Rapport de la consultation sur le SIDA et la médecine traditionnelle: Contribution possible des tradipraticiens (Francistown, Botswana, 23-27 juillet 1990)
(1990; 60 pages) [English] View the PDF document
Table of Contents
Open this folder and view contents1. INTRODUCTION
Open this folder and view contents2. APPROCHES PERMETTANT D’ASSOCIER LES TRADIPRATICIENS A LA LUTTE CONTRE LE SIDA
Open this folder and view contents3. RECOMMANDATIONS
Close this folderANNEXES
View the document1. Liste des participants
View the document2. Programme de travail de la consultation
View the document3. Allocution de bienvenue de M. M. Tshipinare Ministre de la Santé par intérim du Botswana
View the document4. Déclaration liminaire du Dr G. L. Monekosso, Directeur du Bureau régional OMS de l’Afrique
View the document5. Médecine traditionnelle et SIDA: Tendances et perspectives par le Dr Olayiwola Akerele, Directeur du Programme de Médecine traditionnelle, OMS, Genève
View the document6. Aperçu de l’épidémiologie du SIDA dans le monde par le Dr Benjamin M. Nkowane, Médecin, Programme mondial de Lutte contre le SIDA, OMS, Genève
Close this folder7. Profils de pays
View the documentBotswana
View the documentCameroun
View the documentEthiopie
View the documentGhana
View the documentKenya1
View the documentNigéria
View the documentOuganda
View the documentZimbabwe
 

Ouganda

Il existe en Ouganda une loi générale couvrant la pratique de la médecine, ainsi que des lois concernant spécifiquement les médecins, les dentistes, les pharmaciens, le personnel infirmier et le personnel paramédical pratiquant la médecine moderne. Mais il n’existe pas de loi régissant précisément les activités des guérisseurs traditionnels. Leur pratique est donc réglementée par une sorte de loi amorphe qui n’énonce pas leurs responsabilités et leurs limites spécifiques. Du fait que le gouvernement ne reconnaît pas clairement les tradipraticiens, il n’est pas possible de regrouper ces derniers en une association légale et leurs activités en matière de soin de santé ne sont ni reconnues ni appréciées.

Toutefois, notre étude du rôle des guérisseurs traditionnels dans la prise en charge des maladies diarrhéiques a révélé que dans tous les villages ougandais, on trouvait au moins deux tradipraticiens. Il existe donc dans le pays un grand nombre de guérisseurs qui traitent plus de 80 % de la population. En raison de la confiance que la population continue à avoir en eux, les tradipraticiens occupent une place unique dans la société ougandaise et ils pourront jouer un rôle important dans la lutte contre le SIDA une fois que le gouvernement aura décidé de les faire participer à la campagne anti-SIDA. Ces personnes sont disponibles et il semble qu’on pourrait utilement avoir recours à elles non seulement pour lutter contre le SIDA, mais aussi pour trouver des solutions pratiques aux problèmes que pose la lutte contre d’autres maladies transmissibles.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: June 25, 2014