Médicaments essentiels: Le point No. 028 & 029 - Numéro double
(2000; 36 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
Close this folderEDITORIAL
View the documentRésistance aux antimicrobiens: une menace pour le monde
Open this folder and view contentsACTUALITES
Open this folder and view contentsRESISTANCE AUX ANTIMICROBIENS
View the documentCOURRIER DES LECTEURS
Open this folder and view contentsPOLITIQUE PHARMACEUTIQUE NATIONALE
Open this folder and view contentsACCES
Open this folder and view contentsINFORMATION PHARMACEUTIQUE
Open this folder and view contentsRECHERCHE
View the documentRÉUNIONS, COURS & NETSCAN
View the documentNETSCAN
View the documentVIENT DE PARAITRE
Open this folder and view contentsMEDECINE TRADITIONNELLLE
Open this folder and view contentsCOMMERCE MONDIAL
 

Résistance aux antimicrobiens: une menace pour le monde

Il y a vingt ans, les médecins des pays industrialisés pensaient que les maladies infectieuses étaient un fléau du passé. L’industrialisation s’est accompagnée de meilleures conditions d’assainissement, de logement et de nutrition et, progrès considérable, des antimicrobiens ont été mis au point, permettant enfin de lutter contre les maladies. Les populations de ces pays ont bénéficié d’une baisse sans précédent de la mortalité et de la morbidité et d’un allongement équivalent de l’espérance de vie. Dans le monde en développement - où la pauvreté et les conflits civils permanents contrebalancent souvent les modestes acquis obtenus en faveur de la santé. Les gens pouvaient néanmoins espérer connaître des temps meilleurs où qualité de vie rimerait alors avec bonne santé. Les outils étaient prêts. Confiants dans la pharmacopée disponible, les principaux laboratoires pharmaceutiques abandonnèrent la recherche antibactérienne qu’ils menaient de façon intensive pour concentrer leurs efforts sur le traitement des maladies cardiaques et d’autres affections chroniques. Depuis les années 80, les progrès les plus marquants se sont essentiellement limités à la mise au point d’agents antiviraux pour lutter contre la propagation de l’épidémie de sida.

Malheureusement, et avant même que les pays en développement ne puissent profiter pleinement des progrès de la médecine, nous nous trouvons face au risque majeur que les maladies que l’on croyait vaincues dans les pays industrialisés ne soient en fait restées tapies et tuent de nouveau, faisant planer une menace permanente de mort subite et d’invalidité. Cette menace qui risque de renvoyer les pays industrialisés vers les temps sombres d’autrefois et de faire obstacle aux progrès sanitaires dans les pays en développement, est la résistance aux antimicrobiens.

Cinquante ans auparavant et quelques années seulement après le lancement de la pénicilline, les scientifiques avaient déjà découvert qu’une souche de Staphylococcus aureus, bactérie normalement présente dans la flore microbienne de l’organisme humain, résistait à la pénicilline. Des souches résistantes de gonocoques, de Shigella, agent de dysenteries (une des principales causes de décès prématuré dans les pays en développement) et de Salmonella sont apparues peu après. Depuis ce premier cas de Staphylococcus résistant, le phénomène de la résistance microbienne s’est accéléré, jusqu’à devenir un grave problème de santé publique, se répercutant à l’échelle mondiale sur la vie économique, sociale et politique, sans aucune distinction de race et d’environnement. La tuberculose polychimiorésistante n’est plus limitée à un pays particulier ni aux infections jumelées au VIH. Elle fait son apparition dans des endroits aussi divers que l’Afrique, l’Asie et l’Europe de l’Est, parmi les professionnels de santé et les populations en général. De la même façon, le pneumocoque résistant à la pénicilline se répand rapidement, le paludisme résistant commence à s’étendre, tuant ou rendant invalides des millions d’enfants et d’adultes chaque année.

Source: K. Klugmann, South African Institute of Medical Research

En 1990, presque tous les isolats de choléra à New Delhi, en Inde, étaient sensibles à la furazolidone, l’ampicilline, la co-trimoxazole et l’acide nalidixique, médicaments bon marché de première intention. Aujourd’hui, des médicaments auparavant efficaces restent sans effet contre les épidémies de choléra.

Même si la plupart des médicaments sont encore actifs, combien de temps encore le resteront-ils face à la menace grandissante de la résistance? Dans le cas de la tuberculose, l’émergence de bactéries polychimiorésistantes signifie qu’un traitement qui coûtait auparavant 20 USD doit désormais être remplacé par des médicaments cent fois plus chers.

Les agents pathogènes développent une résistance aux antimicrobiens selon un processus de sélection naturelle. Lorsqu’une population microbienne est exposée à un antibiotique, les organismes les plus sensibles sont détruits, ne laissant derrière eux que ceux résistant à l’assaut des antimicrobiens. Ces organismes peuvent alors soit transmettre leurs gènes de résistance à leur descendance par réplication soit les transmettre à une bactérie réceptrice par conjugaison, les plasmides porteurs des gènes “sautant” d’un organisme à l’autre. Ce processus est un phénomène naturel, incessant, exarcerbé par le mauvais usage ou l’usage excessif des antimicrobiens dans le traitement des pathologies humaines, en élevage, en aquaculture et en agriculture. La maladie - et donc la résistance - s’accommode également très bien de l’agitation civile, de la pauvreté, des migrations de masses et de la dégradation de l’environnement, où un grand nombre d’individus sont exposés aux maladies infectieuses, peu d’entre eux ayant accès aux soins de santé les plus fondamentaux. Notre défi est de freiner la propagation rapide de la résistance.

Dans ce numéro du Point, nous étudions la propagation croissante de la résistance aux antimicrobiens et ses causes sous-jacentes. Nous présentons les actions que l’OMS et d’autres organisations mènent pour sensibiliser les esprits à ce phénomène et contrecarrer la grave menace qu’il fait peser sur la santé publique. Enfin, nous envisageons ce que vous, lecteur, pouvez faire pour contribuer à résoudre ce problème, que vous soyez stratège, professionnel de santé, défenseur de la santé, ou simple individu.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 7, 2014