Fiches modèles OMS d'information à l'usage des prescripteurs: Médicaments utilisés en anesthésie
(1991; 64 pages) [English] View the PDF document
Table of Contents
View the documentPréface
View the documentIntroduction
Open this folder and view contentsPrémédication
Open this folder and view contentsAnesthésiques généraux et oxygène
Close this folderAnesthésiques locaux
View the documentBupivacaïne
View the documentLidocaïne
View the documentTétracaïne
View the documentEpinéphrine (associée aux anesthésiques locaux)
Open this folder and view contentsAnalgésiques non opioïdes
Open this folder and view contentsAnalgésiques opioïdes et antagonistes
Open this folder and view contentsMyorelaxants et inhibiteurs de la cholinestérase
Open this folder and view contentsSubstituts du sang
Open this folder and view contentsSolutions servant à corriger les déséquilibres hydro-électrolytiques
Open this folder and view contentsAntiacide utilisé en obstétrique
View the documentL’anesthésie à l’hôpital de district
View the documentAutres publications de l’OMS relatives aux produits pharmaceutiques
View the documentCouverture arrière
 

Lidocaïne

Groupe: anesthésique local
Solution injectable (chlorhydrate): 5 mg/ml (0,5%), 10 mg/ml (1 %) en ampoules de 20 ml; 10 mg/ml (1 %) + épinéphrine à 5 microgrammes/ml (1:200 000) en ampoules de 20 ml; 20 mg/ml (2%) +épinéphrine à 12,5 microgrammes/ml (1:80 000) en cartouches de 2,2 ml pour anesthésie dentaire; 50 mg/ml (5%) en ampoules de 2 ml à mélanger avec une solution glucosée à 75 mg/ml (7,5%)
Formes topiques: gel ou solution à 20-40 mg (chlorhydrate)/ml (2-4%)

Généralités

La lidocaïne est un anesthésique local à durée d’action moyenne. Elle bloque la naissance et la transmission de l’influx nerveux au point d’injection, en stabilisant la membrane neuronale. Elle est par la suite métabolisée dans le foie. Après application sur une muqueuse, par infiltration ou bloc rachidien ou dentaire, une anesthésie qui dure de 1 à 3 heures est induite dans les 5 minutes qui suivent, et dans les 10 à 15 minutes avec d’autres méthodes d’administration.

Données cliniques Indications

• Anesthésie de contact des muqueuses.
• Anesthésie par infiltration.
• Blocs périphérique et sympathique.
• Anesthésie dentaire.
• Rachianesthésie.
• Anesthésie régionale par voie intraveineuse.
• Anesthésies épidurale et caudale (ces techniques provoquent une anesthésie régionale prolongée et ne doivent être appliquées que par des anesthésistes qualifiés et expérimentés).

Posologie et administration

Le but recherché est d’administrer la plus petite dose efficace. Cette dose est fonction de la méthode choisie, du degré voulu d’anesthésie, de la rapidité d’absorption au point d’injection, de la taille et de la sensibilité du malade. Les taux sanguins initiaux seront d’autant plus élevés que les solutions utilisées seront concentrées.

Les solutions de lidocaïne sont disponibles avec ou sans épinéphrine à 5 microgrammes/ml (1:200 000) ou, pour l’anesthésie dentaire, à 12,5 microgrammes/ml (1:80 000). L’épinéphrine ne doit jamais être utilisée dans les blocs annulaires des doigts ou du pénis, ni dans les autres méthodes comportant un risque d’ischémie.

Les doses cumulées maximales de lidocaïne, sans danger pour l’adulte et l’enfant sont les suivantes:

Lidocaïne à 0,5%, 1%

4 mg/kg

Lidocaïne à 0,5%, 1%

 
 

+ épinéphrine à 5 mg/ml (1:200 000)

7 mg/kg

Technique d’anesthésie

Concentration (%)

Epinéphrine

Dose

     

ml

mg

Infiltration locale et bloc périphérique

0,5

Non

< 50

<250

 

1,0

Non

< 25

<250

 

0,5

Oui

< 80

<400

 

1,0

Oui

< 40

<400

Anesthésie de contact

       
 

Pharynx, larynx, trachée

4

Non

1-5

40-200

 

Urètre

4

Non

10

400

Anesthésie dentaire

2

Oui

1-5

20-100

Rachianesthésie

5
(+ glucose à 7,5%)

Non

1-1,5

50-75

Ce tableau donne des indications générales sur la posologie chez l’adulte. On administrera des doses moins fortes aux sujets affaiblis, âgés, épileptiques ou atteints de maladies aiguës.

Les solutions contenant des conservateurs ne devront être utilisées ni pour les rachianesthésies, ni pour les anesthésies épidurales, caudales et régionales par voie intraveineuse.

Rachianesthésie

La rachianesthésie ne doit être effectuée que par une personne maîtrisant parfaitement cette technique et capable de traiter les complications possibles. Une solution fortement dosée (lidocaïne à 5% dans du glucose à 7,5 %) permet d’obtenir le relâchement musculaire nécessaire à une intervention abdominale. Une asepsie rigoureuse est nécessaire pour l’injection et le malade sera mis dans une position assurant sa sécurité et le niveau voulu d’analgésie.

En raison du bloc sympathique qu’elle provoque, la rachianesthésie s’accompagne toujours d’hypotension. Elle est totalement contre-indiquée quand il existe un risque d’hypovolémie. La réaction hypotensive peut être prévenue par la perfusion préalable de 500 à 1000 ml de soluté physiologique (9 mg/ml) mais la tension artérielle du malade devra être mesurée toutes les 2 minutes pendant au moins 10 minutes. Les céphalées postopératoires peuvent être évitées en conseillant au malade de rester étendu pendant 24 heures.

Obstétrique

Pour soulager la douleur pendant le travail, le bloc épidural lombaire a presque totalement remplacé le bloc épidural caudal. Il demande moins de produit, comporte moins de risques d’infection et il est facile d’étendre l’anesthésie si une césarienne était nécessaire. Mais étant donné les risques que comporte cette technique aussi bien pour la mère que pour l’enfant, elle ne doit être appliquée que par des anesthésistes qualifiés et expérimentés. Pendant toute l’anesthésie, on surveillera la tension artérielle de la mère, le rythme cardiaque du fœtus et les contractions utérines. On n’utilise à peu près plus le bloc paracervical au cours du travail, car il entraîne des concentrations plasmatiques trop élevées chez le fœtus.

Contre-indications

• Hypersensibilité à la lidocaïne, connue ou soupçonnée.

• Infection cutanée près du point prévu pour l’injection, traitement concomitant par des anticoagulants, tendance anormale au saignement.

• Anémie sévère ou maladie cardiaque.

• Une rachianesthésie ou une anesthésie épidurale ne doivent jamais être effectuées chez des malades déshydratés ou hypovolémiques.

Précautions

Il faut avoir en permanence à portée de main tout le matériel de réanimation nécessaire.

On s’assurera que le malade est psychologiquement prêt à accepter l’intervention envisagée.

Chez les insuffisants hépatiques, on sera particulièrement prudent si la posologie ou la voie d’administration sont susceptibles de provoquer des concentrations sanguines élevées.

Il faut toujours veiller à éviter une injection intravasculaire accidentelle.

Grossesse

L’innocuité de la lidocaïne au début de la grossesse n’a pas été prouvée. Toutefois, rien ne permet de penser que l’exposition de la mère à la lidocaïne fait courir un risque au foetus.

Effets indésirables

Ils peuvent résulter d’un surdosage, d’une injection intravasculaire accidentelle, ou encore de l’injection dans un tissu fortement vascularisé. Le début de l’intoxication est marqué par des sensations ébrieuses, des vertiges, des troubles de l’accommodation, de l’agitation, des tremblements et parfois des convulsions. Ces signes sont rapidement suivis par une somnolence, une perte de conscience et une insuffisance respiratoire. La dépression cardio-vasculaire et l’hypotension peuvent provoquer une hypoxie, une acidose, un bloc cardiaque et un arrêt cardiaque.

Des réactions allergiques et d’hypersensibilité sont également possibles.

Complications éventuelles de l’anesthésie épidurale: rétention urinaire, incontinence fécale, céphalées, lombalgies et perte de la sensibilité périnéale. Des paresthésies et une paraplégie transitoires sont beaucoup plus

Interactions médicamenteuses

L’administration simultanée d’ocytociques au cours du post-partum peut être à l’origine d’une hypertension grave et prolongée. L’association, pendant ou après l’administration d’halothane ou de trichloréthylène, de préparations de lidocaïne contenant de l’épinéphrine comporte un risque de troubles du rythme cardiaque.

Surdosage

Les effets d’un surdosage ou d’une injection intravasculaire accidentelle sont ceux qui sont décrits ci-dessus. Leur traitement est essentiellement symptomatique car il n’existe pas d’antidote spécifique. Il faut maintenir la liberté des voies aériennes et pratiquer, si nécessaire, une ventilation assistée. D’éventuelles convulsions peuvent être maîtrisées par l’administration de diazépam ou de thiopental.

Conservation

Les solutions injectables de lidocaïne doivent être conservées à l’abri de la lumière et du gel. Du bleu de méthylène peut être ajouté aux formulations topiques pour les rendre facilement reconnaissables.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 29, 2018