Réglementation des médicaments à base de plantes - La situation dans le monde
(1998; 65 pages) [English] [Spanish] View the PDF document
Table of Contents
View the documentAVANT- PROPOS
View the documentREMERCIEMENTS
Open this folder and view contentsI. INTRODUCTION
Close this folderII. SITUATION REGLEMENTAIRE
Open this folder and view contentsAfrique
Close this folderAmériques
View the documentAntigua et Barbuda
View the documentArgentine
View the documentCanada
View the documentChili
View the documentColombie
View the documentEtats-Unis d'Amérique
View the documentMexique
View the documentNicaragua
Open this folder and view contentsMéditerranée orientale
Open this folder and view contentsEurope
Open this folder and view contentsAsie du Sud-Est
Open this folder and view contentsPacifique occidental
View the documentIII. CONCLUSION
View the documentIV. REFERENCES
 

Nicaragua

En 1985, pendant la guerre, le ministère de la santé a lancé un projet en vue de revitaliser la médecine populaire et traditionnelle, en tant que stratégie de recherche de l'autosuffisance pour répondre à la situation difficile dans le pays. La majorité des produits chimiques et pharmaceutiques devant être importés à des prix élevés, la recherche de thérapies alternatives a commencé.

En avril 1989, le ministère de la santé a créé le Centre national de médecine populaire et traditionnelle ayant pour objectifs:

- D'organiser des enquêtes sur la médecine populaire et traditionnelle;

- De former des promoteurs de la santé et du personnel médical et paramédical dans ces domaines;

- D'encourager la culture et la commercialisation des plantes médicinales.

Un travail considérable a été fait dans le domaine de la recherche agro-technologique, de la culture et de l'utilisation de la technologie appropriée. Tous les produits ont été soumis à un contrôle de qualité et distribués par un réseau national de pharmacies populaires pour plantes médicinales, qui les offrent au public à de très bas prix.

Le Centre fait partie de la Commission nationale de la recherche essentielle, tout comme l'Université nationale autonome du Nicaragua et d'autres institutions sous la tutelle du ministre de la santé.

En 1991, l'intégration de la médecine populaire et traditionnelle dans les systèmes de santé locaux du Nicaragua a commencé par la formation des infirmières et l'élaboration de cours de phytothérapie de base et d'anthropologie à la santé dans les écoles de personnel infirmier. Après le changement de gouvernement la même année, le Centre national de médecine populaire et traditionnelle est devenu une fondation à but non lucratif, indépendante du ministère de la santé, ayant les objectifs suivants:

- Récupérer, préserver et développer les ressources, les techniques et les procédures de la médecine populaire et traditionnelle;

- Veiller à l'application des ressources et des connaissances techniques acquises au moyen d'enquêtes et d'échange de renseignements sur la médecine populaire et traditionnelle;

- Elaborer et mettre en œuvre un programme national de promotion de l'utilisation des plantes médicinales, et de prévention et de guérison des maladies; et

- Créer un réseau de distribution et de commercialisation des plantes médicinales et des produits qui en sont tirés par le biais de pharmacies populaires, privées et publiques.

Le ministère de la santé a inclus les produits à base de plantes dans la liste de base des médicaments disponibles dans les pharmacies communautaires des systèmes de santé locaux. Il s'agit là d'une importante étape vers l'intégration des médicaments traditionnels dans le système national de soins de santé du Nicaragua [27].

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: November 5, 2014