Médicaments essentiels: Le point No. 028 & 029 - Numéro double
(2000; 36 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
Open this folder and view contentsEDITORIAL
Open this folder and view contentsACTUALITES
Open this folder and view contentsRESISTANCE AUX ANTIMICROBIENS
View the documentCOURRIER DES LECTEURS
Close this folderPOLITIQUE PHARMACEUTIQUE NATIONALE
View the documentDes réunions redonnent une nouvelle impulsion aux programmes africains sur les médicaments essentiels
View the documentBrésil: Le Directeur général de l’OMS se prononce en faveur des génériques
View the documentAustralie: lancement de sa politique pharmaceutique nationale
View the documentLa politique pharmaceutique de l’ERY de Macédoine: une avancée certaine
Open this folder and view contentsACCES
Open this folder and view contentsINFORMATION PHARMACEUTIQUE
Open this folder and view contentsRECHERCHE
View the documentRÉUNIONS, COURS & NETSCAN
View the documentNETSCAN
View the documentVIENT DE PARAITRE
Open this folder and view contentsMEDECINE TRADITIONNELLLE
Open this folder and view contentsCOMMERCE MONDIAL
 

Des réunions redonnent une nouvelle impulsion aux programmes africains sur les médicaments essentiels

Les directeurs des programmes sur les médicaments essentiels, en Afrique, se sont réunis pour discuter d’un certain nombre de problèmes pharmaceutiques et faire avancer les actions engagées pour assurer l’accès aux médicaments essentiels. Au cours de deux réunions capitales, ils ont approuvé le Programme intensifié sur les médicaments essentiels, pour la Région de l’Afrique et ont présenté de nombreuses recommandations en matière de politique.

La première réunion qui a eu lieu en Afrique du Sud en mars 2000 a rassemblé des directeurs de 16 pays anglophones. Ils ont demandé aux autorités sanitaires d’adopter de bonnes pratiques d’achat des médicaments essentiels. Les autorités devraient capitaliser sur les économies d’échelle et mettre les informations sur les prix à la disposition des prescripteurs, des personnes assurant la délivrance des médicaments, des consommateurs et des compagnies d’assurance maladie pour leur permettre de prendre des décisions en s’appuyant sur les bonnes informations. Les participants ont également proposé que les gouvernements encouragent la production locale de médicaments essentiels et suppriment les taxes non seulement sur les médicaments mais aussi sur leurs ingrédients.

Les directeurs ont approuvé l’idée des achats groupés de médicaments en vrac pour résoudre les problèmes de santé prioritaires et ont instamment prié l’OMS de fournir plus d’informations aux Etats Membres sur les avantages et les inconvénients de ces programmes. Toutefois, ils ont insisté pour que l’industrie locale ne se trouve pas désavantagée dans le processus de soumission des offres.

Les délégués ont souligné qu’il est essentiel de pouvoir accéder facilement à des informations fiables sur les fabricants et les prix pharmaceutiques si l’on veut obtenir une qualité optimale à des prix abordables. Un site Internet devrait être mis en place pour mettre gratuitement ces informations à la disposition du public et les tenir à jour; la coordination sera assurée par l’OMS.

Les participants veulent également que des informations soient diffusées sur le concept et les avantages d’une harmonisation des réglementations pharmaceutiques et sur la promotion de normes communes. Cela devrait susciter la confiance dans la qualité des services. Comme l’ont souligné les délégués, le processus d’harmonisation devrait être motivé par les besoins de santé publique plutôt que par les intérêts commerciaux. Par ailleurs, les Etats Membres devraient renforcer la capacité des organes de réglementation pharmaceutique et leur concéder une certaine autonomie pour que leur action soit concrète et efficace.

L’usage rationnel des médicaments était l’une des priorités de l’ordre du jour. Les participants ont recommandé aux Etats Membres d’élaborer des stratégies et d’incorporer les principes d’usage rationnel dans les programmes de formation des professionnels de santé. Les comités pharmacothérapeutiques sont considérés comme un moyen d’obtenir un usage plus rationnel de la part des prescripteurs et des personnes assurant la délivrance des médicaments et devraient être mis en place à tous les niveaux de soins.

Prenant en compte le rôle des médicaments traditionnels dans les soins de santé en Afrique, les directeurs de programmes ont instamment prié l’OMS d’apporter son soutien aux pays qui devront décider de la meilleure façon de les utiliser dans le cadre des systèmes de santé.


L’AFRO Essential Drugs Price Indicator - l’une des initiatives du Programme intensifié sur les médicaments essentiels du Bureau régional pour l’Afrique

En août 2000, ce fut au tour de 38 directeurs de programmes sur les médicaments essentiels, issus de 20 pays francophones, de se pencher sur leurs travaux et sur le planning des actions futures. Réunis à Lomé, au Togo, ils ont recommandé la création de Directoires de Pharmacie et de Médicaments; la création de laboratoires de contrôle de la qualité; l’instauration de services de contrôle pharmaceutique et enfin l’élaboration d’une législation et de réglementations permettant de garantir des médicaments de qualité. Comme en Afrique du Sud, ils ont beaucoup discuté de l’amélioration des politiques de fixation des prix. Les participants ont demandé l’instauration d’une complémentarité entre le secteur public et le secteur privé, la création d’entrepôts médicaux autonomes, la promotion de la production locale et la mise en place d’un co-financement par l’Etat et la communauté en vue d’améliorer la fourniture des médicaments et la capacité d’accès. Ils ont également débattu de l’intégration des programmes de politique pharmaceutique dans les plans de développement sanitaire, de l’instauration de stratégies sur l’usage rationnel des médicaments et de l’amélioration de la formation du personnel.

Aux deux réunions, l’OMS a demandé aux pays de spécifier quelles activités ils comptent mener pour mettre en application le Programme intensifié sur les médicaments essentiels, de façon qu’elle puisse élaborer les plans de détail destinés à les soutenir. Mais un énorme travail reste à faire. Le Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique organise des sessions de formation sur les bonnes pratiques de fabrication, et l’AFRO Essential Drugs Price Indicator (tarif des médicaments essentiels) a été publié. Les pays continuent de recevoir un soutien pour mettre en place des politiques pharmaceutiques nationales, évaluer la capacité des Etats membres à instaurer une réglementation pharmaceutique et examiner la législation pharmaceutique.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: August 29, 2014