Fiches modèles OMS d'information à l'usage des prescripteurs: Médicaments utilisés en anesthésie
(1991; 64 pages) [English] View the PDF document
Table of Contents
View the documentPréface
View the documentIntroduction
Open this folder and view contentsPrémédication
Close this folderAnesthésiques généraux et oxygène
View the documentKétamine
View the documentThiopental
View the documentEther
View the documentHalothane
View the documentTrichloréthylène
View the documentProtoxyde d’azote
View the documentOxygène
Open this folder and view contentsAnesthésiques locaux
Open this folder and view contentsAnalgésiques non opioïdes
Open this folder and view contentsAnalgésiques opioïdes et antagonistes
Open this folder and view contentsMyorelaxants et inhibiteurs de la cholinestérase
Open this folder and view contentsSubstituts du sang
Open this folder and view contentsSolutions servant à corriger les déséquilibres hydro-électrolytiques
Open this folder and view contentsAntiacide utilisé en obstétrique
View the documentL’anesthésie à l’hôpital de district
View the documentAutres publications de l’OMS relatives aux produits pharmaceutiques
View the documentCouverture arrière
 

Trichloréthylène

Groupe: anesthésique volatil pour inhalation

Généralités

Le trichloréthylène est un liquide incolore, légèrement volatil, ayant une odeur douceâtre. Pour qu’il soit facilement reconnaissable, on le colore généralement en bleu.

Avantages

Le trichloréthylène est ininflammable et peu coûteux. Il possède un effet analgésique puissant. Il n’irrite pas les voies respiratoires et ne provoque pas d’hémorragie capillaire.

Inconvénients

Son pouvoir hypnotique est plus faible que celui des autres anesthésiques volatils utilisés couramment. Il faut en général l’associer à d’autres agents pour inhalation et à des myorelaxants pour obtenir une anesthésie complète. La respiration peut devenir rapide et superficielle. Il ne faut jamais l’utiliser en circuit fermé avec de la chaux sodée, car il se transforme alors en produits toxiques. On évitera en général l’emploi simultané d’adrénaline, car elle augmente les risques d’arythmie.

Données cliniques

Indications

• Maintien d’une anesthésie légère.

• En adjonction au mélange protoxyde d’azote-oxygène ou à l’halothane lors d’interventions majeures.

• Aux doses subanesthésiques, pour obtenir une analgésie en obstétrique, pour le traitement d’urgence des traumatismes et d’autres syndromes douloureux aigus.

Posologie et administration

On peut employer le trichloréthylène seul, associé à de l’halothane dans un appareil “draw-over”, ou à du protoxyde d’azote ou à de l’oxygène dans un appareil à alimentation continue.

On l’administrera de préférence à l’aide d’un évaporateur étalonné. Pour éviter toute oxydation du produit, on remplacera souvent la cartouche de trichloréthylène de l’évaporateur; l’anesthésique inutilisé sera jeté.

Le trichloréthylène est en général employé à des concentrations de 0,5-1,5 % pour maintenir une anesthésie légère, et de 0,35-0,5 % s’il est utilisé comme analgésique.

Après administration prolongée, le réveil est lent. On l’emploie donc à des concentrations faibles, pour maintenir l’anesthésie, et on l’interrompt de préférence 20 minutes environ avant la fin de l’intervention.

Contre-indications

• Hypertension du liquide céphalorachidien.

Précautions

Une tachypnée prolongée peut provoquer une rétention de dioxyde de carbone et une hypoxie, qui prédisposent le malade à des arythmies cardiaques. On peut souvent éviter la tachypnée en diminuant la concentration du produit dans l’air inhalé. Sinon, il faut recourir à une ventilation assistée ou administrer par voie intraveineuse 25 mg de péthidine.

Les troubles du rythme nécessitent parfois l’administration d’un bêta-bloquant, comme le propranolol.

L’emploi simultané d’adrénaline est à éviter, car elle augmente le risque d’arythmies ventriculaires.

Grossesse

Le trichloréthylène ne doit être utilisé en fin de grossesse que si son indication l’emporte sur les risques possibles pour le fœtus. Il est largement employé comme analgésique en obstétrique.

Effets indésirables

Des nausées, des vomissements et des céphalées postopératoires sont possibles. La tachypnée et les troubles du rythme sont fonction de la dose administrée. Une dépression cardio-respiratoire est possible avec les doses de trichloréthylène nécessaires pour obtenir une anesthésie profonde.

Conservation

Le trichloréthylène doit être conservé dans des récipients bien clos, à l’abri de la lumière et au-dessous de 25° C. Les préparations commerciales contiennent du thymol (100 microgrammes/ml), comme stabilisant. On y ajoute également du bleu de waxoline (5 microgrammes/ml) pour qu’il soit facilement reconnaissable.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: October 29, 2018