert 10).

Insert 10: Lignes directrices de l’OMS en matière de traitement revues et à lier à la liste modèle de médicaments essentiels

Couvrant les principales maladies du monde, les lignes directrices de l’OMS sur le traitement sont utilisées pour mettre au point des protocoles nationaux et institutionnels ainsi que des listes de médicaments essentiels, des programmes de formation et des systèmes de fourniture de médicaments. Un total de 192 lignes directrices sur le traitement ont été évaluées et résumées. Les résumés seront diffusés sur le site web de l’OMS, sous forme de CD-ROM et au format imprimé. Par ailleurs, une base de données des traitements médicamenteux recommandés par l’OMS, des lignes directrices sur les traitements médicamenteux et des médicaments recommandés dans les lignes directrices de l’OMS sur le traitement a été créée pour faciliter la systématisation des recommandations de l’OMS en matière de traitements. Des procédures standard ainsi qu’une liste de contrôle pour le développement des lignes directrices de l’OMS sur le traitement ont également été formulées. Des liens vers la Liste modèle de médicaments essentiels de l’OMS, les lignes directrices de l’OMS sur le traitement et le Formulaire modèle de l’OMS ont également été consolidés.


Rapport entre les lignes directrices sur le traitement et une liste de médicaments essentiels

Cours, ateliers et coordination régionale ont continué d’être des moyens importants de développer les compétences en matière d’usage rationnel. Des cours internationaux visant à encourager l’usage rationnel des médicaments ont eu lieu au Nigeria et en Indonésie en collaboration avec l’International Network on Rational Use of Drugs (INRUD). Au Kazakstan, Kirghizstan et en Ouzbékistan, des stages sur l’usage rationnel des médicaments ont été organisés pour les enseignants de médecine familiale. Des ateliers de sélection de médicaments se sont tenus au Pérou (pour les représentants du comité pharmacie et thérapeutique) et au Soudan.

Par ailleurs, la capacité d’évaluation et sélection de médicaments du comité pharmacie et thérapeutique responsable de la promotion de l’usage rationnel des médicaments dans 12 des 34 provinces de Colombie a été consolidée. La première version d’un manuel sur l’établissement et l’exploitation de comités sur les médicaments et thérapeutiques a également été produite.

D’autres ateliers comprenaient la formation à l’usage rationnel national des médicaments et des ateliers de représentation au Koweït, au Pakistan, en Somalie et au Soudan. Un atelier national consacré à l’amélioration de la supervision et de la surveillance continues de l’usage et de la fourniture des médicaments a également eu lieu au Cambodge.

Dans la région européenne, l’usage rationnel a été encouragé par le biais d’une collaboration entre les pays. Les professionnels de la santé des ministères de la Santé et des institutions d’assurance santé de 20 pays d’Europe occidentale, centrale et orientale se sont réunis pour comparer les démarches nationales en ce qui concerne la rationalisation de l’usage des médicaments par le biais du développement de formulaires et de lignes directrices, d’une information innovante sur l’usage des médicaments et de la technologie de l’information ainsi que de structures locales pour le soutien à la prescription. Un soutien direct a été apporté à l’Arménie, à la Croatie, à la Fédération de Russie, au Kazakhstan, au Kirghizstan, au Tadjikistan, au Turkménistan et à l’Ouzbékistan pour le développement de formulaires et lignes directrices de traitement standard. Par ailleurs, dans la région européenne, le réseau EuroPharmForum d’associations pharmaceutiques et le Bureau régional pour l’Europe compte maintenant 33 pays membres et assure la mise en oeuvre de projets de promotion et gestion sanitaires par le biais des pharmacies communautaires.

Le problème de la résistance antimicrobienne (RAM) a également été l’objet d’une activité considérable. Un groupe interdisciplinaire sur la RAM composé de divers programmes a été établi au Bureau régional pour le Pacifique occidental et le Bureau régional pour la Méditerranée orientale a créé un organisme permanent de coordination régionale sur la surveillance et le contrôle de la résistance aux médicaments antimicrobiens.

En ce qui concerne l’encouragement d’un usage rationnel parmi les foyers, les consommateurs et les patients, des modules sur l’éducation publique en matière d’usage rationnel des médicaments dans la communauté ont été mis à l’essai lors d’un premier stage international de deux semaines en Thaïlande. Mis au point par l’OMS et l’université d’Amsterdam, le cours a appris aux participants comment: identifier et classer par ordre de priorité les problèmes d’usage de médicaments dans la communauté, choisir et développer des stratégies d’intervention et voies de communication appropriées, pré-tester les matières, évaluer les impacts, soulever des fonds et créer des réseaux pour le soutien et la durabilité (Figure 4).


Figure 4: Etapes d’une intervention de communication efficace pour encourager un usage plus approprié des médicaments par les consommateurs

Le développement et la mise en oeuvre de projets d’intervention dans la collectivité pour encourager un usage plus rationnel des antibiotiques pour maladies infectieuses au niveau des foyers a également continué dans le cadre d’une initiative impliquant plusieurs universités et organismes non gouvernementaux.

 

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: June 25, 2014