WHO IRIS >
Regional Office for Africa >
Regional Committee for Africa >

Files in This Item:

File Description SizeFormat
Thumbnail
AFR RC59 5_fr.pdf98.85 kBAdobe PDFView/Open
Title: Cadre de mise en œuvre de la déclaration d’Alger sur la recherche pour la santé dans la Région africaine : rapport du Directeur régional
Authors: Comité régional de l’Afrique, 59
Issue Date: 27-Oct-2011
Publisher: OMS. Bureau régional de l'Afrique
Language: French
Abstract: 1. La Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine, tenue du 23 au 26 juin 2008 à Alger (Algérie), a adopté la Déclaration d’Alger qui renouvelle l’engagement des États Membres à renforcer les systèmes nationaux de recherche en santé, d’information sanitaire et de gestion des connaissances, afin d’améliorer la santé dans la Région africaine. Le présent document fournit aux pays un cadre pour faciliter la mise en œuvre de la Déclaration. 2. Afin de réduire le déficit de connaissances et d’améliorer de ce fait la production et l’utilisation des connaissances pour guider les politiques, stratégies et actions, les États Membres doivent créer, au niveau national, un groupe de travail pluridisciplinaire élargi, chargé d’initier la mise en œuvre de la Déclaration de Ouagadougou et de la Déclaration d’Alger. Les États Membres pourraient également envisager d’élaborer chacun une politique et un plan stratégique nationaux complets pour améliorer la disponibilité et la qualité de l’information sanitaire, et l’utilisation des bases factuelles et des connaissances aux fins d’élaboration de politiques et de prise de décisions. 3. Étant donné qu’une telle politique et un tel plan doivent être fondés sur des bases factuelles solides, il est indispensable de procéder au préalable à une évaluation et à une analyse exhaustive du déficit de connaissances et de la situation actuelle de la recherche, de l’information et de la gestion des connaissances dans chaque pays. Les pays doivent également songer à créer et à renforcer une unité, au sein du ministère de la santé, pour la coordination des efforts dans ce domaine. 4. Cette première série de mesures ouvrirait la voie à d’autres initiatives subséquentes concernant le contenu, le processus et l’utilisation de technologies en vue d’améliorer : a) la disponibilité de l’information sanitaire pertinente, en temps voulu, par l’accroissement de la fréquence des enquêtes démographiques et de santé conduites au niveau national; le renforcement de l’enregistrement des naissances et des décès; la conduite de la surveillance et la collecte de données statistiques sur les prestations; et l’amélioration du suivi du renforcement des systèmes de santé; b) la gestion de l’information sanitaire, par une meilleure analyse et une meilleure interprétation des données; la présentation de l’information dans un format approprié pour en assurer l’utilisation dans la prise de décisions; et le partage et la réutilisation de l’information et des connaissances empiriques; c) la disponibilité de bases factuelles pertinentes, en temps voulu, par une meilleure réorientation des programmes de recherche institutionnelle vers les problèmes locaux urgents tels que les systèmes de santé, tout en continuant à appuyer les études financées par des fonds externes et visant à mettre au point des outils de lutte contre les maladies prioritaires; d) la gestion des bases factuelles et des connaissances, par le renforcement des mécanismes pour les évaluations éthiques et scientifiques de la recherche; le renforcement des liens entre les producteurs et les utilisateurs de la recherche et au sein de chacun de ces groupes; le partage et la réutilisation des bases factuelles et des connaissances empiriques pour en garantir l’utilisation par les responsables politiques et les décideurs; e) la diffusion et le partage d’information, des bases factuelles et des connaissances, par la fourniture d’un appui pour la création de bibliothèques de la santé et de centres d’information sanitaire aux niveaux local et national, en les reliant aux réseaux régionaux et internationaux; la garantie de la disponibilité de matériels imprimés et électroniques dans les formats et langues appropriés; la documentation des connaissances empiriques, et notamment des meilleures pratiques; la garantie de l’inscription des publications locales dans les répertoires internationaux; f) l’accès à l’information sanitaire à l’échelle mondiale, par la facilitation de l’accès aux répertoires, aux moteurs de recherche et aux réseaux sociaux; l’amélioration de la connexion à l’Internet; la présentation du contenu dans les langues appropriées; et la promotion du libre accès aux journaux et l’amélioration de l’accès aux publications protégées; g) l’utilisation des technologies de l’information et de la communication, par la promotion de leur large application; l’évaluation critique des technologies disponibles, afin d’identifier celles qui répondent aux demandes locales; et la garantie de l’interopérabilité; 5. L’OMS élaborera un cadre général de suivi et d’évaluation que les pays pourront améliorer pour l’adapter à leurs situations spécifiques. 6. Le succès de la mise en œuvre de la Déclaration devrait permettre aux pays de réduire substantiellement le déficit de connaissances et de disposer ainsi de bases factuelles solides pour guider le renforcement de leurs systèmes de santé.
Description: Comité régional de l’Afrique, Cinquante-neuvième session, Kigali, Rwanda, 31 août – 4 septembre 2009, Point 8.3 de l’ordre du jour provisoire
Subject: Health Services Research
Delivery of Health Care
Health Communication
Knowledge Management
Gov't Doc #: AFR/RC59/5
URI: http://www.who.int/iris/handle/10665/2070
Other Language Versions: 
Appears in Collections:Regional Committee for Africa



Items in WHO IRIS are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.