Fiches modèles OMS d'information à l'usage des prescripteurs: Médicaments utilisés en anesthésie
(1991; 64 pages) [English] View the PDF document
Table of Contents
View the documentPréface
View the documentIntroduction
Open this folder and view contentsPrémédication
Open this folder and view contentsAnesthésiques généraux et oxygène
Open this folder and view contentsAnesthésiques locaux
Close this folderAnalgésiques non opioïdes
View the documentAcide acétylsalicylique
View the documentParacétamol
Open this folder and view contentsAnalgésiques opioïdes et antagonistes
Open this folder and view contentsMyorelaxants et inhibiteurs de la cholinestérase
Open this folder and view contentsSubstituts du sang
Open this folder and view contentsSolutions servant à corriger les déséquilibres hydro-électrolytiques
Open this folder and view contentsAntiacide utilisé en obstétrique
View the documentL’anesthésie à l’hôpital de district
View the documentAutres publications de l’OMS relatives aux produits pharmaceutiques
View the documentCouverture arrière
 

Acide acétylsalicylique

Groupe: analgésique non opioïde
Comprimés: 100-500 mg
Suppositoires: 50-150 mg

Généralités

L’acide acétylsalicylique a des propriétés anti-inflammatoires, analgésiques, antipyrétiques, antirhumatismales et antithrombotiques. Ses effets sont, en partie, dus à l’inhibition de la synthèse des prostaglandines endogènes.

Il est principalement hydrolyse dans l’intestin et le foie et éliminé en grande partie dans les urines, à la fois sous forme d’acide salicylique libre et de métabolites inactifs. La demi-vie plasmatique du salicylate résultant de doses de 2-3 g d’acide acétylsalicylique est d’environ 3 heures. Avec des doses supérieures, elle est sensiblement plus longue.

Données cliniques

Indications

Traitement symptomatique des douleurs légères à modérées.

Posologie et administration

Adultes: 300 à 900 mg toutes les 4 à 6 heures selon les besoins (maximum: 4 g/jour).

Enfants:

6 à 12 ans: 300 à 400 mg toutes les 6 heures.
3 à 5 ans: 200 à 300 mg toutes les 8 heures.
1 à 2 ans: 50 à 150 mg toutes les 6 heures.

Le traitement de doit pas être poursuivi plus de 5 jours, sauf sur avis médical.

La prise du médicament avec des aliments ou un grand verre d’eau diminue ses effets irritants sur la muqueuse gastrique. Par voie rectale, son absorption est lente et incomplète, mais les suppositoires ont un avantage certain chez les sujets incapables d’absorber les formes orales.

Contre-indications

• Hypersensibilité à l’acide acétylsalicylique.

• Diathèse hémorragique, traitement par les anticoagulants, hémorragie cérébrale, ulcère gastro-duodénal évolutif ou gastrite.

• Insuffisance rénale chronique.

Le syndrome de Reye (une encéphalopathie non-inflammatoire associée à une stéatose hépatique aiguë, rare mais souvent mortelle) a été signalé chez des enfants et des adolescents ayant pris de l’acide acétylsalicylique au cours d’une grippe ou une varicelle. Le risque est très faible mais facile à éviter en s’abstenant de prescrire le médicament dans ces circonstances.

Pour éviter tout risque hémorragique, on n’administrera pas d’acide acétylsalicylique pendant les 7 jours précédant une intervention chirurgicale programmée.

Précautions

Des réactions d’hypersensibilité seront plus souvent observées:

• chez les malades souffrant d’asthme, d’urticaire ou de rhinite chronique
• chez les malades ayant présenté des éruptions cutanées ou des réactions de type anaphylactique après administration d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Une légère réaction hémolytique est possible chez les malades ayant un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase.

Les jeunes enfants sont particulièrement sensibles aux effets toxiques de l’acide acétylsalicylique liés à la dose: de ce fait, il est recommandé de ne jamais dépasser la dose maximale recommandée et de ne jamais laisser de comprimés à leur portée.

Grossesse

L’utilisation d’acide acétylsalicylique aux doses normales ne présente apparemment aucun risque au début de la grossesse. Toutefois, il ne faut pas en prendre pendant les trois derniers mois, car il a été signalé qu’il pouvait prolonger le travail et favoriser les hémorragies chez la mère et chez l’enfant.

Effets indésirables

Les réactions d’hypersensibilité, parfois graves, sont les suivantes: urticaire, œdème de Quincke, prurit et réactions de type anaphylactique.

Troubles gastro-intestinaux: dyspepsie, brûlures gastriques, douleurs épigastriques et nausées sont fréquentes et parfois sévères. Des hémorragies gastro-intestinales peuvent être dues à des lésions de la muqueuse gastrique ou à la réactivation d’un ulcère gastro-duodénal. Elles sont le plus souvent occultes mais peuvent être parfois profuses et même mortelles.

L’inhibition de l’agrégation plaquettaire peut se traduire par un allongement du temps de saignement. Beaucoup plus rarement, on peut observer une leucopénie, une thrombopénie, un purpura, ou une pancytopénie.

Interactions médicamenteuses

L’acide acétylsalicylique peut potentialiser l’action des anticoagulants.

A l’inverse, il peur diminuer l’efficacité des uricosuriques et de la spironolactone.

L’administration concomitante d’acide acétylsalicylique et de corticoïdes augmente fortement le risque d’hémorragie gastrointestinale.

Surdosage

L’ingestion de 20 à 25 g d’acide acétylsalicylique par un adulte ou de 4 g par un jeune enfant peut être mortelle. Des doses plus faibles peuvent avoir des effets toxiques sérieux.

Les premiers signes caractéristiques d’une intoxication sont les suivants: nausées et vomissements, douleurs abdominales et bourdonnements d’oreilles pouvant aboutir à une surdité complète. Ils sont suivis de bouffées vasomotrices, de sudation et d’une hyperventilation avec alcalose respiratoire. Dans les cas graves, une acidose métabolique et un coma complètent le tableau.

Il faut immédiatement effectuer un lavage gastrique, ou sinon provoquer des vomissements. Par ailleurs, le traitement est symptomatique, visant à corriger l’hyperthermie, la déshydratation, l’acidose et l’hypokaliémie.

Dans les cas d’hémorragies spontanées, une transfusion sanguine peut être nécessaire. En général, il est inutile de prescrire en plus de la vitamine K.

Une diurèse alcaline forcée accélère l’élimination des salicylates, mais l’hémodialyse est parfois la seule chance de survie du malade lorsque les concentrations plasmatiques de salicylate sont très élevées ou qu’il existe des signes graves tels qu’acidose rebelle, anurie, œdème pulmonaire, convulsions rebelles ou coma.

Conservation

Les comprimés d’acide acétylsalicylique doivent être conservés dans des récipients étanches. Si on perçoit une odeur d’acide acétique à l’ouverture des récipients, les comprimés doivent être jetés. Les suppositoires doivent être conservés à une température inférieure à 15° C.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 29, 2018