Expand Document  |  Expand Chapter  |  Full TOC  |  Printable HTML version
La libéralisation du secteur pharmaceutique en Algérie - Effets sur la disponibilité et les prix des médicaments - Série de recherche, No. 22
(1997; 49 pages) View the PDF document
Table of Contents
View the documentRésumé
View the documentIntroduction
Open this folder and view contentsPremière partie: Contexte socio-sanitaire et effets de l'intervention du secteur privé
Open this folder and view contentsDeuxième partie: Libéralisation du secteur pharmaceutique et effets sur la disponibilité des médicaments essentiels
Open this folder and view contentsTroisième partie: Effets de la libéralisation sur les prix et l'accessibilité des médicaments essentiels
View the documentConclusion générale
View the documentBibliographie
View the documentAutres documents de la Série Recherche de DAP
View the documentSérie Recherche No. 22
 

Résumé

Contexte

Depuis le milieu des années 80, l'Algérie connaît une crise économique et politique grave: la croissance économique est bloquée, le service de la dette est excessif par rapport aux recettes d'exportation, la demande solvable et le niveau de vie se sont effondrés, notamment depuis 1991-1992. Le produit intérieur brut (PIB) par habitant est passé de 2860 dollars US en 1986 à 1556 en 1995 tandis que le chômage est passé de 17% en 1986 à 25% en 1994. Un programme d'ajustement structurel lié au rééchelonnement de la dette est engagé et a accéléré les réformes économiques entamées au milieu des années 80; désengagement de l'Etat sur le plan social et celui de la production, libéralisation des échanges et des prix, fortes dévaluations de la monnaie et hausse des taux d'intérêt. L'environnement juridique, économique et socio-politique a beaucoup changé à la fin des années 80; suppression du monopole d'Etat à l'importation, nouveau rôle des entreprises publiques et des banques, ouverture des frontières, incitations à l'investissement privé local et étranger, etc.

C'est dans ce contexte que l'expansion du secteur pharmaceutique privé, limité jusque là à la vente au détail, s'est opérée.

Objectifs et méthodes

L'objet de cette étude est de rendre compte de l'impact de la libéralisation du secteur pharmaceutique sur la disponibilité et les prix des médicaments essentiels.

• Quels sont les effets de la libéralisation sur l'organisation du secteur, en particulier sur les activités d'importation, de distribution de gros et de détail? Assiste-t-on à une mise en concurrence, à un partage des marchés et des rôles?

• Quel en est l'impact sur la disponibilité des médicaments essentiels?

• Quelles sont les conséquences de l'intervention du secteur privé sur l'évolution des prix et, de manière générale, sur l'accessibilité financière aux médicaments essentiels?

Cette étude est fondée sur l'analyse de toutes les données disponibles, sur des entretiens avec les principaux acteurs du secteur pharmaceutique et sur une enquête menée en juillet et août 1993, et complétée en juin 1996, auprès d'un échantillon d'officines réparties sur l'ensemble du territoire national.

Résultats

1. Le secteur pharmaceutique privé a connu de profondes modifications dans son organisation et son fonctionnement. Il s'est implanté dans les activités d'importation et de distribution de gros tout en poursuivant son expansion dans le réseau de distribution au détail. Ce développement rapide du secteur privé dans les fonctions commerciales s'est traduit par un recul des entreprises publiques et par une présence plus forte des capitaux et intérêts étrangers dans le commerce du médicament.

2. L'expansion du secteur privé n'a pas réduit le taux de dépendance extérieure de l'Algérie pour ses approvisionnements ni augmenté la production locale.

3. Le désengagement de l'Etat des fonctions stratégiques d'importation et de distribution de gros ne s'est pas accompagné d'un renforcement de ses capacités de suivi, de contrôle et d'orientation du secteur pharmaceutique. Il subsiste des décalages importants entre le rythme d'évolution du secteur et celui des instruments de régulation.

4. Les pénuries et problèmes de disponibilité sont importants. Ils n'affectent pas tous les produits avec la même ampleur; des disparités importantes sont observées selon les régions et les fournisseurs. Ces dysfonctionnements sont principalement imputables à la multiplication des officines et à l'anarchie des prescriptions et des consommations. Elles révèlent un dérèglement complet du marché. Le secteur privé a, en peu d'années, conquis une part importante dans l'importation et dans la distribution de gros; toutefois il a encore peu d'influence sur la disponibilité des médicaments car il ne commercialise qu'une gamme limitée de produits, surtout ceux à forte rotation. La situation semble s'être considérablement améliorée en 1996, mais au prix d'une importante augmentation des importations globales (plus de 500 millions de dollars).

5. De très fortes hausses de prix ont été enregistrées entre 1988 et 1996. Elles résultent de multiples facteurs: détérioration des capacités de négociation des entreprises publiques, achat de spécialités et de produits chers par les importateurs privés, fluctuations monétaires, absence de contrôle des prix, spéculations, etc. Les prix diffèrent, pour les mêmes produits, d'une pharmacie à une autre, d'une localité ou région à une autre, d'une période à une autre. Les hausses et les disparités de prix observées en 1993 persistent en 1996, révélant le caractère devenu structurel des phénomènes observés. Les dévaluations monétaires n'expliquent pas, à elles seules, l'ampleur des hausses et de la fluctuation des prix.

6. La perte de pouvoir d'achat de la plus grande partie de la population, la diminution des ressources de la sécurité sociale, la baisse relative du budget public consacré aux médicaments et l'extension du secteur pharmaceutique privé ont fait nettement chuter le niveau d'accessibilité financière aux produits pharmaceutiques. Seuls restent accessibles quelques produits essentiels comme les antituberculeux.

7. En dépit de certaines mesures législatives et de régulation, les autorités ont des difficultés à mettre en application une politique pharmaceutique dans le contexte de libéralisation de l'économie et d'ouverture des frontières. Les questions relatives à la place du secteur public et du secteur privé, à la production locale, à la maîtrise des prix et au rôle de l'Etat n'ont toujours pas trouvé de réponses.

Tableau 1 - Données économiques et sociales

Population (1993)

27 032 000

Superficie (km2)

2 381 740

Taux d'urbanisation

48%

Produit national brut (PNB) par habitant en US$

1 840

PIB par habitant (en dollars 1995)

1 556

Taux d'inflation (1995-1996)

32%

Taux de chômage

24%

Dette extérieure totale (millions de dollars)

26 349

Service de la dette/exportations de biens et services (en % en 1994)

77

Espérance de vie à la naissance (1995)

68

Taux brut de mortalité (pour 1000 hab en 1992)

6

Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances vivantes en 1992)

49

Taux de mortalité des moins de 5 ans (pour 1000 naissances, 1995)

56

Source: Banque mondiale, FMI, UNICEF/OMS 1996

 

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: March 20, 2014