Rapport de la consultation sur le SIDA et la médecine traditionnelle: Contribution possible des tradipraticiens (Francistown, Botswana, 23-27 juillet 1990)
(1990; 60 pages) [English] View the PDF document
Table of Contents
Open this folder and view contents1. INTRODUCTION
Open this folder and view contents2. APPROCHES PERMETTANT D’ASSOCIER LES TRADIPRATICIENS A LA LUTTE CONTRE LE SIDA
Open this folder and view contents3. RECOMMANDATIONS
Close this folderANNEXES
View the document1. Liste des participants
View the document2. Programme de travail de la consultation
View the document3. Allocution de bienvenue de M. M. Tshipinare Ministre de la Santé par intérim du Botswana
View the document4. Déclaration liminaire du Dr G. L. Monekosso, Directeur du Bureau régional OMS de l’Afrique
View the document5. Médecine traditionnelle et SIDA: Tendances et perspectives par le Dr Olayiwola Akerele, Directeur du Programme de Médecine traditionnelle, OMS, Genève
View the document6. Aperçu de l’épidémiologie du SIDA dans le monde par le Dr Benjamin M. Nkowane, Médecin, Programme mondial de Lutte contre le SIDA, OMS, Genève
Close this folder7. Profils de pays
View the documentBotswana
View the documentCameroun
View the documentEthiopie
View the documentGhana
View the documentKenya1
View the documentNigéria
View the documentOuganda
View the documentZimbabwe
 

Ghana

Au Ghana, on s’intéresse aux activités des tradipraticiens depuis l’indépendance, en 1956. Plus précisément, en 1962 le Gouvernement ghanéen a chargé un scientifique d’étudier la pratique des guérisseurs traditionnels. Il y avait à cela plusieurs raisons:

a) le souci de revitaliser des institutions traditionnelles comme signe d’indépendance;
b) le manque de ressources financières et autres dans les régions reculées;
c) la nécessité de tirer parti des ressources de tous les tradipraticiens pour traiter et prévenir les maladies infectieuses et autres.

Quatre types de tradipraticiens ont été identifiés:

a) les accoucheuses traditionnelles;
b) les phytothérapeutes;
c) les spirites;
d) les guérisseurs mystiques.

En 1974, l’OMS a aidé le Ghana en lui procurant les fonds nécessaires pour ouvrir le Centre pour l’Etude scientifique de la Phytothérapie.

En 1990, le Ministère ghanéen de la Santé a décidé de créer au sein du Ministère un service de médecine traditionnelle chargé d’inciter les tradipraticiens à coopérer avec les programmes de soins de santé primaires.

Ceci offrira au Ministère la possibilité de dialoguer avec les guérisseurs traditionnels et de les associer à la lutte contre le SIDA.

Les guérisseurs traditionnels opèrent dans les zones rurales et dans les régions reculées. Comme ils ont une nombreuse clientèle, il faut s’assurer leur coopération pour leur faire comprendre le mode de transmission du virus du SIDA si l’on veut juguler la propagation de la maladie.

Il faut faire connaître aux tradipraticiens les dangers qu’il y a à utiliser à mauvais escient des aiguilles, à ne pas porter de vêtements de protection durant les accouchements, etc.

Les praticiens de la médecine moderne et le Ministère de la Santé pourront également tirer parti des méthodes traditionnelles pour lutter contre la propagation du SIDA.

to previous section
to next section
 
 
The WHO Essential Medicines and Health Products Information Portal was designed and is maintained by Human Info NGO. Last updated: March 20, 2014