Fiches modèles OMS d'information à l'usage des prescripteurs: Médicaments utilisés en anesthésie
(1991; 64 pages) [English] View the PDF document
Table of Contents
View the documentPréface
View the documentIntroduction
Open this folder and view contentsPrémédication
Open this folder and view contentsAnesthésiques généraux et oxygène
Close this folderAnesthésiques locaux
View the documentBupivacaïne
View the documentLidocaïne
View the documentTétracaïne
View the documentEpinéphrine (associée aux anesthésiques locaux)
Open this folder and view contentsAnalgésiques non opioïdes
Open this folder and view contentsAnalgésiques opioïdes et antagonistes
Open this folder and view contentsMyorelaxants et inhibiteurs de la cholinestérase
Open this folder and view contentsSubstituts du sang
Open this folder and view contentsSolutions servant à corriger les déséquilibres hydro-électrolytiques
Open this folder and view contentsAntiacide utilisé en obstétrique
View the documentL’anesthésie à l’hôpital de district
View the documentAutres publications de l’OMS relatives aux produits pharmaceutiques
View the documentCouverture arrière
 

Epinéphrine (associée aux anesthésiques locaux)

Groupe: adjuvant des anesthésiques locaux
Solution injectable: 1 mg (sous forme de chlorhydrate) en ampoules de 1 ml

Généralités

L’épinéphrine (adrénaline) est un sympathomimétique qui stimule à la fois les récepteurs α- et β-adrénergiques. Elle est sécrétée en même temps que la norépinéphrine par la surrénale en réponse à un stress. Lorsqu’elle est administrée par voie parentérale, l’épinéphrine a une courte durée d’action, car elle est rapidement métabolisée.

Données cliniques

Indications

Permet de ralentir l’absorption générale des anesthésiques employés en infiltrations locales.

Posologie et administration

L’adjonction d’épinéphrine à 5 microgrammes/ml (1:200 000) comme vasoconstricteur aux solutions d’anesthésiques locaux ralentit leur absorption par voie générale et prolonge leur effet. En chirurgie dentaire, les volumes injectés étant plus faibles, on emploie habituellement des concentrations plus élevées, à savoir 12,5 microgrammes/ml (1:80 000).

L’épinéphrine ne doit pas être employée pour les blocs annulaires des doigts ou du pénis, ni dans les cas où il existe un risque d’ischémie locale.

Précautions

Il faut être très prudent lorsqu’on emploie des solutions contenant de l’épinéphrine chez des sujets atteints d’hypertension, de cardiopathie avec athérosclérose, d’insuffisance cérébrovasculaire, de bloc cardiaque, de thyréotoxicose ou de diabète, car elle peut provoquer des variations importantes et prolongées de la tension artérielle.

Interactions médicamenteuses

L’épinéphrine entraîne un risque accru de troubles du rythme cardiaque lorsqu’elle est administrée à des sujets recevant des anesthésiques qui sont des hydrocarbures halogènes (comme l’halothane ou le trichloréthylène), des digitaliques, de la quinidine, des antidépresseurs tricycliques ou des hormones thyroïdiennes.

Surdosage

Une élévation brutale de la tension artérielle, et des troubles du rythme cardiaque peuvent être combattus par l’administration de propranolol ou d’un autre bêta-bloquant.

Conservation

Les solutions injectables d’épinéphrine doivent être conservées à l’abri de la lumière.

 

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 29, 2018